Comment la variole a exterminé les Aztèques et aidé l’Espagne à conquérir une partie du Nouveau monde

Avec les épidémies de rougeole qui frappent de nombreux pays, il est nécessaire de se souvenir de l’histoire pour comprendre qu’un virus est plus puissant que la plus grande des armées. Cortés était insignifiant face aux Aztèques, mais il avait un petit compagnon très discret, connu comme la variole.


Un dessin aztèque du XVIe siècle représentant les victimes de la variole.
Un dessin aztèque du XVIe siècle représentant les victimes de la variole.

Les récentes épidémies aux États-Unis ont attiré l’attention sur les dangers de la rougeole. La République démocratique du Congo lutte contre une épidémie mortelle d’Ebola qui a tué des centaines de personnes. Les épidémies ne sont pas de nouvelles choses. Et certaines maladies infectieuses répandues ont profondément changé le cours de l’histoire humaine.

Il y a 500 ans, en février 1519, l’Espagnol a quitté Cuba pour explorer et coloniser la civilisation aztèque dans l’intérieur du Mexique. En seulement deux ans, le souverain aztèque Montezuma était mort, la capitale, Tenochtitlan, avait été capturée et Cortés avait revendiqué l’empire aztèque pour l’Espagne. L’armement et la tactique espagnols ont joué un rôle, mais la plupart des destructions ont été causées par des épidémies de maladies européennes.

La conquête de l’empire aztèque

Après avoir aidé à la conquête de Cuba par les Espagnols, Cortés fut chargé de mener une expédition sur le continent. Lorsque sa petite flotte a atterri, il a ordonné que ses navires soient détruits, éliminant toute possibilité de retraite et exprimant la profondeur de sa détermination.

Cortés avec ses 500 hommes s’est ensuite dirigé vers l’intérieur du Mexique. Cette région abritait la civilisation aztèque, un empire d’environ 16 millions d’habitants à cette époque. À travers un système de conquête et de tribus, les ont établi la grande ville insulaire de Tenochtitlan, au lac Texcoco, qui régnait sur une superficie d’environ 80 000 milles carrés.

Une plaque de cuivre de Tenochtitlan du XVIIe siècle - Crédit : Jan Karel Donatus Van Beecq

Une plaque de cuivre de Tenochtitlan du XVIIe siècle – Crédit : Jan Karel Donatus Van Beecq

Découvrant le ressentiment généralisé envers la capitale et son souverain, Cortés a formé des alliances avec de nombreux habitants. Bien qu’en infériorité numérique, lui et une petite force ont marché sur Tenochtitlan, où Montezuma les reçoit avec honneur. À son tour, Cortés a fait prisonnier Montezuma. Il a fallu deux ans à Cortés, mais il a finalement conquis la capitale aztèque en août 1521. Son allié dans cette lutte était constitué par les germes européens que ses hommes et lui avaient involontairement apportés.

L’arme secrète microscopique de Cortés

Bien que Cortés fût un leader habile, lui et son armée d’un millier d’Espagnols et d’alliés autochtones n’auraient pas pu vaincre une ville de 200 000 habitants sans aide. Il la prit sous la forme d’une épidémie de variole qui se propagea progressivement des côtes mexicaines et décima la ville densément peuplée de Tenochtitlan en 1520, réduisant sa population de 40 % en une seule année.

La variole est causée par un virus inhalé, qui provoque de la fièvre, des vomissements et une éruption cutanée, recouvrant rapidement le corps de vésicules remplies de liquide. Celles-ci se transforment en croûtes qui laissent des cicatrices. Mortels dans environ un tiers des cas, un autre tiers des personnes atteintes de la maladie développent généralement la cécité.

Des pustules précoces de la variole sur la jambe et le pied d'un patient - Crédit : Collection Wellcome, CC BY

Des pustules précoces de la sur la jambe et le pied d’un patient – Crédit : Collection Wellcome, CC BY

La variole existait autrefois dans les cultures égyptienne, indienne et chinoise. Pendant des millénaires, elle est resté endémique dans les populations humaines et elle a été introduite en Europe lors des croisades du XIe siècle. Lorsque les Européens ont commencé à explorer et à coloniser d’autres régions du monde, la variole les a accompagnés.

Aucune défense contre la variole

Les autochtones des Amériques, y compris les Aztèques, étaient particulièrement vulnérables à la variole, car ils n’avaient jamais été exposés au virus et ne possédaient donc aucune immunité naturelle. Aucun traitement antiviral efficace n’était disponible.

Se rappelant l’épidémie, une victime a rapporté :

L’épidémie a duré 70 jours et a touché une grande partie de la ville, faisant de nombreuses victimes. Des plaies ont éclaté sur nos visages, nos seins, notre ventre; nous étions couverts de plaies douloureuses de la tête aux pieds.

Un moine franciscain qui accompagnait Cortés a donné cette description :

Comme les Indiens ne connaissaient pas le remède contre la maladie, ils sont morts par paquet, comme des punaises. Dans de nombreux endroits, il est arrivé que tous les habitants d’une maison soient morts et, comme il était impossible d’enterrer le grand nombre de morts, ils ont démoli les maisons qui se trouvaient au-dessus d’eux, de sorte que leur maison est devenue leur tombe.

La variole a frappé les Aztèques de plusieurs manières. Premièrement, il a tué un grand nombre de ses victimes, en particulier des nourrissons et des jeunes enfants.

Un dessin aztèque du XVIe siècle représentant les victimes de la variole.

Un dessin aztèque du XVIe siècle représentant les victimes de la variole.

De nombreux autres adultes ont été frappés d’incapacité par la maladie, soit parce qu’ils étaient eux-mêmes malades, en prenant soin de leurs parents et de leurs voisins malades, ou tout simplement en perdant la volonté de résister aux Espagnols alors qu’ils voyaient la maladie ravager leur entourage. Enfin, les gens ne pouvaient plus s’occuper de leurs cultures, ce qui entraîna une famine généralisée, affaiblissant davantage le système immunitaire des survivants de l’épidémie.

La maladie peut changer l’histoire humaine

Bien entendu, les Aztèques n’étaient pas le seul peuple autochtone à souffrir de l’introduction de maladies européennes. Outre les populations amérindiennes d’Amérique du Nord, les civilisations maya et inca ont également été presque anéanties par la variole. Et d’autres maladies européennes, telles que la et les oreillons, ont également eu des conséquences néfastes, réduisant de manière globale au moins certaines populations autochtones du .

La vaccination de masse contre la variole a commencé dans la seconde moitié du XIXe siècle - Crédit : Everett Historical / Shutterstock.com

La de masse contre la variole a commencé dans la seconde moitié du XIXe siècle – Crédit : Everett Historical / Shutterstock.com

Des enquêtes récentes ont suggéré que d’autres agents infectieux, tels que Salmonella, connue pour causer des épidémies contemporaines chez les propriétaires d’animaux domestiques, pourraient avoir provoqué des épidémies supplémentaires.

La capacité de la variole à neutraliser et à décimer les populations en fait un agent attractif pour la guerre biologique. Au 18ème siècle, les Britanniques ont essayé d’infecter les populations amérindiennes. Un commandant a écrit : Nous leur avons donné deux couvertures et un mouchoir contaminé avec la petite vérole. J’espère que cela produira l’effet souhaité. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des équipes britanniques, américaines, japonaises et soviétiques ont toutes étudié la possibilité de produire une arme biologique de variole.

Heureusement, les efforts de vaccination dans le monde ont été couronnés de succès et le dernier cas d’origine naturelle de la maladie a été diagnostiqué en 1977. Le dernier cas s’est produit en 1978, lorsqu’un photographe est décédé de la maladie.

De nombreuses grandes rencontres dans l’histoire du monde, y compris l’affrontement de Cortés avec l’empire aztèque, concernent moins l’armement, la tactique et la stratégie que les ravages de la maladie. Les pays, qui prétendent pouvoir se protéger strictement par des investissements dans les dépenses militaires, devraient étudier l’histoire dont le rythme des événements a été définitivement modifié par des épidémies. Des microbes trop petits pour être vus à l’oeil nu peuvent neutraliser facilement le mécanisme de guerre le plus puissant.

Traduction d’un article de The Conversation par Richard Gunderman, professeur de médecine à l’université d’Indiana.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

1 réponse

  1. Max Geister dit :

    J’ai toujours apprécié vos publications mais aujourd’hui, une phrase m’a fait bondir : « LES Britanniques ont essayé d’infecter LES populations amérindiennes ». Cette phrase laisse entendre que la monarchie britannique aurait planifié une extermination volontaire des Indiens, ce qui répondrait à la définition d’un génocide.
    Cette phrase est suivie par la citation d’UN commandant (sous-entendu : parmi d’autres ?) qui est effectivement véridique mais qui se garde de préciser que ledit commandant se trouvait dans un fort assiégé par les Indiens et qu’il cherchait un moyen de briser ce siège. Une décision prise par UN seul commandant placé dans une situation critique ne peut pas faire l’objet d’une généralisation abusive.
    Les Mongols avaient pour habitude de jeter des cadavres pestiférés par-dessus les murs des citadelles qu’ils assiégeaient ; certains historiens ont avancé que c’est ainsi qu’ont été infectés les Gênois qui ont rapporté de Caffa en Europe la terrible Peste Noire de 1347-1352. Faut-il les considérer comme des « génocidaires  » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *