vendredi , 21 juillet 2017

Actualités scientifiques de la semaine #24

Les actualités scientifiques de la semaine du 6 au 11 février 2017. Toutes les sources sont en anglais.


Actualités scientifiques de la semaine #24

Le Chan Zuckerberg Biohub donne ses premiers financements – Le Chan Zuckerberg Biohub est une initiative de financement lancé par Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan. Ils ont donné leur première salve de financement totalisant 50 millions de dollars dans plusieurs domaines de la biologie. Des biologistes et d’autres scientifiques ont reçu des financements pour leurs « idées risquées », mais l’initiative est accueillie avec scepticisme. En effet, le Biohub prétend qu’il veut guérir toutes les maladies avec un total de 3 milliards de dollars. Un montant qui fait pâle figure à côté du NIH qui dépense plus de 30 milliards de dollars chaque année. Même si ces initiatives sont intéressantes, on est loin d’un financement qui pourra aider les chercheurs sur le long terme.

Ça sent le roussi pour l’Université Paris-Saclay – La Cour des comptes fustige le projet de l’Université Paris-Saclay qui est une sorte de super campus universitaire rassemblant plusieurs établissements sur le plateau de Saclay. L’Etat prévoit d’investir 5,3 milliards d’euros pour faire ce « MIT à la française » selon les termes de l’ancien président Nicolas Sarkozy, mais disons que le projet n’est pas encore point. La Cour des comptes estime que cette université manque de rigueur et d’objectifs clairs et cela pourrait nuire à l’indépendance de la recherche. De plus, les grandes écoles d’ingénierie et Polytechnique ont boudé le projet parce qu’elles estiment que ce serait une sorte de Silicon Valley et donc, un endroit sans aucune gouvernance avec la compétition comme le principal leitmotiv.

Climatologues américains, venez en France ! Emmanuel Macron, candidat à la présidence française, a bien soigné sa communication en publiant une vidéo où il dit que les climatologues, qui ont peur de l’administration Trump, sont les bienvenus en France. La communication est bien trouvée, mais il y a des problèmes. Même si le réchauffement climatique est étudié par le monde entier, la contribution américaine est majeure. De plus, les scientifiques français sont souvent descendus dans la rue pour protester contre des coupes budgétaires. La dépense dans la recherche et le développement est de 2,23 % du budget total en France alors qu’il est de 2,79 % aux États-Unis. De plus, Macron n’a pas beaucoup parlé de la science au début de sa campagne et on peut dire que c’est juste un spot publicitaire. Macron est peut-être pour la science, mais la triste vérité est que la France n’est pas un pays qui puisse attirer les scientifiques américains. De nombreux d’entre eux parlent de partir vers le Brésil ou la Chine si la situation empire.

Les climatosceptiques s’engouffrent dans la brèche de la « pause » réchauffement climatique – Il y a quelques années, des données révélaient une prétendue pause du réchauffement climatique au début de ce siècle. Par la suite, de nouvelles études avaient infirmé cette hypothèse. C’est la NOAA qui avait infirmé cette pause une bonne fois pour toutes en 2015. Et cette première étude a été reproduite récemment avec des résultats qui ne montrent aucune pause sur le changement climatique. Mais cela n’empêche pas les climatosceptiques d’exploiter cet argument obsolète à outrance. Et ce n’est pas des sites de « Fake News » qui répandent ces bêtises, mais le Mail, un tabloïd britannique et le Wall Street Journal qui propose une vidéo pour expliquer pourquoi la NOAA a faussé ces données. Quand des médias dominants répandent des informations aussi dangereuses, on se dit qu’ils n’ont pas de leçon à donner à qui que ce soit avec une « liste » à la con.

Utiliser la Salmonella pour combattre le cancer – Les scientifiques ont réussi à modifier la Salmonella, un microbe qui provoque des intoxications alimentaires, pour qu’il combatte le cancer. L’expérience a concerné 20 souris qui ont été infectées avec le cancer du côlon. Les souris ont pu éliminer la bactérie de la plupart de leurs organes, mais les tissus cancéreux du colon se battaient avec acharnement contre la bactérie. Après 120 jours, les tumeurs étaient indétectables dans 11 des 20 souris. Ces résultats sont prometteurs.

Le TSA utilise des arguments scientifiques moisis pour détecter des musulmanes kamikazes – La TSA est l’agence américaine qui surveille les transports. Il possède des directives pour détecter des « comportements terroristes » chez les femmes musulmanes qui voudraient devenir des kamikazes. Mais des documents obtenus par l’ACLU (L’Union américaine pour les libertés civiles) révèlent que l’agence utilise des arguments scientifiques totalement moisis ou exagérés. Ainsi, la TSA estime que vous êtes une terroriste si vous êtes : Célibataire, mariée, mère ou grand-mère, étudiantes au lycée ou à l’université, avocates, journalistes ou personnel de santé, pratiquante ou non dans leur religion, charmante, attirante et intelligente, très active dans leur cause. Oui, pour la TSA, toutes les femmes du monde sont des kamikazes potentiels.

Difficile d’être un lanceur d’alerte dans la communauté scientifique –  Mark Fox, professeur à l’université d’Indiana avait donné l’alerte sur des plagiats potentiels commis par 2 de ses collègues. L’alerte était légitime puisque l’un des auteurs était coupable de mauvaise conduite dans plusieurs de ses papiers. Mais Mark Fox n’a pas été soutenu par son université et ses pertes financières sont considérables à cause des plaintes de diffamation qu’il s’est pris dans la tronche par l’un des  auteurs qu’il avait accusé. Cette affaire montre qu’il est difficile de nettoyer la boue dans certains milieux scientifique.

Science, mensonges et preuves – En juin 2016,  Darin Kinion a été condamné à 18 mois de prison pour fraude scientifique. Ce physicien avait obtenu des millions de dollars de subvention pour une recherche sur l’informatique quantique. On a appris ensuite qu’il n’avait rien fait et qu’il avait fabriqué les données de l’étude. Dans un article d’opinion de NatureTimothy D. Clark estime que cette affaire montre bien les fruits pourris qui contaminent la communauté scientifique. Ce type d’affaire semble une exception, mais la fraude scientifique est plus beaucoup plus fréquente selon ce chercheur. De plus, la charge de la preuve revient à celui qui accuse un scientifique de mauvaise conduite alors que cela devrait être le contraire. Ce chercheur plaide pour de nouvelles méthodes telles que des vidéos pour filmer systématiquement les expériences sinon cela va empirer. Le problème est que le public pense que la communauté scientifique se trouve dans une sorte de bulle où la vie est un long fleuve tranquille. S’il y avait plus de communications sur les difficultés des scientifiques telles que les pressions pour publier, le cauchemar pour avoir les subventions, alors cela allégerait la charge sur les chercheurs.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG