Une épidémie d’Éléphantiasis en Ouganda associé au fait de marcher pieds nus sur un sol volcanique

Une épidémie récente d’Éléphantiasis en Ouganda est liée au fait de marcher pieds nus sur un sol volcanique et non à un ver habituellement associé à cette maladie.


Une épidémie récente d'Éléphantiasis en Ouganda est liée au fait de marcher pieds nus sur un sol volcanique et non à un ver habituellement associé à cette maladie.

Une étude qui sera publiée dans la revue American Journal of Tropical Medicine and Hygiene suggère qu’une épidémie récente d’ dans l’ouest de l’ n’était pas provoquée par les vers parasitaires associés à cette maladie, mais par le fait de marcher pieds nus sur des sols minéraux.

L’analyse a été faite par une équipe du Ministère de la santé ougandais, l’OMS et le CDC et l’épidémie était mystérieuse, car elle est apparue soudainement en 2014 et 2015 dans le district de Kamwenge dans l’ouest de l’Ouganda, une région qui n’est pas connue pour des cas d’Éléphantiasis.

Les personnes affectées avaient des démangeaisons douloureuses et des plaies associées avec l’Éléphantiasis, mais ils n’avaient pas les vers parasitaires qui provoquent habituellement cette maladie connue comme la . Après avoir analysé l’historique médical de 52 patients, les scientifiques ont conclu qu’ils souffraient d’une forme de d’éléphantiasis ce qui suggère également que ce n’était pas une épidémie récente.

Les gens peuvent souffrir de podoconiose, une maladie non infectieuse, des décennies avant de développer l’éléphantiasis selon Christine Kihembo, une épidémiologiste du ministère de la santé ougandais et principale auteure de l’étude. De nombreuses personnes dans l’ouest de l’Ouganda souffraient de ce trouble depuis plus de 30 ans.

La podoconiose est provoqué par le fait de marcher constamment pieds nus dans les sols volcaniques. Ces sols volcaniques contiennent des cristaux de minerai qui pénètrent dans les semelles de pieds. Pour certaines personnes, une fois que ces cristaux sont sous la peau, ils provoquent des cycles répétés d’inflammation. Au fil du temps, l’inflammation produit du tissu cicatriciel qui bloque éventuellement des vaisseaux lymphatiques en provoquant des démangeaisons handicapantes et des plaies ouvertes dans les jambes.

Selon l’OMS, ce type d’éléphantiasis est typiquement associé à l’agriculture et des années à travailler pieds nus sur des sols fraîchement retournés. Mais Kihembo a déclaré qu’il y a 50 ans, la zone de l’Ouganda où les patients se trouvaient était complètement couverte de forêts et de prairies. Selon le rapport, dans les années 1960, une grande migration de personnes a transformé cette zone en terres agricoles et tout le sol a été retourné. Mais on n’a pas découvert les premiers signes de la maladie parce que le personnel de santé de la région n’avait aucune expérience de la podoconiose qui peut se produire dans certaines parties de l’est de l’Ouganda, mais elle est plus fréquente en Éthiopie. L’OMS estime qu’il y a 1 million de personnes en Éthiopie qui souffrent de podoconiose, mais elle affecte des parties de l’Afrique ayant des régions volcaniques, mais également le sud-est et le centre de l’Asie et l’Amérique du Sud.

Les analyses par les chercheurs ont révélé que les patients avaient des démangeaisons et des douleurs aux pieds depuis des années, mais qu’ils les avaient négligés comme des problèmes mineurs. Selon l’étude, l’âge moyen des patients est de 48 ans, mais la maladie a commencé lorsqu’ils étaient bien plus jeunes. La solution la plus facile de se protéger contre la podoconiose est que les gens portent des chaussures et qu’ils se lavent régulièrement les pieds. Et en effet, les patients travaillaient la terre sans chaussures et ils ne se lavaient pas les pieds après leur travail. Cela montre l’importance des efforts de mener des campagnes d’éducation pour l’hygiène des pieds.

Kihembo a noté qu’il y avait des incompréhensions dans la communauté sur la cause de la maladie. Ainsi, quand les gens ont appris qu’ils souffraient d’éléphantiasis, certains ont associé la maladie aux matières fécales des éléphants dans les forêts environnantes qui venaient souvent dans les villages. Et même quand le problème est identifié, la solution n’est pas simple. C’est un défi d’inciter les gens à faire attention à leur hygiène dans des communautés rurales et pauvres, car ils ont beaucoup de difficultés et le fait de marcher pieds nus n’est pas l’une d’entre elles. Mais il est important de détecter la maladie très tôt, car la podoconiose peut progresser pour atteindre un point de non-retour où on ne peut plus inverser la démangeaison.

Ces patients finissent par être isolés et stigmatisés à cause de la maladie et ils peuvent développer des infections secondaires à cause des ulcères sur la peau ce qui va aggraver leur santé et leur capacité à être des personnes actives dans la communauté.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *