Actualités scientifiques de la semaine #20

Les actualités scientifiques de la semaine du 09 au 14 janvier 2017. Toutes les sources sont en anglais.


Les actualités scientifiques de la semaine du 09 au 14 janvier 2017. Toutes les sources sont en anglais.

Certains papiers de la fondation Gates ne peuvent pas être publiés dans des revues comme Science et Nature – La fondation Gates balance des millions de dollars dans de nombreux projets de recherche. On estime que cette fondation publie environ 2 500 papiers par an et certains d’entre eux ne sont pas publiés dans Nature ou Science à cause de la politique de la fondation. Cette dernière exige que les papiers et les données soient disponibles immédiatement tandis que les revues mettent généralement un embargo de 6 mois avant une libération des données. Dans cette bataille, la fondation Gates n’a rien à foutre de ces revues et donc, ce seront à ces dernières de s’adapter et de négocier.

Les 4 candidats possibles à la tête du NIH sous Trump – Nature révèle 4 noms possibles pour la direction du NIH, l’institut national de science aux États-Unis. On a Patrick Soon-Shiong, Francis Collins, Andy Harris et John Ioannidis. Patrick Soon-Shiong est chirurgien, mais surtout un dirigeant d’une vaste chaine d’instituts médicaux. On estime qu’il pèse 9 milliards de dollars. Francis Collins est l’actuel directeur du NIH et les probabilités sont faible qu’il soit reconduit à son poste même s’il a parlé avec l’équipe de transition de Trump. Andy Harris est un médecin, mais surtout un politicien aguerri à la Chambre des représentants. Il est républicain, mais il s’est beaucoup battu pour réformer le NIH. Il a notamment plaidé pour l’attribution de plus de fonds aux jeunes chercheurs qui commencent leurs carrières. Enfin, John Ioannidis est assez respecté dans la communauté scientifique et il est surtout connu pour son papier qui s’intitule : Pourquoi la plupart des papiers scientifiques sont faux ? Il plaide pour une meilleure reproductibilité dans le secteur de la biologie.

Pour la première fois, on a découvert des protéines ressemblant à des prions dans des bactéries – Les prions sont des protéines qui ont subi une malformation (un mauvais pliage plutôt) et qui peuvent provoquer des maladies comme celle de la Vache folle ou Creutzfeldt-Jakob. Jusqu’à présent, on avait seulement trouvé le prion chez les eucaryotes (plantes et les animaux), mais cette fois, les chercheurs ont réussi à introduire des prions dans une bactérie. Cependant, il a fallu une manipulation pour que la protéine se comporte comme un prion.

Une centrifugeuse pour 20 centimes ? Des chercheurs se sont inspirés de la toupie pour créer un dispositif appelé Paperfuge qui peut fonctionner comme une centrifugeuse qui permet de séparer le sang et les autres matières dans les laboratoires. C’est l’une des machines les plus utilisées en médecine, mais elle est très chère avec un prix qui avoisine les 6 000 dollars. Ce Paperfuge est composé de fils, de colle et de papier coute environ 20 centimes à produire et cela pourrait changer la donne dans de nombreux pays pauvres.

Un lien entre les prodiges et des grossesses compliquées ? On parle souvent de génies ou de prodiges et le fait est qu’ils sont très rares. On distingue 3 types de prodiges. Le premier possède ces aptitudes exceptionnelles depuis sa naissance, le second les acquiert à son plus jeune âge et le troisième les obtient grâce à un accident. Par exemple, Alonzo Clemons est tombé et s’est heurté la tête dans son enfance. Depuis, il est capable de créer des sculptures au millimètre près en regardant une simple image à la télévision. Si ces « génies accidentels » sont mal étudiés, les prodiges de naissance ou ceux qui le deviennent par la suite sont peut-être associés à un environnement prénatal particulier, notamment des complications pendant la grossesse.

La Marijuana doit bénéficier de plus de recherches scientifiques – Un rapport qui concerne des milliers d’études sur la marijuana estime qu’il faut étudier les bienfaits et les périls de cette substance. Actuellement, la Marijuana est considérée comme une drogue dangereuse et donc, les chercheurs ont dû mal à l’étudier à cause des interdictions. Ce rapport peut servir comme un début de consensus sur l’utilisation de la marijuana pour des fins thérapeutiques et non, ce n’est pas un Laissez-passer pour les adeptes de la fumette.

Quand le groupe Springer Nature menace un chercheur de poursuite judiciaire à cause de tarifs exorbitants pour un papier en Open AccessJean Ecalle travaille à l’Université Paris-Sud et il a publié un papier dans la revue Acta Mathematica Vietnamica qui appartient au groupe Springer Nature. Pendant l’envoi du papier, il a activé l’option pour que le papier soit Open Access. Quelques semaines plus tard, il reçoit un avis de l’éditeur sur le fait qu’il doit payer 2 200 euros pour avoir mis le papier en Open Access. Ecalle a refusé et Springer est allé jusqu’à menacer le chercheur de poursuite judiciaire. Il a fallu la médiatisation de cette affaire pour que Springer abandonne la poursuite.

L’histoire d’un patient souffrant du syndrome de fatigue chronique et sa bataille pour que les données d’un essai clinique soient publiées – On avait déjà parlé d’un essai clinique falsifié sur le syndrome de fatigue chronique. Cet article parle d’un homme qui s’est battu pour avoir les données de l’étude qui ont permis de démontrer de nombreuses failles dans la sélection des résultats. A cause de cette étude, la psychologie a pris un sacré coup, mais il faut remettre les choses dans le contexte. La psychologie et les sciences humaines en général sont plus vulnérables aux erreurs et il ne faut pas généraliser le problème en rejettant toutes les études. Mais si une hypothèse vous semble farfelue, alors elle le sera dans la plupart des cas. Parmi les hypothèses les plus populaires en psychologie, on a notamment celle de l’Ego Depletion ou de forcer l’expression du visage pour correspondre à l’humeur.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *