Inde : Panique sur la suppression des billets de 500 et de 1000 roupies

Dans une démarche historique et sans précédent, le gouvernement indien a supprimé les billets de banque de 500 et de 1000 roupies en provoquant une panique générale.


Dans une démarche historique et sans précédent, le gouvernement indien a supprimé les billets de banque de 500 et de 1000 roupies en provoquant une panique générale.
Crédit : Arvind Yadav/HT Photo - Hindustantimes.com/

 

Le gouvernement indien a effectué un changement sans précédent la semaine dernière en supprimant les billets de banque de 500 et de 1000 roupies de son système financier.1 Le changement a été effectué en quelques jours. , premier ministre indien, a déclenché la politique de changement le 8 novembre 2016 et il a été obligé de se justifier sans cesse par rapport au feu des critiques. En effet, cette suppression des billets de banque a provoqué une panique générale dans tout le pays.2 Le gouvernement indien prétend que c’est pour lutter contre la corruption et l’argent au marché noir, mais cela montre une initiative très néolibérale qui empêche la population d’utiliser librement l’argent en circulation et de les forcer à s’enchainer au système financier.

Après la décision, les anciens billets de banque ont perdu immédiatement leur pouvoir légal et les autorités ont exigé que les citoyens échangent leurs anciens billets contre des nouveaux dans un délai de 50 jours. Un billet de 500 roupies vaut environ 6,86 euros et donc pour comparer l’impact catastrophique de ce changement, c’est comme si les États-Unis bannissaient les billets de 10 et de 20 dollars du jour au lendemain. Les billets de 500 et de 1000 roupies faisaient partie des plus grandes valeurs monétaires dans le pays.

Dans une démarche historique et sans précédent, le gouvernement indien a supprimé les billets de banque de 500 et de 1000 roupies en provoquant une panique générale.

Crédit : Arvind Yadav/HT Photo

Après la suppression, les distributeurs automatiques ont été suspendus temporairement et des petites peurs se sont transformées en véritable panique à cause de rumeurs sur les réseaux sociaux. Le plus gros problème est que le gouvernement indien n’a absolument pas prévenu la population. Aucune consultation n’a été faite et la décision a enterré définitivement le peu de réputation de Modi.3 Les institutions financières ont dû mal à tenir la cadence. Des millions de personnes font la queue dans les banques pour échanger les anciens billets et la banque centrale a dû mal à proposer le cash nécessaire pour faire face à la demande.4

Ces anciens billets de banque représentaient près de 80 % de la monnaie en circulation dans l’économie indienne. Certains ne peuvent même plus acheter de la nourriture, car ils n’ont que des billets de 500 et de 1000 et ils doivent passer leur journée à faire la queue dans les banques.

Le prétexte de la lutte contre l’argent du marché noir

Le principal prétexte du gouvernement indien est que cela permet de lutter contre l’évasion fiscale. Mais c’est surtout une tentative pour remettre la main sur l’économie du pays. La quantité de cash en circulation a augmenté de 15 % l’année dernière et la banque centrale et le gouvernement ont un mal de chien pour garder le contrôle sur leurs propres marchés financiers.5 La population indienne est méfiante par nature contre les autorités centrales et cette méfiance a augmenté ces dernières années avec les positions ultra-néolibérales de Modi. À une époque, il avait encouragé les paysans à déposer tout leur or à la banque ou le vendre pour acheter des actions sur les entreprises technologies à Banglor. Mais la tradition veut que la population indienne préfère garder sa richesse sous le matelas. En supprimant 80 % de la monnaie en circulation dans le pays, ce n’est plus un changement financier, mais une prise d’otage pour forcer la main à une majorité de la population.

Le message est fort et très sournois. En supprimant ces billets de banque, le gouvernement indien est en mode : Nous pouvons anéantir totalement votre richesse si vous ne la donnez pas aux institutions financières qui sont sous notre contrôle. Une autre justification de la suppression de ces billets est qu’ils facilitaient l’évasion fiscale. L’idée est que si on autorise uniquement les petites coupures, alors le transfert de grandes quantités d’argent est plus difficile. Mais cette justification est fausse puisque dans le même temps, le gouvernement va proposer de nouveaux billets de 2 000 roupies à partir de 2017. Vous ne pouvez pas supprimer de gros billets pour les remplacer par des billets encore plus gros. La caractéristique d’un gouvernement incompétent ? Créer une pagaille monstre pour une efficacité proche de zéro.

Sources

1.
India scraps 500 and 1,000 rupee bank notes overnight – BBC News. BBC News. http://www.bbc.com/news/business-37906742. Consulté le novembre 16, 2016.
2.
Rs 500, 1,000 currency notes de-monetized; banks to remain closed tomorrow, ATMs won’t function . http://economictimes.indiatimes.com/. http://economictimes.indiatimes.com/news/economy/policy/rs-500-1000-currency-notes-de-monetized-banks-to-remain-closed-tomorrow-atms-wont-function/articleshow/55316785.cms. Published 8 novembre 2016. Consulté le novembre 16, 2016.
3.
Anger intensifies over India’s demonetisation move. Al-jazeera. http://www.aljazeera.com/news/2016/11/anger-intensifies-india-demonetisation-move-161112161157110.html. Consulté le novembre 16, 2016.
4.
In pics: People grow impatient waiting for cash at banks, ATMs. http://www.hindustantimes.com/. http://www.hindustantimes.com/india-news/in-pics-impatience-disappointment-grow-as-chaos-outside-banks-continues/story-9RfhTFKjQ2khU8UcK095JP.html. Published 13 novembre 2016. Consulté le novembre 16, 2016.
5.
Rastello S. Mystery $9 Billion in Extra Cash Perplexes India. Bloomberg.com. http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-04-10/mystery-9-billion-in-extra-cash-perplexes-india. Published 10 avril 2016. Consulté le novembre 16, 2016.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Estelle Dufresne

Ancienne journaliste dans plusieurs titres de la presse régionale. Mais comme la presse régionale n'existe plus, je me suis recyclé dans les rubriques internationales de plusieurs sites en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *