Certains hôpitaux américains gonflent les couts des soins médicaux de 1000 %


  • FrançaisFrançais



  • frais-hopitaux-americains

    L’industrie de la santé est un marché gigantesque où les consommateurs n’ont aucune manière de comparer les prix. Un patient dans un lit d’hôpital a peu de choix pour comprendre combien il dépense pour ses soins médicaux. Mais une nouvelle étude qui a analysé les frais d’hôpitaux a découvert que 50 hôpitaux aux États-Unis facturaient des prix qui étaient 10 fois supérieurs à ceux qui sont autorisés par Medicare. L’étude, qui a été menée par le professeur Gerard F. Anderson de l’université de John Hopkins et Ge Bai de l’université Washington and Lee a été publiée dans la revue Health Affairs. Ces chercheurs estiment que l’absence de régulation et de compétition a provoqué une augmentation des prix qui affectent tous les patients qu’ils soient assurés ou non. Sur un plan global, l’équipe a découvert une majoration des prix sur les soins médicaux qui étaient supérieurs à 1000 % comparé aux mêmes soins couverts par Medicare.

    Le professeur Anderson a déclaré qu’il n’y a aucune justification sur de tels prix, mais personne ne dit aux hôpitaux qu’ils ne doivent pas pratiquer de tels tarifs. Il n’y a aucune régulation sur les frais hospitaliers et il n’y a pas de marché qui peut inciter les hôpitaux à baisser leurs tarifs. Il ajoute que les hôpitaux fixent ces tarifs parce qu’ils le peuvent.

    Les hôpitaux à but lucratif, les champions de la surfacturation

    Pour mener leur étude, l’équipe a examiné les rapports Medicare de 2012 provenant des centres Medicare et du service Medicaid et elle a comparé ces prix avec les couts de facturation des hôpitaux afin de connaitre le niveau de la surfacturation. L’équipe a découvert que non seulement 50 hôpitaux gonflent les prix à hauteur de 1000 % par rapport aux prix de Medicare, mais qu’en moyenne, tous les hôpitaux américains augmentent leur prix par 3 ou 4 par rapport aux barèmes de Medicare de 2012. Par exemple, si le cout autorisé d’un soin est de 100 dollars pour Medicare, alors l’hôpital va demander 340 dollars. Et l’un des 50 hôpitaux mentionnés n’hésitera pas à facturer 1000 dollars. Et sur ces 50 hôpitaux, il y en a 49 qui sont des établissements à but lucratif.

    Plus précisément, Community Health Systems, un système de soin privé gère 25 de ces hôpitaux qui sont champions de la surfacturation. De même, Hospital Corporation of America gère 25 % de ces établissements et on doit ajouter que 20 de ces hôpitaux sont situés en Floride. Selon Bai, l’un des responsables de l’étude : Les hôpitaux à but lucratif sont les champions des prix exorbitants. Ils représentent seulement 30 % des hôpitaux aux États-Unis, mais ils représentent 98 % des hôpitaux qui font ce genre de pratiques.

    Qui des personnes qui ne sont pas assurées ?

    Les patients qui possèdent une assurance maladie ne paient pas le prix complet. Le gouvernement et les assureurs privés négocient des tarifs abordables pour les patients. Et même si c’est une bonne nouvelle pour les assurés, c’est un gros problème pour les personnes qui n’ont pas d’assurance maladie. Les chercheurs estiment qu’il y a 30 millions de patients qui ne sont pas assurés aux États-Unis qui vont être taxés à taux plein par les hôpitaux. Certains arrivent à compenser en faisant jouer d’autres assurances ou en recevant des soins qui ne proviennent pas du système de santé officiel.

    Mais cela signifie aussi que la population la plus pauvre aux États-Unis paye les plus grosses factures sur leurs frais hospitaliers. Les résultats sont une faillite financière personnelle, une mauvaise notation sur les crédits à cause de leurs dettes et ces pauvres vont éviter le système de santé autant que possible. Selon Bai : À part l’exception des patients qui possèdent une assurance de santé fournie par le gouvernement, la plupart des consommateurs sont touchés de plein fouet par la surfacturation des hôpitaux. Selon l’équipe, le gouvernement contrôle les frais hospitaliers qui sont fournis au Maryland et dans l’ouest de la Virginie, mais il n’y a pas de loi fédérale qui contrôle les prix pour tous les Américains. Le professeur Andreson ajoute : Nous, en tant que consommateurs, payons des frais aux hôpitaux qui sont 10 fois supérieurs à la normale. Est-ce que vous pensez qu’un autre secteur pourrait faire de même et continuer ces pratiques sans craindre aucune conséquence ?

    Il ajoute qu’à moins que le gouvernement légifère sur des prix acceptables pour les frais hospitaliers, les hôpitaux ne vont pas baisser leurs tarifs. La transparence des prix peut aider puisqu’actuellement les patients ne peuvent pas comparer les prix pour leurs soins. Les hôpitaux ne sont pas requis de partager leurs tarifs pour leurs soins. Selon l’auteur de l’étude : Ce système opaque a provoqué l’effet qu’on impose les prix les plus exorbitants aux plus pauvres et ce résultat est un échec complet du système et du marché de la santé.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.