Un vaccin contre le MERS prêt pour les essais humains


  • FrançaisFrançais



  • Les chercheurs envisagent de lancer les premiers essais cliniques sur un vaccin contre le MERS (Middle East Respiratory Syndrome).

    vaccin-mers-cov

    Une étude par la Ludwig-Maximilians-Universität en Allemagne a démontré les effets prometteurs du vaccin en laboratoire et dans des souris. Dans la revue Virology, les chercheurs concluent que ce vaccin, appelé MVA-MERS-S, respecte les principaux critères pour des essais cliniques sur les humains. Le MERS est une maladie respiratoire qui est provoquée par le Coronavirus MERS. Les premiers symptômes ressemblent à ceux de la grippe, mais cela peut s’aggraver en une maladie respiratoire qui peut être fatale. Pour le moment, il n’y a aucun remède contre le MERS qui tue 36 % des patients infectés. La Corée du Sud est le pays le plus touché par le MERS avec 166 cas confirmés et 12 décès. Les mammifères jouent un rôle majeur dans la transmission du MERS, notamment les chauves-souris et les chameaux.

    Un vaccin qui se base sur l’antigène du MERS-CoV

    Il y a 2 ans, Gerd Sutter, professeur de virologie et chaire de l’institut des maladies infectieuses et des zoonoses du LMU et son équipe avait annoncé qu’ils avaient développé un vaccin expérimental pour le MERS-CoV. En plus des chercheurs du LMU, on avait des membres de l’université Marburg en Allemagne et du centre médical Erasmus à Rotterdam. Dans cette nouvelle étude, ils décrivent l’efficacité de ce vaccin sur des tests pré-cliniques ce qui annonce la phase 1 pour les essais sur les humains. Dans l’étude, l’équipe a créé ce vaccin expérimental en utilisant un virus vaccinal appelé Modified Vaccinia virus Ankara (MVA). Ils ont utilisé ce MVA comme un véhicule pour transporter un antigène du MERS-COV qui s’appelle le spicule de glycoprotéine (protéine S). Un antigène est une partie d’un virus ou d’une bactérie qui permet au système immunitaire de produire des corps pour l’éliminer.

    Une fois à l’intérieur de l’organisme, le virus modifié va dans les cellules et crée de nombreuses copies de la protéine S du MERS. Il les affiche sur la surface de la cellule pour qu’elles soient reconnues par le système immunitaire. Quand le système immunitaire reconnait la protéine S du MERS-COV, il commence à produire des anticorps contre le pathogène.

    L’efficacité du vaccin dans les cultures cellulaires et les souris

    Comme une première étape, les chercheurs ont montré que le vaccin provoque la réaction immunitaire appropriée dans les cultures cellulaires. Il a produit des anticorps qui protègent contre le MERS. Ensuite, l’équipe a utilisé des souris génétiquement modifiées pour qu’elles soient vulnérables à une infection par le MERS et elles ont été exposées à différentes doses du vaccin. Les tests ont montré que le virus ne pouvait plus se multiplier lorsque la souris recevait des doses élevées de vaccins. Les résultats ont aussi montré une baisse drastique de l’ADN du MERS dans les poumons des souris comparé à celles qui n’ont pas été vaccinées. Le professeur Sutter a déclaré que ces résultats montrent que le vaccin expérimental est à la fois efficace et sans danger pour la santé. Les chercheurs envisagent déjà la prochaine étape qui sera la phase 1 pour les essais humains. L’équipe a reçu des fonds de 1,5 million d’euros provenant du German Center for Infection Research (DIFZ). C’est une nouvelle importante, mais il faudra attendre avant d’avoir un vaccin qui a passé tous les tests cliniques. Et le MERS semblent assez impatient puisqu’on a déjà un cas qui a été confirmé en Thaïlande.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.