La "paix démocratique" n'évite pas les conflits internationaux


  • FrançaisFrançais



  • En utilisant une nouvelle technique qui analyse 52 ans de conflits internationaux, les chercheurs suggèrent qu’il n’existe pas une chose qu’on appelle la paix démocratique.

    La paix démocratique ne réduit pas les guerres

    En plus de cette analyse, les chercheurs ont développé un nouveau modèle pour prédire les conflits internationaux sur une période de 5 ans à 10 ans. La paix démocratique est une théorie acceptée par tout le monde sur le fait que les pays ne se feront pas la guerre entre eux s’il y a des liens qui les rendent dépendants. Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont trouvé que les accords économiques et la participation dans les organisations internationales jouent un rôle important dans la préservation de la paix dans les pays, mais la démocratie n’est pas du tout un critère important.

    Selon Skyler Cranmer, auteur de l’étude et professeur adjoint de science politique à l’université de l’Ohio : C’est un résultat surprenant parce que nous pensions que la démocratie conjointe est considérée comme une règle d’or dans la politique internationale. Il ajoute qu’on a des recherches empiriques qui supportent cette théorie sur les 50 dernières années. De nombreux présidents américains ont promu agressivement la paix démocratique, mais notre analyse démontre le contraire.

    L’étude a été publiée cette semaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. En plus de contredire la théorie de la paix démocratique, l’étude a développé un nouveau modèle plus précis pour prédire les niveaux de conflits internationaux. Les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique pour examiner tous les conflits violents entre les pays allant de 1948 à 2000. Le résultat était un modèle de conflit international qui était plus performant de 47 % par rapport au modèle actuel. Cranmer a déclaré que le département de la défense doit prendre en compte leur étude de prévision sur 5 ans, car il ne peut pas juste réagir aux conflits sur une base annuelle. L’inertie de la bureaucratie et la longueur des cycles de financement mettent les gouvernements dans un état de réaction permanente plutôt que d’être dans un état de prévision permanente.

    Le fait de pouvoir prédire les conflits mondiaux sur 5 à 10 ans permet de préparer la politique et la prise de décision avec plus de sérénité

    Les 3 éléments de la paix permanente

    Les chercheurs ont commencé leur étude avec la célèbre idée du philosophe Emmanuel Kant en 1795 : Le monde pourrait jouir d’une paix permanente si les pays sont interconnectés par 3 liens. L’interprétation moderne de ces liens est :

    • La propagation d’états démocratiques.
    • L’interdépendance économique entre les états.
    • La participation dans les organismes internationaux (par exemple, l’OTAN, l’OMS, l’OMC, etc.)

    De nombreuses études ont analysé ces 3 éléments ensemble ou séparément pour voir leur impact sur les conflits. Mais même si ces éléments ont été analysés ensemble, ils l’ont été fait de manière additionnelle. Cette nouvelle étude est unique en son genre parce que les chercheurs ont utilisé une nouvelle mesure statistique appelée Mucha (multislice community detection) pour analyser les 3 éléments de manière collective. Pour la première fois, ils ont été capables d’examiner l’interaction de chaque élément avec les autres. Par exemple, comment la participation aux organisations internationales ont-ils affecté les accords commerciaux entre les pays et vice-versa.

    Selon Cranmer : Quand nous avons analysé ces réseaux de manière holistique, nous avons trouvé des groupes de pays par rapport à leur participation dans les organisations internationales, leurs accords économiques et leurs gouvernements démocratiques, mais également l’interaction de ces 3 éléments. La séparation de ces groupes dans le monde est appelée comme la Fractionalisation Kantienne par les chercheurs. On peut le considérer comme des cliques dans le monde et on peut les séparer les uns par rapport aux autres. Et le degré de séparation entre les groupes de pays augmente les risques de conflits.

    En mesurant ces groupes dans le monde pendant une période précise, les chercheurs peuvent prédire précisément l’apparition des conflits dans les 5 à 10 prochaines années. Mais l’étude propose une définition large du terme conflit. Cela peut-être des batailles mineures ou des guerres à l’échelle nationale. Sur une prévision de 12 mois, le nouveau modèle était plus précis de 13 % par rapport à l’ancien. Mais sur une période de 5 à 10 ans, le modèle est plus performant de 47 %. Les chercheurs expliquent que les relations actuelles des pays sont très fragiles et que cette fragilité, dans un sens mathématique, a un impact direct sur l’augmentation des conflits.

    La relation linéaire entre la Fractionnalisation Kantienne et les prochains conflits était tellement évidente que Cranmer ne voulait pas y croire. J’ai serré mes mains de frustration quand j’ai vu les résultats et je pensais que j’avais fait une erreur, car on n’a jamais un lien aussi direct. Mais nous avons pu confirmer que ce lien existe bel et bien.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.