Attaques sur Paris : 127 morts et de nombreuses questions sans réponses


  • FrançaisFrançais

  • Le bilan des attaques sur Paris s’alourdit de plus en plus. 127 morts selon les dernières constatations. François Hollande a déclaré que l’Etat Islamique est derrière ces attaques même s’il n’a pas précisé la source de ses renseignements.


    Les attaques sur Paris font 127 morts

    François Hollande blame l’Etat Islamique pour les attaques sur Paris. Le dernier bilan des victimes s’élève à 127 morts et plusieurs dizaines de blessés. On a désormais 8 assaillants qui sont tous morts. 7 étaient des kamikaze et le dernier a été tué par la au Bataclan. L’Etat Islamique a revendiqué les attaques sur Twitter en estimant que c’était des miracles, mais on n’a pas encore pu confirmer que le message émanait de l’Etat Islamique.

    Une piste vers l’Etat Islamique

    L’un des témoins au Bataclan a déclaré : J’ai entendu l’un des assaillants qui disaient qu’on mérite amplement ce qui nous arrive après ce que vous avez fait en Syrie. Cela pointe vers les dernières implications de la France dans la guerre contre l’Etat Islamique en Syrie.

    Le Bataclan ciblé pour son soutien à Israel ?

    Arrêt sur Images estime que le Bataclan organise régulièrement des manifestations pour soutenir Israel sans oublier que le groupe de musique Eagles of death s’était produit en Israel malgré le fait qu’il avait reçu plusieurs appels de boycott et de menaces.

    Le New York Times a publié une carte qui répertorie les 4 attaques.

    attaque-paris-carte

     

    Le Bataclan a souffert du plus grand nombre de victimes avec près de 80 morts. Les autres attaques se sont succédé rapidement en prenant la de court puisque les forces de l’ordre étaient déjà occupé par la prise d’otage. Mais les Parisiens ont offert leur solidarité sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, le Hashtag #PorteOuverte permettait de s’abriter à ceux qui proposaient leurs appartements. Et la solidarité a continué dans les heures qui ont suivi puisque des milliers de personnes ont offert leur sang, car les hopitaux ont fait face à une pénurie. Et il y a une telle affluence dans les centres pour le don de sang que certains ont refusé du monde en disant aux personnes de revenir la semaine prochaine puisqu’on en aurait toujours besoin.

    Twitter et Facebook ont déployé des outils d’alerte

    Les services du SAMU débordés par les attaques sur Paris

    Après les attaques, Facebook et Twitter ont déployé des outils pour dire qu’on était en sécurité. Facebook propose le SafeCheck et Twitter propose des Hashtags spéciaux. La solidarité a pris le pas sur la colère et l’indignation même si on peut craindre un emballement médiatique et une récupération politique sans frontières.

    La France critiquée pour son laxisme sécuritaire

    Contrôle renforcé dans toute la France après les attaques sur Paris

    Les médias américains accusent déjà la France de laxisme sur la sécurité. Il est vrai que la France semble sans défense face à ces attaques et pour cause, on utilise de mauvais outils. La surveillance de masse a été promue tous horizons alors qu’elle n’a jamais rien donné. Les réseaux d’agents infiltrés ont été abandonné parce que cela coutait trop cher et qu’on pouvait les remplacer par des algorithmes.

    On a également abandonné tout contact avec les communautés musulmanes qui peuvent servir de première ligne de défense et de réseau d’alerte. L’Etat Islamique avait déjà déclaré à plusieurs reprises que la France était l’une de ces cibles prioritaires. L’emplacement de la France contribue sur sa vulnérabilité, mais également la présence de lacunes sur ses frontières.

     

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Estelle Dufresne

    Ancienne journaliste dans plusieurs titres de la presse régionale. Mais comme la presse régionale n'existe plus, je me suis recyclé dans les rubriques internationales de plusieurs sites en ligne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *