Les stéréotypes sur l’intelligence affectent les filles dès l’âge de 6 ans

Une étude suggère que les stéréotypes sur l’intelligence concernant le genre commencent très jeunes à l’âge de 6 ans. Dès cet âge, les filles tendent à se considérer comme étant moins intelligentes que les garçons impactant négativement leur vie à l’âge adulte.


Une étude suggère que les stéréotypes sur l'intelligence concernant le genre commencent très jeunes à l'âge de 6 ans. Dès cet âge, les filles tendent à se considérer comme étant moins intelligentes que les garçons impactant négativement leur vie à l'âge adulte.

La recherche, menée par Lin Bian, une étudiante diplômée de l’université de l’Illinois et Andrei Cimpian, professeur de psychologie, démontre les du dès l’enfance avec des impacts potentiels sur le long terme. Même si le stéréotype sur l’ ne correspond pas à la réalité, cela peut avoir des impacts sur les aspirations des filles et leurs carrières futures selon Cimpian. Notre société associe plus l’intelligence aux hommes par rapport aux femmes et cette notion dissuade les femmes de se lancer dans des métiers qui nécessitent une grande intelligence selon Bian. Nous voulions déterminer l’âge où ces stéréotypes sont déjà présents.

Un stéréotype sur l’intelligence dès la plus jeune enfance

Les chercheurs ont testé des enfants de 5 à 7 ans dans une série d’études. Dans une première expérience, l’enfant a entendu une histoire sur une personne qui était « vraiment intelligente » et on leur a demandé de deviner lequel des 4 adultes (2 hommes et 2 femmes) était le protagoniste de l’histoire. On leur a également demandé de deviner lequel des adultes parmi des hommes et des femmes était vraiment intelligent. Même si les résultats montrent que les garçons et les filles percevaient positivement leur propre genre, les filles âgées de 6 à 7 ans étaient beaucoup moins nombreuses à associer l’intelligence à leur genre. Ces différences d’âge étaient similaires chez les enfants de statuts socio-économiques et d’ethnies différentes.

Une autre étude a testé la perception sur les centres d’intérêt des enfants. Un autre groupe de garçons et de filles âgé de 6 à 7 ans ont été introduits à 2 jeux. Le premier était décrit comme un jeu destiné à des enfants « extrêmement intelligents » et le second était destiné aux enfants qui travaillaient « extrêmement dur ». Le contenu et les règles du jeu étaient similaires. On a posé 4 questions pour mesurer leur intérêt dans ces jeux. Les filles étaient beaucoup moins intéressées par le jeu destiné aux enfants « extrêmement intelligents », mais il n’y avait pas de différence entre les filles et les garçons dans le jeu qui nécessitait beaucoup d’efforts.

Un problème ancré dans notre société

Une dernière expérience a comparé des garçons et des filles de 5 à 6 ans sur l’intérêt concernant des jeux pour des enfants intelligents. Et les résultats ont montré qu’il n’y avait aucune différence d’intérêt. Cependant, les filles âgées de 6 ans présentaient déjà moins d’intérêt sur des activités qui nécessitaient de l’intelligence. Ce sont des résultats inquiétants, mais les chercheurs sont prudents en estimant que leur étude doit être reproduite à de grandes échelles et dans plusieurs pays afin de déterminer si les résultats sont valides.

Source : Revue Science (http://science.sciencemag.org/cgi/doi/10.1126/science.aah6524)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *