Madagascar contre l’ONGcratie


  • FrançaisFrançais

  • L’affaire de Transparency International montre que l’ONGcratie est devenue une véritable gangrène dans ce pays en dictant sa loi à tous les niveaux, le tout commandité par des officines occidentales.



    Il y a quelques jours, la directrice de Transparency International, a été interrogé par la police économique parce qu’elle a accusé le groupement des exportateurs de Litchis de faire des magouilles. Je ne vais pas m’étendre sur cette affaire, car déjà, je ne connais pas le dossier et surtout que j’en ai strictement rien à foutre des litchis.

    Mais lorsque la femme a été entendue, vous avez eu toutes les chancelleries occidentales qui ont hurlés comme des putois en disant que c’est scandaleux. Dites, nous, on ne dit rien quand l’Occident torture et massacre des millions de personnes dans le monde pour leur enseigner « l’Etat de droit » et la « démocratie ».

    Ensuite, cela soulève le problème de ces ONGs à Madagascar qui n’obéissent à personne. Elles ont le droit de dégueuler comme bon leur semble, mais elles, elles sont intouchables. Car la valeur sacrée devant l’Eternel et devant un peuple est la légitimité. Cette Ketakandriana Rafitoson, on peut savoir combien de malgaches l’ont élus ? Absolument zéro. Elle est issue de la nébuleuse d’ONGs qui est financée par le Département d’Etat américain, sous le couvert de protéger la culture et le droit des femmes (sic).

    Et c’est valable pour toutes les ONG qui n’ont jamais été élus par personne, avec des membres qui font toute leur carrière à l’étranger et finalement, prouvant qu’elles n’ont jamais travaillé de leur vie. Ce sont de véritables plaies, car cela disloque la souveraineté d’un pays. C’est au pays de combattre sa propre corruption et à non à des ONG qui sont financés par d’autres pays dont la transparence et la démocratie ressemble à une énorme face organisée par des occupants d’un asile psychiatrique.

    La solution est très simple, faire voter des lois comme en Russie, qui identifie les agents étrangers. Toute ONG doit passer par une évaluation complète de son organisation. On doit regarder les membres, les sources de financement, avoir accès à toutes les transactions, car comme celui qui paie commande, ce serait intéressant de savoir qui finance réellement ces organisations. En même temps, ce sont des chantres de la transparence, elles ne verront donc aucun mal à ce qu’on fouille dans leurs affaires, pour voir s’il n’y a pas une odeur de fosse septique.

    Madagascar : Entre crises perpétuelles et espoirs sans lendemain

    Si dans les cartes postales, Madagascar possède une image idyllique, faisant baver les occidentaux qui respirent de la brique à longueur de journée, la réalité est toute autre. Pauvreté, misère, famine, corruption, népotisme, autant de mots qui sont coupables des maux malgaches.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    2 Responses

    1. Gerard dit :

      il est normal qu’elle soit entendue par le juge, mais pas sous la menace d’un mandat de dépot
      transparency n’est pas une ONG, mais une association de droit malgache
      http://www.transparency.mg/

    2. Ahaona dit :

      Bonjour il serait gran temps que nous malagasy fassions le grand ménage avec toutes ces ONG qui sont des doriphores de notre misère. Si leurs actions étaient si efficaces que ça, il n’y aurai tplus de mendiants ni malnutirs à Madagascar ! CONS se le disent dans les diners en vile !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *