Le Rafale français écarté par le Kazakhstan au profit du Su-30 russe


  • FrançaisFrançais

  • Le Kazakhstan a opté pour le chasseur russe Su-30SM, qui dispose d’une portée plus longue, d’une charge utile plus importante et d’un radar plus puissant que le Rafale français. Le pays a également souligné l’avantage de renforcer sa flotte actuelle de Su-30.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Un rafale et un Su-30 indiens volant cote à cote

    Le Kazakhstan a annoncé qu’il allait acquérir dix chasseurs russes Su-30SM en 2023-2024, rejetant ainsi l’offre de la France de lui vendre des Rafale. Le responsable kazakh de la défense aérienne a déclaré que le Su-30 avait un meilleur rapport qualité-prix que l’avion français, et qu’il s’inscrivait dans la continuité de la flotte actuelle du pays, qui compte déjà 23 Su-30SM.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Le Kazakhstan suit ainsi l’exemple de l’Algérie, qui avait également écarté le Rafale au profit du Su-30MKA, une version proche du Su-30SM, dans les années 2000. Les deux pays ont opté pour le chasseur russe en raison de ses performances supérieures en combat aérien, de sa portée plus longue, de sa charge utile plus importante et de son radar plus puissant. Le Su-30SM est basé sur le Su-30MKI, un avion de génération 4+ développé à l’origine pour l’Inde, qui intègre des moteurs à poussée vectorielle et un radar à antenne à balayage électronique.

    Le Rafale, quant à lui, présente l’avantage d’avoir des coûts opérationnels et de maintenance plus faibles, en tant qu’avion plus léger, mais cela est en partie compensé par son coût d’acquisition plus élevé. Le chasseur français dispose également de capteurs et de missiles air-air plus modernes, qui se rapprochent de ceux du Su-57, le chasseur de cinquième génération russe, mais ces technologies devraient être disponibles pour le Su-30 dans le futur sous forme de mises à niveau.

    La tendance de longue date des fournisseurs d’armes occidentaux à imposer des embargos sur les pièces de rechange et à chercher à restreindre la manière dont leurs actifs peuvent être utilisés à l’étranger constitue un autre inconvénient majeur du Rafale. Un autre problème est le manque de compatibilité du chasseur français avec les équipements russes et soviétiques existants au Kazakhstan et sa probable incapacité à opérer dans des réseaux conjoints avec les forces russes.

    Alors que le Kazakhstan et la Russie intègrent étroitement leurs défenses aériennes, qui se sont encore renforcées avec la création d’un réseau de défense aérienne conjoint de l’Organisation du Traité de sécurité collective en novembre, l’intégration de chasseurs français à très courte portée et non compatibles dans le réseau aurait été très problématique.

    L’importance de l’interopérabilité avec les forces russes a été soulignée en janvier 2022 lorsqu’Astana a demandé que l’armée russe soit déployée pour soutenir les forces locales face à une insurrection de courte durée soutenue par la Turquie, qui a vu les forces de sécurité locales faire d’importantes pertes.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *