Une nouvelle espèce du T-Rex explique la grande taille des Tyrannosaures

Un fossile d’une nouvelle espèce de dinosaure permet d’expliquer le gouffre crucial de 20 millions d’années dans l’évolution des Tyrannosaures.


Timurlengia euotica est une nouvelle espèce de Tyrannosaure de la taille d'un cheval qui explique les grands tyrannosaures que nous connaissons.
Timurlengia euotica, un Tyrannosaure de la taille d'un cheval, avait déjà les super sens des grands T-Rex.

Ce fossile crucial date de 90 millions d’années et on l’a trouvé dans la Bissekty Formation en Uzbekistan. La boite crânienne de ce , le premier en bon état qu’on a trouvé de la période du crétacé moyen, montre que même en étant de taille réduite, les tyrannosaures de l’époque avait déjà les caractéristiques du cerveau et de l’ouïe des tyrannosaures que nous connaissons. Cette nouvelle espèce de tyrannosaure a été appelée comme la Timurlengia euotica. Les chercheurs décrivent la découverte de cette espèce dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

La boite crânienne éclaircit l’un des plus grands mystères du tyrannosaure. Comment ont-ils évolué, dans une période de 80 millions à 100 millions d’années, passant d’une taille d’un cheval pendant la période du Crétacé inférieur au plus grand prédateur que le monde ait jamais connu pendant le Crétacé supérieur ? Notre étude est la première à montrer le cerveau et l’ouïe sophistiqués des grands tyrannosaures qui ont évolué depuis des espèces de petite taille selon Stephen Brusatte, un paléontologue de l’université d’Edinburgh. Ces avantages ont permis aux petits tyrannosaures de devenir d’énormes prédateurs.

En analysant avec une base de données qui contient les crânes des autres , cette nouvelle boite crânienne montre que le cerveau et l’oreille de Timurlengia sont quasiment identiques au grand T-Rex. On peut citer notamment que la cochlée, une partie de l’oreille interne, est une signature d’une variante plus grande qu’on trouve chez le grand tyrannosaure. La longue cochlée impliquant une meilleure sensibilité aux sons à fréquence basse selon Brusatte. Cette sensibilité a permis au Timurlengia de détecter des sons très subtils ou distants et cela lui a donné un avantage certain sur d’autres prédateurs.

Timurlengia remplit un gap important à la fois dans le temps et l’évolution selon Lawrence Witmer, un paléontologue de l’université de l’Ohio. Charles Darwin n’aurait pas fait mieux. La prochaine étape sera de déterminer si la boite crânienne est typique d’un tyrannosaure du Crétacé moyen ou juste une anomalie dans les données. Par anomalie, on parle d’un fossile qui s’est trouvé là par hasard. Mais cela permettra aussi de découvrir d’autres espèces dans les roches du Crétacé moyen dans d’autres parties du monde.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *