D’anciens tsunamis ont façonné le paysage de la planète Mars

Les impacts des météorites ont provoqué des vagues géantes sur Mars. Ces tsunamis ont atteint une hauteur équivalente à la Grande Pyramide de Gizeg et ils ont façonné les côtes d’un ancien océan sur Mars.


Des tsunamis géants ont pu façonner les cotes de la planète Mars

En analysant les images par satellite de la surface martienne, le planétologue Alexis Rodriguez et ses collègues estiment que les tsunamis ont pénétré jusqu’à des centaines de kilomètres à l’intérieur des terres et ils ont creusé la géographie étrange de la région. Et les vestiges de ces tsunamis pourraient fournir des échantillons de l’ancienne eau salée de selon les travaux publiés dans Scientific Reports. Ces découvertes supportent l’hypothèse qu’un vaste océan a couvert les plaines du nord de Mars il y a 3,4 milliards d’années. D’autres preuves suggèrent l’existence de cet océan, mais certains scientifiques étaient sceptiques, car il n’y a aucune trace de zones côtières.

En s’approchant de Mars et en comprenant sa géologie, on voit de plus en plus de preuves sur le fait que Mars avait un océan selon Taylor Perron, planétologue au MIT. Actuellement, la est majoritairement aride, mais certains scientifiques spéculent qu’à une époque, un tiers de la planète rouge était recouverte par de l’eau et de la glace. Des canaux, creusés par l’eau, montrent que des éruptions d’eaux souterraines ont inondé les plaines du nord de la planète en formant un océan colossal plus grand que l’Amérique du Nord.

L'impact des tsunamis sur Mars

Le paysage environnant ne montre aucune trace de cote, mais la zone montre des preuves que des fluides ont coulé sur sa surface. Après avoir analysé les restes du de 2011 qui a frappé le Japon, Rodriguez du Planetary Science Institute s’est demandé si des tsunamis n’auraient pas redessiné les cotes de Mars.

Il a fallu des impacts de météorites suffisamment puissants pour créer des cratères de 30 kilomètres de diamètre. Et ces météores ont dû frapper Mars tous les 2,7 millions d’années selon les estimations de Rodriguez. Ces impacts ont pu générer des tsunamis d’une hauteur de 120 mètres et ils ont pu inonder une superficie de 1 million de kilomètres carrés.

En étudiant la géographie de Mars, Rodriguez et ses collègues ont identifié des preuves de 2 tsunamis au minimum qui étaient séparés par quelques millions d’années. Le premier tsunami a poussé des rochers gigantesques dans des endroits étranges et il a déposé des sédiments un peu partout ce qui a flouté les côtes de l’océan martien. La vague géante a aussi creusé les canaux sur la surface de Mars lorsqu’elle s’est retirée.

Une image thermique du reste d'un ancien tsunami sur Mars (La partie sombre)

Une image thermique du reste d’un ancien tsunami sur Mars (La partie sombre)

Pendant les millions d’années qui ont séparé les 2 tsunamis, le climat de Mars s’est refroidi. Quand le second tsunami est arrivé, ses eaux riches en glace se sont gelées avant de pouvoir se retirer en laissant des formations de glace. Si on arrive à analyser ces formations, alors cela permettra de comprendre la chimie de l’ancien océan. Mais d’autres processus, tels qu’une augmentation rapide du niveau de la mer, ont pu créer ce type de formation selon Tim Parker, planétologue au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Cependant, l’hypothèse des tsunamis tient également la route, car ses propres analyses pointent vers la même direction. Mais l’observation à distance est limitée et elle peut donner de nombreuses théories. Il faudra une mission terrestre pour confirmer ou non ces théories. Mais est-ce qu’un tsunami de 120 mètres peut exister ? En fait, la Terre a déjà connu un méga-tsunami de 170 mètres qui a dévasté le Cap-Vert.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *