Sclérose en plaques : Un médicament ralentit le rétrécissement du cerveau

Les résultats d’un essai clinique mené auprès de plus de 250 participants atteints de sclérose en plaques progressive ont révélé que l’ibudilast était meilleur qu’un placebo pour ralentir le rétrécissement du cerveau.


Crédit : Robert J. Fox, M.D., Cleveland Clinic, OH
Crédit : Robert J. Fox, M.D., Cleveland Clinic, OH

L’étude sur la a également montré que les principaux effets secondaires de l’ibudilast étaient des troubles gastro-intestinaux et des maux de tête. L’étude a été soutenue par l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (NINDS), qui fait partie du National Institutes of Health et publié dans le New England Journal of Medicine.1

Les promesses du médicament Ibudilast contre la sclérose en plaques

Ces découvertes offrent une lueur d’espoir aux personnes atteintes d’une forme de sclérose en plaques qui cause une incapacité à long terme, mais qui n’ont pas beaucoup d’options de traitement selon Walter J. Koroshetz, M.D., directeur du NINDS. Robert J. Fox, MD, neurologue à la Cleveland Clinic en Ohio, a dirigé une équipe de chercheurs de 28 sites cliniques dans une étude d’imagerie cérébrale visant à déterminer si l’ibudilast était meilleur que le placebo dans la réduction de l’ cérébrale avec sclérose en plaques progressive.

Dans l’étude, 255 patients ont été randomisés pour prendre jusqu’à 10 capsules d’ibudilast ou un placebo par jour pendant 96 semaines. Tous les six mois, les participants ont subi des scintigraphies cérébrales par IRM. L’équipe du Dr Fox a appliqué diverses techniques d’analyse sur les images IRM pour évaluer les différences de changements dans le entre les deux groupes.

Un ralentissement du rétrécissement du cerveau

L’étude a montré que l’ibudilast a ralenti le taux d’atrophie cérébrale par rapport au placebo. Le Dr Fox et ses collègues ont découvert qu’il existait une différence de rétrécissement du cerveau de 0,0009 unité d’atrophie par an entre les deux groupes, ce qui correspond à environ 2,5 millilitres de tissu cérébral. En d’autres termes, bien que les deux groupes aient connu une atrophie, les cerveaux des patients du groupe placebo ont diminué en moyenne de 2,5 millilitres de plus sur deux ans par rapport au groupe ibudilast. Le cerveau humain adulte tout entier a un volume d’environ 1350 millilitres. Mais on ignore si cette différence a eu un effet sur les symptômes ou la perte de fonction.

Crédit : Robert J. Fox, M.D., Cleveland Clinic, OH

Crédit : Robert J. Fox, M.D., Cleveland Clinic, OH

Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes dans le nombre de patients ayant rapporté des effets indésirables. Les effets secondaires les plus courants associés à l’ibudilast étaient les troubles gastro-intestinaux, notamment les nausées et la diarrhée, ainsi que les maux de tête et la dépression.

Les résultats de l’essai sont très encourageants et suggèrent une nouvelle thérapie potentielle pour aider les personnes atteintes de SEP progressive selon le Dr Fox. Cela a également amélioré notre compréhension des techniques d’imagerie avancées, de sorte que les futures études pourraient nécessiter un nombre plus restreint de patients suivis sur une période de temps plus courte. Cela conduit à une efficacité accrue de la recherche clinique.

Une nouvelle thérapie potentielle pour la sclérose en plaques

La sclérose en plaques se produit à cause d’une défaillance de la , une substance blanche et grasse enroulée autour des axones. Ce sont de longs brins qui véhiculent des messages entre les cellules du cerveau. Lorsque la myéline commence à se décomposer, la communication entre les cellules du cerveau ralentit, entraînant une faiblesse musculaire et des problèmes de mouvement, d’équilibre, de sensation et de vision. La SEP peut être récurrente-rémittente, dans laquelle les symptômes disparaissent puis disparaissent pendant des semaines ou des mois, puis peuvent réapparaître ou évoluer, ce qui est marqué par un déclin progressif de la fonction.

La présente étude était soutenue par le programme NeuroNEXT, une approche innovante des essais cliniques neurologiques visant à rationaliser les études de phase 2 et à les rendre plus efficaces. MediciNova a fait don du médicament et du placebo et il a fourni moins de 10 % du financement de l’essai dans le cadre d’un accord de coopération avec NINDS. MediciNova avait également un représentant au comité directeur du protocole. Il n’y avait pas d’accord de confidentialité entre les auteurs du manuscrit.

Des recherches futures permettront de déterminer si la réduction du rétrécissement du cerveau affecte la pensée, la marche et d’autres problèmes chez les personnes atteintes de SEP. De plus, des études futures examineront si l’ibudilast ralentit la progression de l’incapacité chez les patients atteints de SEP.

Sources

1.
Phase 2 Trial of Ibudilast in Progressive Multiple Sclerosis. New England Journal of Medicine. 10.1056/NEJMoa1803583″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1056/NEJMoa1803583. Published August 28, 2018. Accessed August 28, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (9 votes, moyenne : 4,56 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *