Grève générale à Ambatovy et de nombreuses questions sur son avenir


  • FrançaisFrançais



  • ambatovy-tamatave

    L’avenir d’Ambatovy est fortement menacé avec toutes les grèves à répétition qui montre un malaise générale entre la population et la direction.


     

    Ambatovy voulait doubler sa production en 2015 et on peut dire qu’elle n’a doublé que ses problèmes. Au mois de mars, on a eu une première grève à Fort-Dauphin parce que les employés exigeaient de meilleures conditions de travail. Cette fois, c’est l’annexe Ambatovy de Moramanga qui est dans la tourmente puisque des employés protestent contre le licenciement abusif d’un de leurs employés et qu’ils voulaient une aide juridique pour résoudre les litiges avec le personnel de la compagnie.

    Cette première contestation a pu trouver une solution, mais les employés demandent cette fois le licenciement du personnel des ressources humaines, car ils estiment que le processus de recrutement est biaisé et qu’il souffre de nombreux trafics d’influence.

    Quelques 250 employés ont annoncés une grève à l’usine Ambatovy de Tamatave et il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que les autres travailleurs puissent accéder à l’usine. L’avenir d’Ambatovy est fortement menacé si l’entreprise continue à souffrir de nombreuses contestations en interne.

    Il existe de nombreux fautifs dans cette affaire et les premiers sont évidemment les gouvernements successifs et la direction d’Ambatovy. est un pays très particulier et une multinationale ne peut pas débarquer avec ses gros sabots en espérant que tout va se passer comme elle le souhaite. Depuis le début du lancement d’Ambatovy, on a eu des protestations systématiques que ce soit des populations locales qui estiment que l’entreprise s’est accaparée leurs terres, des activistes qui dénoncent des violations répétés sur la protection de l’environnement malgré la belle vitrine d’Ambatovy de proposer un développement durable. Le développement durable n’existe pas, car c’est seulement un capitalisme durable.

    Les gouvernements successifs ont déroulé le tapis rouge pour Ambatovy et cette dernière ne s’est faite pas prier, mais la population locale n’a pas eu mot à dire sur les nombreuses décisions importantes de l’entreprise. Ces grèves à répétition montrent un malaise général et une rupture absolu entre la direction et le personnel en bas de l’échelle. Bas de l’échelle sur le papier, car ce sont ces ouvriers qui sont responsables de la production et du raffinement. Dès que la grève a été annoncée, Ambatovy s’est empressé d’engager des sous-traitants et cela montre l’objectif réel de l’entreprise, à savoir, une exploitation proche de l’esclavagisme et les discours sur l’aide aux communautés locales et à la population sont juste de la merde qui passent bien dans les communiqués de presse.

    Et cela montre un avenir très incertain pour l’entreprise. Si des forces de l’ordre sont obligés d’intervenir alors que ce sont des petites grèves, qu’est-ce qui va se passer lorsque le mouvement prendra de l’ampleur.

    La population malgache a pu vivre sans la manne financière Ambatovy et elle pourra vivre sans Ambatovy dans le futur. En revanche, Sherritt a besoin du Nickel alors les malgaches  s’en foutent. Pauvre ou plus pauvre, c’est la même chose.

     

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *