samedi , 19 août 2017

Actualités scientifiques de la semaine #28

Toutes les actualités de la semaine que nous n’avons pas pu traiter du 6 au 11 mars 2017. Toutes les sources sont en anglais.


Actualités scientifiques de la semaine #28

On a pu créer des cristaux temporels – En 2012, Frank Wilczek avait suggéré l’existence hypothétique des cristaux de temps ou cristaux temporels. Des formations de cristal qui auraient une position fixe dans le temps plutôt que dans l’espace. Au départ, c’est parti de l’idée de la violation de la symétrie. Les lois physiques sont symétriques et cela signifie qu’elles s’appliquent de la même manière à tous les points de l’espace et de temps. Mais il y a de nombreux phénomènes qui violent ces symétries telles que des aimants, la supraconductivité et les minéraux de cristal. Wilczek s’est juste demandé si cette violation de symétrie était possible sur le temps et cela nous donne aujourd’hui les cristaux temporels. Un cristal temporel émet des pulsations sans nécessiter de l’énergie comme une montre qui tournerait indéfiniment sans qu’on ait besoin de la remonter. Et non, ce n’est pas du mouvement perpétuel.

Est-ce que les Pays-Bas basculent dans le populisme ? La revue Nature s’inquiète de la montée du populisme et de l’isolationnisme aux Pays-Bas. Geert Wilders dirige le Parti pour la liberté (PVV) et en quelques années, il a bénéficié d’une visibilité considérable dans le paysage politique. À sa création, ce parti n’avait qu’un seul membre en la personne de Wilders. Dans les élections parlementaires, Wilders a utilisé les mêmes tactiques que Trump avec des slogans tels que Make the Netherlands ours again. C’est un parti d’extrême-droite qui lutte contre « l’islamisation en Europe » et le « gaspillage de l’argent » des contribuables hollandais. Les Pays-Bas sont l’un des rares pays qui prennent des décisions politiques basées sur des faits scientifiques. Les universités sont très ouvertes en accueillant énormément d’étudiants étrangers et elles ont des partenariats avec d’autres pays. La montée des partis comme ceux de Wilders pourrait menacer cette ouverture d’esprit. Et ce n’est pas un cas isolé, car en France et en Allemagne, l’extrémisme monte également à toute vitesse.

Un Think Tank sur le climat va fermer ses portes en Australie – Dans la même optique, l’Australie prend un virage à 180 degrés pour se tourner vers les énergies fossiles. Le résultat est que le Climate Institute, un Think Tank influent qui incitait les législateurs à voter des résolutions en faveur des énergies renouvelables, va fermer ses portes en juin 2017. Les donateurs s’enfuient parce qu’ils sentent que le vent tourne et que la protection de l’environnement et le réchauffement climatique ne sont plus un « bon business » par les temps qui courent. Le repli identitaire infecte actuellement le monde entier et tout ça risque de mal finir.

Le chef de l’EPA estime que le CO2 ne contribue pas au réchauffement climatique – Pourquoi s’arrêter en si bon chemin dans les mauvaises nouvelles, car Scott Pruitt, le nouveau chef de l’EPA, l’agence américaine de protection de l’environnement, a déclaré publiquement que le CO2 ne contribue pas au réchauffement climatique alors que c’est le principal facteur. Pruitt est un sacré joyeux luron, car pendant son audition devant le Congrès, il avait déclaré la main sur le coeur que le réchauffement climatique était bien réelle et que l’activité humaine en est responsable. Une fois qu’on a la chaise, on oublie ses promesses à la vitesse de l’éclair.

Faites-nous confiance, retournez à Fukushima – Une étude suggère que les niveaux de contamination dans les régions proches de Fukushima sont suffisamment bas pour que les habitants, qui ont été évacués, puissent retourner sans trop de crainte. Mais l’étude est assez limitée, car elle n’a analysé que la contamination dans un seul village qui n’a pas été évacué. Car à l’intérieur de la centrale, disons que les choses ne sont pas très « propres ». 2 robots ont été gravement endommagé à cause du niveau de contamination. Notons que les deux phénomènes ne sont pas contradictoires, car la première étude parle des zones d’habitation autour de Fukushima alors que le second rapport parle de l’état du nettoyage des réacteurs. Toutefois, même si on peut retourner sans risque à côté de Fukushima, il faudra mettre un revolver sur la tempe des gens pour qu’ils y aillent. Vous connaissez beaucoup d’habitants à Tchernobyl ? Des accidents comme Fukushima ou Tchernobyl sont rares et malgré ce qu’on peut lire à droite à et à gauche, l’énergie nucléaire est l’une des plus propres que nous ayons. Moi je dis que si on investissait ce qu’il faut dans la fusion nucléaire, on n’en serait pas là. Mais les actualités ci-dessus montrent que les pays préfèrent se noircir le visage avec le charbon et le pétrole pour leur énergie plutôt que de regarder vers les étoiles pour s’en inspirer.

Un super acier qui s’inspire de la structure de nos os – Nous avons parfois des fractures, mais en général, notre ossature utilise une structure laminée (comme une pâte feuilletée) pour résister aux fractures. Et des chercheurs ont créé un acier qui s’inspire de cette structure et il est beaucoup plus résistant que toutes les formes d’acier à notre disposition.

Pan, la lune de Saturne ressemble à de la pâte – En voyant l’image en cliquant sur le lien, vous aurez l’impression que c’est de la pâte que quelqu’un aurait préparée pour faire un gâteau. Et bien non, c’est Pan, l’une des lunes de Saturne avec une photo qui est prise par la sonde Cassini.

Un maïs modifié génétiquement pour combattre une toxine cancérigène – Dans le maïs, un champignon parasitaire produit une toxine cancérigène connue comme l’aflatoxine. Désormais, des chercheurs ont modifié génétiquement ce maïs pour qu’il réduise la quantité de toxine émise par le champignon. Pendant une observation de 30 jours, le maïs OGM avait été affecté par le champignon, mais il n’y a aucune trace de toxine contrairement aux maïs normaux.

L’hypothèse Gaia est de retour sur la scène – Des scientifiques comme Lynn Margulis et James Lovelock ont proposé l’hypothèse Gaia dans les années 1970 et 1990. Cette hypothèse suggère que la Terre se comporte comme un organisme vivant à part entière. Cela semble sorti tout droit de la science-fiction, mais l’hypothèse est plausible sur plusieurs points. Quand la vie apparait sur une planète, cette hypothèse veut utiliser l’approche d’une planète vivante plutôt qu’une planète ayant de la vie. Étant donné que les écosystèmes sont étroitement liés entre eux, alors on pourrait suggérer quelques bases sur l’hypothèse Gaia. Elle peut être utilisée dans des modèles globaux comme le réchauffement climatique ou l’interaction des êtres vivants, mais les sceptiques sont nombreux sur le fait que l’hypothèse Gaia n’est pas claire et donc, que les travaux seront également très vagues. De plus, l’hypothèse Gaia peut mener à des dérives où on va donner une intention à la nature et cela nous mène tout droit vers le créationnisme.

Les auteurs et les éditeurs de papiers scientifiques font face à une nouvelle forme de corruption –  Des auteurs et des éditeurs de revues scientifiques sont souvent contacté par des entreprises douteuses pour faire publier leur manuscrit à tout prix. Parfois, cela peut aller jusqu’au chantage si les auteurs refusent le racket. Cela fait plusieurs mois que nous voyons une tendance inquiétante dans les publications scientifiques. Les Predatory Publishers sont de plus en plus présents et il semble que les revues scientifiques, notamment au Canada et aux Etats-Unis choisissent l’approche du laisser-faire parce qu’on ne peut rien faire. Si la communauté scientifique ne se bouge pas le cul pour nettoyer les publications scientifiques, il ne faut pas ensuite s’étonner que les anti-science pointent constamment des doigts accusateurs sur les failles du système.

Les cochons peuvent voler et les oiseaux nagent dans les profondeurs des océans… selon des papiers scientifiques –  Tom Spears du magazine Ottawa Sun est l’un des journalistes qui démontrent régulièrement les failles de la publication scientifique. Il s’attaque surtout à OMICS International, un Predatory Publisher indien qui a réussi à mettre la main sur des revues médicales au Canada. En plus des papiers à la pisse, cette entreprise organise également des conférences « scientifiques » où vous pouvez raconter n’importe quoi du moment que vous payez le prix d’entrée à 999 dollars. Ainsi, Ottawa Sun et The Sun ont publié des papiers qui démontrent que les cochons peuvent voler que les oiseaux peuvent nager dans les océans.

Ci-dessous, nous vous donnons un sondage pour voir si des vidéos sur Youtube s’inspirant des actualités scientifiques de la semaine pourraient vous intéresser. Ce serait juste des images avec un commentaire audio (une sorte de version vidéo de ces revues de la semaine), mais cela pourrait être intéressant. Vous pourriez donner votre avis en votant sur ce sondage. Les revues sur le site continueraient d’exister et on proposerait des vidéos selon le temps disponible.

Est-ce que vous voulez des vidéos sur les actualités scientifiques de la semaine ?

View Results

Loading ... Loading ...

 

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG