Les suppléments de vitamine D sont inefficaces et peuvent être dangereux pour la santé

Ces dernières années, des études montrent que non seulement, les suppléments de vitamines D sont inefficaces, mais ils peuvent être aussi dangereux pour la santé.


L'inefficacité des suppléments en vitamine D et les dangers qu'ils représentent

Traduction de l’article publié en anglais sur The Conversation

Tout le monde aime la vitamine D. Les médecins, les patients et les médias sont amoureux des suppléments de vitamine D depuis des décennies. On cite de nombreux bienfaits pour contrer les carences de la vitamine D. Et au fil du temps, la vitamine D est devenue une sorte de sirop guérit-tout qui peut traiter de la démence jusqu’au cancer. Des spécialistes promeuvent les suppléments aux patients souffrant d’ostéoporose et d’autres problèmes osseux depuis des décennies. On ajoute artificiellement de la vitamine D dans de nombreux produits alimentaires afin de prévenir les fractures ou d’améliorer la résistance musculaire. On vante les bienfaits de la vitamine D pour booster le système immunitaire et pour réduire la vieillesse.

Mais un nouveau papier sur la vitamine D détruit tous les bienfaits liés à ces suppléments. Les suppléments représentent un marché de plusieurs milliards de dollars et des agences en communication sont spécialisées pour crier les avantages des suppléments vitaminiques sur tous les toits. L’auteur de cet article en anglais, Tim Spector, professeur d’épidémiologie génétique au College London, a écrit un livre intitulé The Diet Myth en 2013. Ce livre permet de comprendre comment les agences de communication recrutent des célébrités qui nous disent qu’ils prennent littéralement des overdoses de vitamine D pour devenir des créatures parfaites, objets de tous les fantasmes. On estime que 50 % des Américains et Anglais prennent régulièrement des suppléments. Mais étonnamment, il y a très peu de preuves scientifiques sur les prétendus bienfaits de ces suppléments. Notons que la critique concerne les suppléments, car nous ingérons naturellement toutes les vitamines du moment qu’on a une alimentation équilibrée. Et quand on a une alimentation composée de malbouffe, un supplément en vitamine est aussi efficace que de mettre un sparadrap sur une jambe de bois.

Une étude basée sur l’essai clinique SELECT a suggéré que les suppléments en vitamine E et en sélénium augmentent le cancer de la prostate chez certains hommes. Et l’année dernière, des analyses massives, combinant 27 études sur 500 000 personnes, a conclu que la prise de suppléments vitaminiques et minéraux ne protège aucunement contre le cancer ou les maladies cardiaques. Non seulement, c’est un gaspillage d’argent pour la majorité d’entre eux, mais si on prend des vitamines à doses excessives, alors cela accélère la mort en augmentant les risques de maladies cardiaques et de cancer.

L’origine de la légende bienfaitrice sur les suppléments de vitamine D

Il y a plusieurs décennies, on avait effectué des tests en aveugle sur des personnes souffrant de plusieurs déficiences. On leur avait donné des suppléments et des vitamines, mais ces personnes n’ont retiré aucun bienfait sur la prise de ces vitamines. À part pour ceux qui ont pris des nutriments de lutéine pour la dégénération maculaire qui provoque la cécité et la vitamine D. La légende était née sur le fait que cette vitamine D était nécessaire à l’organisme.

Depuis les années 1980, les chercheurs ont écrit des centaines de papiers prétendaient qu’un manque de vitamine D pouvait provoquer plus de 137 maladies. Mais un rapport du BMJ en 2014 a démontré que ces liens étaient douteux.

Notre patrimoine génétique influence les niveaux de vitamine D. Nous pouvons utiliser cette information pour dire si un faible niveau de vitamine D peut provoquer une maladie. Les preuves suggèrent, à l’exception de plusieurs scléroses et de certains cancers, qu’un faible niveau de vitamine D est rarement une cause pour une maladie.

Une vitamine n’est jamais inoffensive

Mais jusqu’à présent, on s’en foutait puisque c’est de la vitamine, alors ça ne peut pas faire de mal même si on en prend à de grandes doses. Mais les études récentes sur ces 5 dernières années suggèrent que même les suppléments en calcium sont inefficaces pour prévenir les fractures et augmentent le risque de maladie cardiaque.

Si certaines études ont échoué à prouver les bienfaits de la vitamine D, d’autres études sont carrément inquiétantes. Une étude en double aveugle de 2015, sur 409 personnes âgées en Finlande, a suggéré que la vitamine D n’offre aucun avantage comparé à un placebo ou de l’exercice. Et en fait, les niveaux de fracture étaient plus élevés avec la prise de vitamine D. La dose habituelle de vitamine D dans la plupart des pays est de 800 à 1 000 pièces par jour (soit 24 000 à 30 000 pièces par mois). Mais 2 études en double aveugle montrent qu’une consommation de vitamine D de 40 000 à 60 000 pièces par mois en fait une substance dangereuse.

Une étude, impliquant 2 000 Australiens âgés, et une autre étude qui vient d’être publié montre que les patients qui avaient pris de fortes doses de vitamine D ou ceux qui avaient pris de la vitamine D pour avoir des niveaux normaux dans le sang (une norme définie par les spécialistes, donc pour combler une prétendue déficience) avaient 20 à 30 % plus de risques de subir des fractures et des chutes comparées à ceux qui avaient eu de faibles doses ou ceux qui n’avaient pas de niveaux normaux de vitamine D dans le sang.

Il est difficile d’expliquer la nocivité des suppléments de vitamine D. Certaines personnes, qui ne prennent pas de suppléments, ont des niveaux élevés de vitamine D dans le sang parce qu’ils passent beaucoup de temps sous le soleil ou que leur alimentation se compose principalement de poissons. Les niveaux élevés s’expliquent aussi par des gènes qui provoquent des différences de 50 % chez les personnes. De ce fait, notre obsession, pour avoir des niveaux normaux de vitamine D dans le sang, est totalement faussée, car elle n’a aucune preuve scientifique. C’est la même chose que de prétendre qu’un seul régime convient à tout le monde.

Bannir progressivement les suppléments de vitamine dans notre mode de vie

Jusqu’à aujourd’hui, nous pensions que la prise de suppléments de vitamine D est naturelle et certains patients vont les prendre alors qu’ils sont contre les médicaments principalement chimiques. Mais notre organisme a une autre opinion sur la définition d’un médicament naturel. La vitamine D est produite par les rayons UV du soleil qui se convertissent progressivement dans notre peau en augmentant les niveaux dans notre sang ou c’est métabolisé lentement via notre alimentation.

En revanche, la prise d’une grosse dose de substances chimiques par voie orale ou par injection peut provoquer une réaction métabolique très différente et très imprévisible. Par exemple, nos microbes intestinaux sont responsables de la production d’un quart de nos vitamines et d’un tiers de nos métabolites sanguins. Ces microbes réagissent également aux changements des niveaux vitaminiques par des récepteurs dans la paroi intestinale. Un ajout artificiel de grandes quantités de substances chimiques va perturber des processus immunitaires.

Nous devons être vigilants à l’alerte quand on découvre que notre vitamine préférée peut être dangereuse. Nous devons considérer sérieusement l’abus de ces substances chimiques plutôt que les ajouter régulièrement dans nos aliments. Nous dépensons des milliards de dollars sur ces suppléments. L’industrie des suppléments peut vous convaincre que ces produits vous sauveront la vie, mais c’est un secteur sauvage qui ne bénéficie d’aucune régulation. Si nous voulons consommer de la vitamine D, alors nous devons revenir aux fondamentaux de cette vitamine, à savoir, sensibiliser les gens à faire des balades sous le soleil et varier leur alimentation. Pour 99 % des personnes, des marches régulières sous le soleil et une bonne alimentation leur fourniront toute la vitamine D dont ils ont besoin.

Les suppléments sont juste un objectif marketing et c’est une occasion de lire notre dossier sur les mythes de la science dans lequel nous abordons l’arnaque des antioxydants. De plus, nous tendons de plus en plus vers une sorte d’idéal médical et sanitaire où certaines personnes se coupent des parties de leur corps pour prévenir un cancer inexistant comme nous le décrivons dans l’article sur le syndrome d’Angelina Jolie et la phobie de la maladie

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *