Madagascar : Manifestation contre les délits de presse

Les journalistes malgaches ont manifesté pour protester contre les délits de presse qui n’ont pas été supprimé dans le nouveau code de la communication. La loi sur la cybercriminalité a été vivement critiqué, car elle permet l’emprisonnement de journalistes qui critiquerait le pouvoir et les ministres si ces derniers sont impliqués dans des trafics illicites.


A Madagascar, les journalistes manifestent contre les délits de presse qui sont maintenus dans le code de la communication.

(Agence Ecofin) – Une manifestation de journalistes a eu lieu devant l’Assemblée nationale à ce vendredi 17 juin 2016. Les professionnels de la presse, une centaine environ, étaient appuyés par des membres collectif citoyen « Wake Up Madagascar », selon Radio France International.

La presse malgache exprimait ainsi une revendication : la dépénalisation des délits de presse. En d’autres termes, les journalistes ne doivent plus aller en prison pour des fautes commises dans l’exercice de leur métier. Les manifestants reprochent au gouvernement de n’avoir pas intégré la dépénalisation des délits de presse dans le projet de loi portant nouveau Code de la communication. Le texte est actuellement au Parlement pour examen et adoption.

La dépénalisation avait pourtant été prise en compte dans la version du texte sur laquelle les professionnels de la presse avaient travaillé en 2015. Selon les manifestants, le gouvernement a apporté des modifications au dernier moment, maintenant par exemple l’article 20 de la loi sur la cybercriminalité qui devait initialement être abrogé.

« Cette loi sur la cybercriminalité est liberticide parce qu’elle prévoit l’emprisonnement des journalistes et de tout citoyen qui injure et diffame le régime ou un fonctionnaire de l’Etat », s’indigne la journaliste Fetra Rakotondrasoa, en service à la chaîne Viva Tv. A la place de l’emprisonnement, les journalistes proposent la formation pour mettre fin aux cas récurrents de diffamation dans les médias malgaches.

Au Sénat, le ministre de la Communication, Vonison Andrianjato Razafindambo (photo), a expliqué que le Code de la communication doit s’arrimer à la loi sur la cybercriminalité.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Boubakar Nguema

Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *