TAFTA : L'Europe autorise les pesticides dangereux sous la pression américaine



TAFTA-pesticide-europe

L’Europe prévoyait d’interdire certains types de pesticides, mais elle va les accepter sous la pression américaine à l’ombre du .


 

L’Europe voulait interdire des pesticides qui représentent des risques sérieux pour la santé. Mais The Guardian nous apprend que l’Europe va les accepter sous la pression américaine. Les autorités américaines ont déclarés que cette interdiction allait menacer la ratification du TAFTA. A la base, l’Europe voulait interdire 31 pesticides qui contiennent des perturbateurs endocriniens (PE) qui sont associés au cancer des testicules et à la stérilité masculine.

Après le lancement officiel des négociations du TAFTA le 13 juin 2013, une délégation américaine a débarqué en Europe pour demander aux législateurs européens de supprimer les lois contre les PE pour les remplacer par des lois qui se baseraient sur de futures études (c’est à dire jamais). Dans un premier temps, les officiels européens ont déclarés qu’ils voulaient ratifier le TAFTA, mais ils n’allaient pas baisser les normes de santé. Mais la Commission Européenne a capitulé quelques temps plus tard.

Et la Commission Européenne a pris cette décision alors qu’elle déclaré que le TAFTA n’allait pas menacer les normes de sécurité et de santé sur le continent. Ainsi en février 2015, la Commission avait déclaré clairement que le TAFTA n’allait pas menacer les normes sur les pesticides concernant le secteur agro-alimentaire. The Guardian rapporte que les législateurs ont utilisés une manière sournoise pour justifier la suppression des normes. Au lieu d’une suppression officielle, ils ont interdit le vote de nouvelles lois qui aurait renforcés les normes sanitaires. Cela revient à baisser de plus en plus ces normes dans le futur.

Cette décision Européenne est une débilité pure et simple même sur le plan économique. Pour justifier le TAFTA, la Commission Européenne avait avancé que ce traité allait générer 100 milliards d’euros à l’horizon 2027. Mais selon une autre étude, les couts de santé provoqués par les dégats des pertubarteurs endocriniens seront de 113 milliards à 195 milliards d’euros chaque année. En fait, les économies qu’on pourrait réaliser en interdisant ces pesticides bénéficieraient davantage à l’économie européenne que tous les scénarios les plus optimistes concernant le TAFTA. La Commission Europe a décidé qu’il était plus important d’apaiser les américains que de protéger ses propres citoyens.

Ce n’est pas la première fois que la Commission Européenne sacrifie les lois européennes pour faciliter les accords sur des traités. L’Europe possède un traité similaire avec le Canada qui s’appelle le Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA). Avant la ratification, l’une des demandes canadiennes était de promouvoir le sable bitumé en Europe. En 2012, la directive européenne Fuel Quality avait proposé que le sable bitumé possède une valeur carbone qui soit supérieure à 20 % à celle du pétrole conventionnel. La raison est que le sable bitumé provoque une plus grand pollution et cette directive européenne était censé dissuader les entreprises à investir dans le sable bitumé à cause du prix élevé du poids carbone. Mais quand la version de la directive finale a été publiée, l’amendement sur l’augmentation des 20 % avait disparu par magie pour le grand plaisir du Canada.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *