Industrie solaire : les effets négatifs de la financiarisation

Une étude suggère que la financiarisation de l’industrie solaire aux États-Unis a eu des effets néfastes considérables par rapport à la même industrie au Japon.


Une étude suggère que la financiarisation de l'industrie solaire aux États-Unis a eu des effets néfastes considérables par rapport à la même industrie au Japon.

Selon une recherche publiée dans Science Advances, l’importance croissante du secteur financier dans l’ aux États-Unis de 1980 à 1990 a contribué à dégrader considérablement le secteur en supprimant les investissements réels au profit de la des marchés futurs et cela a empêché l’émergence de l’industrie solaire sur de nombreux aspects.

En revanche au , les fabricants de cellules photovoltaïques étaient protégés contre ce type de turbulence financière et ils sont continués à étendre l’investissement dans la fabrication des énergies solaires. Grâce à cette protection contre la , ces fabricants ont gagné 50 % des parts du marché global en 2005 alors que les États-Unis sont descendus à 9 %. Dans une époque où il est important de définir les meilleures stratégies pour réduire le poids du carbone, cette étude de cas permet de mesurer si ces efforts sont bloqués par la financiarisation et cette étude souligne la relation conflictuelle entre la finance et la production au moins dans ce cas précis.

Max Jerneck de la Stockholm School of Economics a fait la chronique de l’histoire du Japon et des États-Unis lorsque la NASA a développé les cellules solaires pour convertir la lumière du soleil en électricité.1 À mesure que les conglomérats américains rachetaient les petites firmes de l’énergie solaire qui étaient des pionnières dans ce domaine, il y avait moins d’argent qui allait vers l’amélioration de la technologie, car cet argent allait directement dans les poches des managers et des investisseurs. Cela a provoqué un décalage considérable entre l’industrie et la finance et le résultat a été le démantèlement de nombreux de ces conglomérats. Les conglomérats se sont effondrés, mais les investisseurs, enrichis par les profits à court terme, sont partis vers d’autres cieux.

Une infographie comparative sur l'industrie solaire au Japon et aux Etats-Unis - Crédit : Carla Schaffer/ AAAS

Une comparative sur l’industrie solaire au Japon et aux – Crédit : Carla Schaffer/ AAAS

Le résultat est que de 1978 à 2005, les parts du marché de l’industrie solaire des États-Unis sont passées de 95 % à 9 %. Mais au Japon, avec une économie qui fait la moitié de celle des USA, le marché de l’énergie solaire a continué à enregistrer une croissance soutenue. L’entrée du pays dans le marché de l’énergie solaire a commencé grâce à sa forte présence dans le marché des semi-conducteurs et de l’électronique et cette industrie de l’énergie solaire a pu progresser sans la prise de contrôle des conglomérats privés en permettant au Japon de s’emparer près de 50 % du marché global. Selon Jerneck, ces cas d’étude jettent le doute sur le succès d’un prix de carbone aux États-Unis. Même si une pourrait rendre les industries plus compétitives, de nombreux sont sceptiques sur l’impact réel. La taxe et le marché de carbone sont simplement des instruments spéculatifs pour les investisseurs et les banques et il serait ridicule de considérer que cela soulagera le poids du carbone.

Source : Science Advances (http://dx.doi.org/10.1126/sciadv.1601861)

Sources

1.
Jerneck M. Sunrise of an Industry: Solar Energy under Financial and Industrial Capitalism in the U.S. and Japan, 1973 – 2005. 2015:240.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

1 réponse

  1. Maxime dit :

    Bonjour,

    Cette analyse montre que ce type d’énergie doit être financée de manière pertinente et par des spécialistes afin d’éviter du gaspillage et de rendre cette énergie impopulaire.

    Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *