Discussions politiques : Stress et cynisme chez les travailleurs

Les résultats d’un sondage révèlent que les travailleurs sont impactés négativement par les discussions politiques au travail des mois après les élections.


Les résultats d'un sondage révèlent que les travailleurs sont impactés négativement par les discussions politiques au travail des mois après les élections.

Les travailleurs américains sont plus susceptibles d’être stressés et cyniques à cause des discussions politiques sur leurs lieux de travail selon les résultats d’un sondage publié par l’American Psychological Association (APA). Cette tendance au et au est plus importante aujourd’hui que la période qui a précédé l’élection.1

Le stress et le cynisme chez les travailleurs perdurent des mois après les élections

L’enquête a révélé que 26 % des adultes travaillant à temps plein et à temps partiel se sentaient tendus ou stressés à la suite de discussions politiques au travail depuis les élections, soit une augmentation de 17 % par rapport à septembre 2016 qui concernait la période électorale. Plus de 1 travailleur sur 5 (21 %) a déclaré qu’ils se sentaient plus cyniques et négatifs au cours de leur journée de travail en raison des discussions politiques sur leur lieu de travail comparé à 15 % avant les élections.

Les données post-électorales ont été recueillies en ligne aux États-Unis par Harris Poll du 16 février au 8 mars 2017 et cela concerne 1 311 adultes qui travaillent à plein temps ou à temps partiel. L’enquête préélectorale a été menée en ligne par Harris Poll du 10 au 12 août 2016 parmi un échantillon national représentatif de 927 adultes qui travaillent à plein temps ou à temps partiel.

Une augmentation de la toxicité au travail à cause des discussions

La moitié des sujets du sondage post-électoral (54 %) ont déclaré avoir discuté de la politique au travail depuis les élections et pour 40 % des travailleurs américains, cela a provoqué au moins un résultat négatif tel que la réduction de la productivité, la baisse de la qualité du travail, la difficulté d’atteindre ses objectifs, avoir une vision plus négative des collègues, se sentir tendu ou stressé sans oublier l’augmentation de l’hostilité au travail. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport aux données des enquêtes préélectorales qui rapportent un résultat négatif sur une personne sur quatre, soit 27 %.

Les employeurs pourraient donner des consignes de ne pas parler de politique sur le lieu de travail, mais la réalité est que ces discussions souvent intenses se sont intensifié depuis les élections ce qui représente une menace pour le bien-être des employés et les performances des entreprises selon David W. Ballard, directeur du Centre d’excellence organisationnelle de l’APA. Qu’il s’agisse de politique ou d’autre conversation polémique au travail, les gestionnaires et les superviseurs doivent créer un climat de travail où les personnes ayant des opinions et des milieux divers peuvent travailler ensemble vers des objectifs communs sans que leurs différences créent un environnement toxique.

Ci-dessous, on a d’autres résultats intéressants de l’enquête post-électorale sur les discussions politiques au travail :

  • Près d’un tiers (31 %) ont déclaré qu’ils avaient vu des collègues qui se disputaient de la politique et 15 % se sont même impliqués dans le débat. Plus de 1 sur 5 (24 %) ont déclaré qu’ils évitaient certains collègues à cause de leurs opinions politiques.
  • 1 expérience négative sur 6 au travail est liée à des discussions politiques. 16 % ont déclaré qu’ils avaient une vision plus négative de leurs collègues, 16 % se sentaient plus isolés de leurs collègues, 17 % ont déclaré que cela a impacté la cohésion de l’équipe et 18 % ont signalé une augmentation de l’hostilité au travail.
  • Certains ont déclaré que le sur le lieu de travail a eu une incidence sur leur productivité. 15 % ont déclaré avoir eu du mal à travailler, 13 % ont déclaré que leur qualité de travail en a souffert et 14 % ont déclaré qu’ils étaient moins productifs.
  • Depuis l’élection, de nombreuses travailleuses sont devenues plus cyniques et négatives au cours de leur journée de travail. 9 % avant les élections contre 20 % dans les mois qui ont suivi. (Pour les travailleurs masculins, 20 % ont déclaré se sentir cyniques et négatifs avant les élections contre 23 % aujourd’hui).

Une autre conclusion notable de l’enquête est la différence dans la manière dont les discussions politiques au travail depuis l’élection affectent les employés en fonction de leurs opinions politiques. Dans l’enquête avant l’élection, il y avait peu de différences entre les partis politiques ou la philosophie sur la façon dont la politique affectait les travailleurs.

Depuis l’élection, les libéraux sont plus stressés et tendus que les modérés ou les conservateurs à la suite de discussions politiques au travail depuis l’élection présidentielle (38 % contre 22 % pour les modérés et 21 % pour les conservateurs) et les libéraux perçoivent une augmentation de l’hostilité au travail (26 %, contre 16 % pour les modérés et 13 % pour les conservateurs). Les gens qui se sont identifiés comme des libéraux estimaient que les discussions politiques les connectaient davantage à leurs collègues (39 % contre 28 % pour les modérés et 25 % pour les conservateurs).

Les tensions politiques sont bien plus que les perdants ou les gagnants à l’élection selon Ballard. Les gens de l’ensemble du spectre politique ont des sentiments forts sur des questions très personnelles qui affectent directement leur vie incluant l’égalité, les libertés civiles, le rôle du gouvernement, la justice sociale et la sécurité économique. L’inondation de l’actualité, les discussions sur les réseaux sociaux et les disputes avec des amis et les collègues de travail peuvent renforcer les stéréotypes sur les républicains et les démocrates, les libéraux et les conservateurs en perpétuant une mentalité de plus en plus renfermée sur soi.

Sources

1.
2017 Work and Well-Being Survey: Special Focus on Politics. apaexcellence.org. http://www.apaexcellence.org/assets/general/2017-politics-workplace-survey-results.pdf. Consulté le mai 3, 2017.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *