Les régimes végétariens et "sains" sont nocifs pour l'environnement


  • FrançaisFrançais

  • Les régimes végétariens et prétendument sains sont aussi nocifs pour l’environnement que les autres régimes alimentaires.


    Le régime végétarien et sain est également nocif pour l'environnement

    Une étude contredit les dernières unes des médias et la déclaration d’Arnold Schwarzenegger sur le fait qu’un régime végétarien pourrait contribuer au changement climatique. En fait, selon cette étude de l’université Carnegie Mellon, la consommation de fruits, de légumes, de produits laitiers et de fruits de mer est plus nocive pour l’environnement parce que ces aliments nécessitent plus de ressources pour les produire et qu’ils libèrent davantage de gaz à effet de serre. Publiée dans Environment Systems and Decisions, l’étude a mesuré les changements dans l’utilisation de l’énergie, le gaspillage de l’eau et les émissions de gaz à effet de serre associés à des modes de consommation alimentaire aux États-Unis.

    La consommation de la laitue est 3 fois pire pour les émissions de gaz à effet de serre que le bacon selon Paul Fischbeck, professeur de sciences sociales. Les légumes communs nécessitent bien plus de ressources par calorie que vous pouvez le penser. L’aubergine, le céleri et les concombres sont bien plus nocifs pour l’environnement que la viande de porc ou celle du poulet.

    Fischbeck, Michelle Tom, un doctorant en génie civil et environnemental, et Chris Hendrickson, professeur de génie civil à l’Université Hamerschlag, ont étudié la chaîne de l’approvisionnement alimentaire afin de déterminer la façon dont l’obésité aux États-Unis affecte l’environnement. Plus précisément, ils ont examiné comment la culture, la transformation, le transport de la nourriture, les ventes et le stockage d’aliments gaspillent les ressources énergétiques, l’eau et contribuent énormément aux effets de gaz à effet de serre.

    D’une part, les résultats ont montré que la régulation de notre poids et la réduction de calories ont un effet positif sur l’environnement et réduit la consommation d’énergie, sur l’utilisation de l’eau et les émissions de GES. Cette réduction est d’environ 9 %. Cependant, le fait de manger des aliments prétendument plus sains tels que les fruits, les légumes, les produits laitiers et les fruits de mer a augmenté l’impact environnemental de 38 %, le gaspillage de l’eau de 10 % et les gaz à effet de serre de 6 %.

    Il y a une relation complexe entre l’alimentation et l’environnement selon Tom. Ce qui est bon pour notre santé ne l’est pas forcément pour l’environnement. Il est important que les politiques comprennent qu’une alimentation saine n’est pas si saine pour la planète et qu’il faut changer notre alimentation, mais également la manière dont nous la produisons.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    No Responses

    1. urbandreamer dit :

      Et où peut-on consulter cette étude? Comment s’appelle-t-elle?

      Cet article est un peu léger..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *