Une augmentation dramatique de l'utilisation des antibiotiques


  • FrançaisFrançais



  • Un nouveau rapport fournit une étude détaillée sur l’utilisation des antibiotiques et des résistantes au niveau mondial.

    L’utilisation des antibiotiques continue d’enregistrer une augmentation croissante au niveau mondial. Et cette croissance est principalement à cause de la demande des pays émergents et pauvres selon un rapport qui a été publié le 17 septembre. La recherche montre la prévalence des antibiotiques pour chaque pays ainsi que celle de la résistance à ces médicaments.

    Le Center for Disease Dynamics, Economics and Policy (CDDEP), une ONG basée à Washington, a utilisé les données provenant de la littérature scientifique et des systèmes de surveillances nationaux et régionaux. L’ONG a utilisé ces données pour cartographier le taux de la résistance antibiotique pour 12 types de dans 39 pays ainsi que la tendance des antibiotiques dans 69 pays pendant les 10 dernières années. La consommation des antibiotiques a augmenté de 30 % de 2000 à 2010. La croissance est provoquée par des pays tels que l’ ou l’Inde. Dans ces pays, les antibiotiques sont utilisés comme un guérit tout pour combler le manque d’infrastructures médicales appropriées. Par exemple en Inde, le nombre d’infections de type Klebsiella pneumoniae, qui sont résistante à une classe d’antibiotiques puissants appelée Carbapénèmes, a doublé passant de 29 % en 2008 à 57 % en 2014. En revanche, seuls 10 % des K. Pneumonia aux États-Unis et en Europe sont résistants au Carbapénème.

    Le rapport a aussi trouvé une augmentation dans l’utilisation des antibiotiques dans le bétail. Et le problème est particulièrement inquiétant en Chine qui a consommé près de 15 000 tonnes d’antibiotiques destinés au bétail en 2010. Et la Chine va doubler sa consommation en 2030.

    En revanche, les pays riches ont commencé à réguler sur l’utilisation des antibiotiques et cela porte déjà ses fruits. Selon le rapport, le nombre de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (MRSA) a baissé drastiquement dans de nombreux pays riches tels que l’Angleterre ces 8 dernières années. Je pense que c’est un rapport détaillé qui doit nous alarmer selon Daniel Sahm, responsable scientifique à l’International Health Management Associates en Illinois. Il est difficile d’avoir des données sur les pays pauvres et cela implique que ce rapport, malgré le fait qu’il est très inquiétant, est encore en dessous de la réalité. Ce chercheur plaide pour une surveillance beaucoup plus agressive.

    Le rapport liste 6 étapes pour empêcher la résistance antibiotique dans les pays qui ne possèdent pas une bonne régulation. Certaines de ces mesures telles que l’amélioration sanitaire sont évidentes, mais d’autres mesures telles que la limitation des antibiotiques dans l’agriculture et les hôpitaux sont difficiles à mettre en place sans oublier l’aspect controversé. Mais Timothy Walsh, un microbiologiste de l’université de Cardiff, a déclaré que toutes ces suggestions sont intéressantes, mais une surveillance globale et des régulations sont obligatoires. On peut mettre autant d’argent et de bonne volonté qu’on veut, mais sans une responsabilité et une surveillance internationale, on va continuer à répéter les mêmes erreurs encore et encore.

    Mais on ne doit pas oublier le fait qu’à une époque, l’OMS et le monde médical avaient considéré l’antibiotique comme la solution à tous les problèmes. Pendant des années, les organisations internationales ont financé la distribution massive des antibiotiques. Et on connaissait les problèmes des antibiotiques dès les années 2000, mais les campagnes de Lobbying et l’hypocrisie des pays riches a provoqué une consommation sans précédent des antibiotiques dans les pays pauvres.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Jacqueline Charpentier

    Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *