Les produits à base de plante peuvent interférer avec les médicaments sur ordonnance

Une analyse révèle que les produits à base de plante peuvent interférer avec des médicaments sur ordonnance et provoquer des effets négatifs considérables.


Une analyse révèle que les produits à base de plante peuvent interférer avec des médicaments sur ordonnance et provoquer des effets négatifs considérables.

Une analyse des études et des rapports publiés indique qu’un certain nombre de produits à base de plantes peuvent affecter les propriétés des médicaments d’ordonnance en entraînant des altérations de l’efficacité des médicaments ainsi que des effets secondaires potentiellement dangereux.

L’analyse du British Journal of Clinical Pharmacology comprenait 49 rapports de cas et deux études observationnelles avec 15 cas de réactions indésirables aux médicaments. La majorité des patients ont reçu un diagnostic de maladie cardiovasculaire, de cancer et de transplantation rénale et ils recevaient respectivement de la warfarine, des agents alkylants et de la cyclosporine.

Les chercheurs ont noté que les patients, prenant de la warfarine ou des statines pour le traitement des complications cardiovasculaires, ont rapporté des interactions significatives après la prise de produits à base de plantes incluant la sauge, le lin, le millepertuis, la canneberge, le jus de goji, le thé vert et la camomille. Cela doit rappeler aux patients que s’ils veulent prendre des produits à base de place, il est recommandé qu’ils consultent leur médecin pour éviter des interactions novices avec leurs médicaments prescrits sur ordonnance.

Source : The British Journal of Clinical Pharmacology (http://dx.doi.org/10.1111/bcp.13490)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 3,50 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *