L’allaitement pendant 6 mois réduit le risque de diabète de type 2

Dans une étude nationale à long terme s’étalant sur plus de 30 ans, l’allaitement maternel pendant six mois ou plus réduit le risque de développer un diabète de type 2 de près de moitié chez les femmes tout au long de leur grossesse. C’est une preuve de plus que l’allaitement maternel pendant 6 mois ou plus doit être recommandé dans la mesure du possible.


Dans une étude nationale à long terme s'étalant sur plus de 30 ans, l'allaitement maternel pendant six mois ou plus réduit le risque de développer un diabète de type 2 de près de moitié chez les femmes tout au long de leur grossesse. C'est une preuve de plus que l'allaitement maternel pendant 6 mois ou plus doit être recommandé dans la mesure du possible.

Nous avons trouvé une association très forte entre la durée de l’ et le risque de développer un diabète même après avoir pris en compte tous les facteurs de risque confondants selon Erica P. Gunderson, Ph.D., MS, MPH, chercheuse principale de la Kaiser Permanente. Les femmes, qui ont allaité pendant six mois ou plus dans toutes les naissances, ont vu leur risque de développer un diminuer de 47 % par rapport à celles qui n’ont pas allaité du tout. Les femmes, qui ont allaité pendant six mois ou moins, ont présenté une réduction de 25 % du risque de diabète.

Les bienfaits de l’allaitement maternel et la réduction des maladies

La Dre Gunderson et ses collègues ont analysé les données des 30 années de suivi de l’étude Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA). C’est une étude nationale multicentrique sur les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires qui comptait à l’origine environ 5 000 adultes de 18 à 30 ans de 1985 à 1986 en comprenant plus de 1 000 membres de Kaiser Permanente Northern California.

Les nouveaux résultats s’ajoutent à un nombre croissant de preuves que l’allaitement maternel a des effets protecteurs pour les mères et leur progéniture incluant la réduction du risque de cancer du sein et de l’ovaire. Les résultats de CARDIA sont également en accord avec ceux de la Study of Women, Infant Feeding and Type 2 Diabetes after GDM Pregnancy (SWIFT), financé par le NIH également dirigé par Gunderson, qui inclut le dépistage biochimique systématique du diabète chez les femmes pour le diabète gestationnel allant de la période post-partum et des années plus tard.

Les avantages à long terme de l’allaitement maternel pour réduire le risque de diabète étaient similaires pour les femmes noires et les femmes blanches et les femmes avec et sans diabète gestationnel. Les femmes noires étaient trois fois plus susceptibles que les femmes blanches de développer le diabète au cours de l’étude de 30 ans ce qui est compatible avec le risque plus élevé découvert par d’autres études. Les femmes noires inscrites à CARDIA étaient également moins susceptibles d’allaiter que les femmes blanches.

Des effets positifs persistants pour tous les types de personne

L’incidence du diabète diminuait graduellement à mesure que la durée de l’allaitement augmentait, indépendamment de la race, du diabète gestationnel, des habitudes de vie, de la taille corporelle et d’autres facteurs de risque métabolique mesurés avant la grossesse selon Gunderson. Plusieurs mécanismes biologiques plausibles sont possibles pour les effets protecteurs de l’allaitement maternel incluant l’influence des hormones associées à la lactation sur les cellules pancréatiques qui contrôlent les niveaux d’insuline dans le sang et qui ont ainsi un impact sur la glycémie.

Basé sur les preuves solides pour les nombreux avantages pour la santé de l’allaitement maternel pour les mères et les bébés, Kaiser Permanente fournit un soutien solide pour toutes les mères qui choisissent d’allaiter. Nous savons depuis longtemps que l’allaitement maternel présente de nombreux avantages tant pour les mères que pour les bébés, mais les preuves antérieures n’ont montré que de faibles effets sur les maladies chroniques chez les femmes selon Tracy Flanagan, directrice de la santé des femmes de Kaiser Permanente. Désormais, nous voyons une protection beaucoup plus forte de cette nouvelle étude montrant que les mères, qui allaitent pendant des mois après leur accouchement, peuvent réduire de moitié leur risque de développer un diabète de type 2 pendant leur vieillesse. Les infirmières, les hôpitaux et les décideurs devraient aider les femmes et leurs familles à allaiter le plus longtemps possible.

Cette étude portait sur 1 238 femmes noires et blanches qui n’avaient pas de diabète lorsqu’elles s’étaient inscrites à CARDIA ou avant leurs grossesses subséquentes. Au cours des 30 années suivantes, chaque femme a eu au moins une naissance vivante et a été systématiquement dépistée pour le diabète selon le protocole CARDIA qui comprenait des critères de dépistage diagnostique pour le diabète. Les participants ont également fait état de comportements liés au mode de vie (tels que le régime alimentaire et l’activité physique) et de la durée totale de l’allaitement maternel de leurs enfants.

Contrairement aux études précédentes sur l’allaitement, qui reposaient sur l’autodéclaration de l’apparition du diabète et suivaient plus tard les femmes plus âgées, nous pouvions suivre les femmes spécifiquement pendant la période de procréation et les dépister régulièrement pour le diabète avant et après la grossesse. Les chercheurs ont également été en mesure de tenir compte du risque métabolique avant la grossesse incluant l’obésité et la glycémie à jeun et l’insuline, les comportements liés au mode de vie, les antécédents familiaux de diabète et les issues périnatales.

Source : Jama Internal Medecine (http://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/10.1001/jamainternmed.2017.7978)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *