Les effets de la kétamine ressemblent étrangement à des expériences de mort imminente

Les expériences de mort imminente (NDE ou EMI) peuvent avoir des explications mystiques et scientifiques. Une étude montre que la kétamine pourrait provoquer des expériences similaires à la mort imminente. Cela ouvre la voie à des études plus contrôlées de ces phénomènes, qui sont parmi les plus intenses qui existent.


Les expériences de mort imminente (NDE ou EMI) peuvent avoir des explications mystiques et scientifiques. Une étude montre que la kétamine pourrait provoquer des expériences similaires à la mort imminente. Cela ouvre la voie à des études plus contrôlées de ces phénomènes, qui sont parmi les plus intenses qui existent.
Image by Stefan Keller from Pixabay

Les récits de première main sur ce qu’est l’approche de la mort contiennent souvent les mêmes thèmes récurrents, tels que le sentiment de quitter le corps, un résumé de sa vie, la vision confuse et le sens magique de la réalité. Les mystiques, les optimistes et les personnes de religion interprètent cela comme une preuve de la vie après la mort.

L’expérience de mort imminente

Des neuroscientifiques et des psychologues au scepticisme pensent qu’il pourrait y avoir une explication neurochimique plus terrestre: la profonde et magique expérience de mort imminente () est causée par la libération naturelle de substances chimiques dans le cerveau vers la fin de la vie ou presque.

À l’appui de cela, les observateurs ont noté les similitudes frappantes entre les récits de première main d’ et les expériences psychédéliques décrites par des personnes qui avaient pris des drogues psychotropes. Peut-être que, près de la mort, le cerveau libère naturellement les mêmes substances psychoactives que celles utilisées par les toxicomanes, ou des substances qui agissent sur les mêmes récepteurs du cerveau que les drogues.

Les drogues psychédéliques pour voyager dans l’au-delà

Il est également intéressant de noter que les chamans de cultures lointaines traditionnelles ont consommé des drogues psychédéliques au cours de l’histoire pour se rendre, selon eux, dans l’après-monde ou pour parler aux morts. À ce jour, toutefois, une grande partie des preuves comparant les EMI et les voyages psychédéliques ont été anecdotiques ou fondées sur des mesures de questionnaires qui peinent à capturer la complexité de ces expériences bouleversantes.

Les expériences de mort imminente (NDE ou EMI) peuvent avoir des explications mystiques et scientifiques. Une étude montre que la kétamine pourrait provoquer des expériences similaires à la mort imminente. Cela ouvre la voie à des études plus contrôlées de ces phénomènes, qui sont parmi les plus intenses qui existent.

Poursuivant cette piste de recherche avec une nouvelle approche, une équipe internationale de chercheurs dirigée par Charlotte Martial de l’hôpital universitaire de Liège en Belgique a mené une analyse lexicale approfondie, comparant 625 récits narratifs écrits d’EMI à plus de 15 000 récits narratifs écrits sur la prise de médicaments psychoactifs comme la (provenant de Erowid Experience Vaults, une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui documente des psychoactifs), comprenant 165 substances différentes dans 10 classes de médicaments.

Une similarité entre les effets de la kétamine et la mort imminente

L’analyse, publiée en ligne dans Consciousness and Cognition en février 2019, a mis au jour des similitudes remarquables entre les effets psychologiques de certaines drogues, principalement la kétamine, mais également notamment les drogues psychotéliques sérotoninergiques telles que le LSD et les NDE. En effet, les cinq termes les plus utilisés dans les récits narratifs des personnes ayant pris de la kétamine étaient les mêmes que les cinq plus courants dans les récits des NDE, suggérant des caractéristiques phénoménologiques communes associées à un état de perception altéré de soi et de la l’environnement et s’écarter du contenu quotidien de la conscience.

De catégorie en catégorie, la similitude sémantique est profonde. En se référant aux perceptions, les deux groupes ont utilisé les mots visage et vision. Le mot émotionnel le plus couramment utilisé par les deux était peur. Dans la catégorie de la conscience et de la cognition, les toxicomanes et les participants proches de la mort se référaient le plus souvent à des termes tels que réalité, moment, univers et connaissance. Le décor a souvent été décrit comme porte et plancher. Un ton négatif mettant l’accent sur des sensations corporelles désagréables était également un thème commun.

Expérience psychédélique et NDE

Les découvertes corroborent les observations de certains des plus célèbres explorateurs du monde psychédélique du XXe siècle, le psychologue américain Timothy Leary a décrit les voyages comme des expériences de mort volontaire et l’écrivain et philosophe né en Grande-Bretagne, Gerald Heard, a déclaré à propos des expériences psychédéliques : C’est ce que va être la mort. Et, oh, quel plaisir ! Mais les affirmations sur les similitudes vont au-delà de ces fameux rapports.

La nouvelle recherche légitime l’analogie établie de longue date entre l’expérience de la mort et les effets aigus de certaines drogues psychoactives. Des liens entre le fait de mourir, la mort, l’existence potentielle de l’au-delà et certaines plantes et champignons hallucinogènes sont apparus indépendamment dans différentes sociétés et sont également omniprésents dans la culture psychédélique contemporaine. Cependant, les recherches empiriques ont été rares jusqu’à présent.

Une substance similaire à la kétamine, présente dans le cerveau

Dans une certaine mesure, les résultats corroborent également les récits neurochimiques des NDE et en particulier la proposition controversée selon laquelle de telles expériences sont causées par la libération naturelle dans le cerveau d’une drogue encore inconnue, qui serait similaire à la kétamine (une hypothèse de plus en plus robuste, car la kétamine est connue pour agir sur les récepteurs neuronaux qui, une fois activés, aident à prévenir la mort cellulaire et offrent une protection contre le manque d’oxygène).

Cet ensemble de preuves empiriques montre que la mort imminente est en soi un état de conscience altéré qui peut être étudié à l’aide d’échelles psychométriques quantitatives selon les chercheurs. C’est en soi une réalisation. Comme ils le notent avec ironie, contrairement à d’autres expériences humaines, il est difficile d’étudier la mort dans des conditions de laboratoire contrôlées au moyen de mesures répétées, ce qui complique l’étude expérimentale des NDE. Bien que les nouvelles recherches manquent de contrôle en laboratoire, du côté positif, la comparaison lexicale, que l’équipe de Martial a effectuée, est massive à la fois en termes de médicaments étudiés et du nombre de rapports associés.

Des pistes pour explorer scientifiquement les expériences de mort imminente

Les limites de l’approche actuelle, notamment le recours à des rapports rétrospectifs, souvent vieux de plusieurs décennies, signifient, selon les chercheurs, qu’ils ne peuvent ni valider, ni réfuter les modèles neurochimiques des NDE. Cependant, ajoutent-ils, nos résultats démontrent que la kétamine, ainsi que d’autres substances psychoactives, aboutissent à un état phénoménologiquement similaire à celui de mort (compris comme le contenu des récits relatifs aux NDE).

Cela pourrait avoir des implications importantes pour l’induction pharmacologique d’états de type NDE à des fins scientifiques ainsi que pour les utilisations thérapeutiques chez les patients en phase terminale en tant que moyen d’atténuer l’anxiété de la mort. Nous pensons que la mise au point de traitements de cette anxiété fondés sur des preuves est la pierre angulaire d’une approche plus empreinte de compassion envers l’expérience universelle de transition entre la vie et la mort.

Ils conseillent également aux expérimentateurs de se préparer et de se méfier. L’intensité de l’expérience suscitée par la kétamine par rapport au cannabis peut représenter un choc pour les utilisateurs peu méfiants, qui pourraient faire état rétrospectivement de la conviction d’être proche de la mort selon les chercheurs. Fumeurs de joints, vous avez été prévenu. En tant qu’un des états altérés les plus intenses et les plus bouleversants connus, une NDE n’est pas quelque chose qu’on pourrait envisager après un cours ou une journée de travail.

Traduction d’un article sur Aeon par Christian Jarrett, neuroscientifique de la cognition qui est devenu auteur scientifique.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

3 réponses

  1. Le Maléfan dit :

    Bonjour,
    Je vous recommande, en complément, de lire l’article de P. Le Maléfan : (2017) Être décorporé sous kétamine : clinique et coïncidences, Cliniques méditerranéennes, 2, 96 : 205-217.
    Bien à vous.

  2. Maurice GALDI dit :

    Ce qui serait difficile à expliquer dans la perspective que la Kétamine soit à l’origine de ce phénomène de NDE, ce n’est autre que la somme de récolte de renseignement extérieurs à par exemple, un bloc opératoire, rapporté par les expérimentateurs. Je ne crois pas qu’un drogué, puisse traverser un mur, se rendre dans un autre bloc de l’hôpital aller y recueillir des informations banales, puis revenir à un état normal et tout raconter. Pire encore, avec le cas d’une patiente opérée d’un anévrisme du cervelet dont le cerveau, le corps vidé de son sang, a été descendu à une température de 15°… Il est des détail assez généraliste qu’un toxico pourrait ramener de son voyage où il vit des éléphants roses mais, aller voir un tube de rouge à lèvres, dans la poche d’une infirmière, ce serait très étonnant. Rapporter des conversations et pas essentiellement celles, entendues dans le bloc opératoire. La Kétamine, permettrait tout cela ? J’en veux !

  3. chena dit :

    Le probleme de la vision d’objets tels que comme vous le dites « le baton de rouge a levre » pose question car des experiences avec des objets caches se sont reveles negatifs (feuille avec texte visible de manière sure en cas de decorporation)…

    le cas de cet anevrisme pose en effet questionn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *