Merveilleuse et étrange, Pluton dévoile ses secrets

Les données de New Horizons commencent à révéler les secrets de la géologie complexe de Pluton.


New Horizons nous révèle les secrets de la géologie merveilleuse et étrange de Pluton et de Charon

La plaine Sputnik de semble lisse et fraiche après 4 milliards d’années dans l’environnement glacial de l’extérieur du système . Mais les régions montagneuses environnantes sont remplies de cratères. New Horizons nous révèle le monde merveilleux de Pluton. 8 mois après que la sonde ait survolé la planète naine, les scientifiques de la mission ont publié les études les plus détaillées sur la variation du terrain de Pluton et de ses lunes. C’est vraiment incroyable quand on voit la diversité des processus géologiques sur Pluton selon Jeffrey Moore, un planétologue à l’Ames Research Center de la NASA. Il est l’auteur d’un des 5 papiers sur les données de New Horizons.

De la glace d’azote et une base de glace d’eau sur Pluton

Sur la plaine Sputnik, l’azote, le méthane et le monoxyde de carbone se transforment en des cycles gazeux et solides à une température de -223 à -243 degrés Celsius. La hauteur de la plaine de Sputnik, de 3 à 4 kilomètres par rapport aux environs, crée des conditions qui peuvent collecter ces 3 substances chimiques dans la fine atmosphère de Pluton. Le résultat est des glaciers mous, composés principalement de glace d’azote, qui couvre une base composée de glace d’eau pour maintenir l’aspect lisse de la plaine. Mais cette glace d’eau est plus dense que l’azote et donc, on a parfois des morceaux de la base qui flottent sur les glaciers.

Une carte géologique de la plaine de Sputnik sur Pluton

Une carte géologique de la plaine de Sputnik sur Pluton

Les autres zones restent quasiment dans des états primitifs. Le côté Est d’une zone sombre appelée la région de Cthulhu semble rempli avec des cratères. Moore suspecte que ces cratères ont été crée pendant le Grand Bombardement Tardif qui s’est produit il y a 4 milliards d’années. C’est une période théorique de l’histoire du système solaire durant laquelle se serait produite une notable augmentation des impacts météoriques ou cométaires sur les planètes telluriques.

Des interactions géologiques qu’on ne pouvait pas imaginer sur Pluton

La combinaison de lumière, de base solide composée de glace d’eau et des glaciers d’azote ont créé des interactions assez étranges. Les scientifiques ne pensaient pas que des glaces volatiles pourraient créer de la glace d’eau dans les montagnes situées à plusieurs kilomètres de hauteur. Mais quand ils ont vu Pluton par les yeux de New Horizons, ils ont admis que si vous mettez ces dans un immense bac à sable, alors vous pouvez voir des choses merveilleuses selon Will Grundy du Lowell Observatory. Ce chercheur a publié une étude décrivant la surface de Pluton et de Charon.

D’autres étrangetés géologiques émergent dans les frontières entre les différents types de terrain. Certaines régions montagneuses à côté de la plaine de Sputnik sont marquées par des vallées d’une profondeur d’un kilomètre et d’une largeur de près de 25 kilomètres. On a des glaciers qui semblent s’écouler vers la plaine. Le réseau de vallées ressemble à celui qu’on a trouvé sur Mars ou sur Titan, l’un des satellites de Saturne. Cela a surpris Moore parce que les conditions sur Pluton empêchent l’azote d’exister comme un fluide qui pourrait creuser ce type de vallée. Les scientifiques ne sont pas certains si la lourde glace d’azote a érodé la glace d’eau plus fine pour créer ce type de dépression.

Charon surprend par Mordor Macula

Après s’être émerveillé devant l’étrangeté de Pluton, on a encore Charon, la plus grande de la planète naine. Le Mordor Macula, une grande région rougeâtre, à côté du pôle Nord de cette lune, ne ressemble à rien qui existe dans les autres satellites de glace du système solaire. Grundy et ses collègues suggèrent que ces couleurs vives sont produites par du méthane et d’autres substances chimiques volatiles qui gèlent dans l’atmosphère pendant les longs hivers de Charon lorsque les températures descendent à plus de -253 degrés Celsius. Ensuite, la lumière du convertit ces substances dans des composants sombres qui ne peuvent pas s’évaporer. On ignore encore la source du méthane, mais il pourrait s’échapper de l’atmosphère de Pluton ou il pourrait provenir de l’intérieur de Charon.

Quand on combine toutes ces découvertes, elles constituent une reconnaissance magnifique de Pluton et de ses satellites selon Ralph Lorenz, un planétologue de l’université John Hopkins. Des montagnes d’icebergs qui flottent sur des mers d’azote et des terrains acérés sont juste quelques exemples de la beauté et de l’étrangeté de Pluton.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *