Désolé grand-mère, mais tes remèdes sont dangereux

De nombreux grands-parents continuent d’appliquer des remèdes obsolètes sur leurs petits enfants. En plus de l’inefficacité, ces remèdes sont dangereux pour la santé.


De nombreux grands-parents continuent d'appliquer des remèdes obsolètes sur leurs petits enfants. En plus de l'inefficacité, ces remèdes sont dangereux pour la santé.

De nombreux grands-parents, qui élèvent leurs petits-enfants, pratiquent des remèdes obsolètes qui posent des risques sérieux pour les jeunes enfants selon une nouvelle recherche par un pédiatre de la Northwell Health. L’étude, menée par l’analyste principal Andrew Adesman, sera présentée lors de la réunion des sociétés académiques pédiatriques qui se tiendra à San Francisco du 6 au 9 mai 2017. Le docteur Adesman, chef de du développement et du comportement au Cohen Children’s Medical Center à New Hyde Park, a concentré ses recherches sur les difficultés particulières rencontrées par les grands-parents en élevant uniquement leurs petits enfants.

Quand les grands-parents participent à l’éducation, cela peut être positif pour les petits-enfants, mais cela peut également poser des problèmes en termes de mode de vie, de finance et de santé mentale et physique selon le Dr. Adesman. Dans des questionnaires, de nombreux grands-parents ont estimé qu’ils faisaient du bon travail, mais ils ont reconnu qu’ils n’avaient pas le soutien nécessaire et que leur rôle pourrait être handicapant pour les enfants.

Des remèdes obsolètes et parfois dangereux pour les petits enfants

Plus de 7 millions de petits-enfants aux États-Unis ont été élevés uniquement par leurs 2,7 millions de grands-parents en 2012 selon le bureau des recensements américain. Les facteurs qui contribuent à ce phénomène croissant comprennent l’épidémie d’opiacés, l’incarcération parentale ou les problèmes de santé physique ou mentale des parents selon M. Adesman.

Mais l’époque et les habitudes ont changé depuis que ces grands-parents ont élevé leurs enfants. Et en continuant de pratiquer ces remèdes, ils font courir un risque non négligeable à leurs petits-enfants. Par exemple, dans l’une des études du Dr Adesman, 44 % des 636 grands-parents pensent à tort que les bains de glace sont un bon moyen de faire baisser une fièvre carabinée. En fait, les bains de glace posent un risque d’. De même, un quart de ces grands-parents ignoraient que les nourrissons doivent être endormis sur le dos et non sur le ventre ou le côté, car il y a un facteur de risque majeur de provoquer un syndrome de (SMSN).

Les pédiatres peuvent aider les grands-parents à élever leurs petits-enfants en les mettant à jour sur les remèdes médicaux modernes et les méthodes parentales selon M. Adesman. Il est important que les pédiatres ne commettent pas l’erreur de considérer que les grands-parents ont l’expérience nécessaire pour élever des enfants.

Dans ses 2 études connexes, le Dr Adesman et son équipe ont examiné 774 grands-parents qui étaient les principaux soignants d’un ou plusieurs petits-enfants. Un questionnaire visait à caractériser les sources de soutien de ces grands-parents et à évaluer leur impact, ainsi qu’à identifier les besoins de soutien non satisfaits. L’étude a montré que 1 grand parent sur 10 déclarait n’avoir aucun système de soutien et 12 % ont répondu que les systèmes d’aide ne répondaient pas à leurs besoins les plus importants. De plus, 71 % ont indiqué que leurs responsabilités parentales avaient limité leur capacité à se faire des amis et près d’un tiers indiquait que l’éducation de leurs petits-enfants avait affecté leur conjoint ou leur relation de manière défavorable.

Un impact négatif sur la santé mentale et physique des grands-parents

De nombreux grands-parents sont intéressés pour recevoir des conseils (43 %) ou pour participer à un groupe de soutien (61 %) et ceux, qui ne disposaient pas d’un système de soutien adéquat, étaient moins heureux dans leur vie quotidienne (54 % contre 86 %). Un des points importants de cette étude est que si les grands-parents élèvent leurs petits-enfants, alors ces tâches peuvent affecter négativement sur leur propre santé physique et émotionnelle et les groupes de soutien peuvent faire une différence selon le docteur Adesman en notant qu’on peut trouver ces groupes de soutien dans la plupart des grandes villes.

La dernière étude dans cette série a porté sur les expériences parentales, les perceptions personnelles, les défis et d’autres facteurs qui affectent les grands-parents. Les recherches ont montré que près d’un tiers ont signalé avoir un problème médical qui entravait leur capacité à s’occuper de leurs petits-enfants. De plus, de nombreux ont déclaré que le fait d’avoir choisi d’élever leurs petits-enfants avait eu une incidence négative sur leur propre santé émotionnelle (40,3 %) ou physique (32,4 %).

Je pense que les pédiatres doivent évaluer la santé et le bien-être de l’enfant, mais ils doivent également analyser l’impact sur la santé physique et sociale des grands-parents qui élèvent leurs petits-enfants selon le Dr Adesman. Même si les grands-parents assument ce rôle, ce n’est pas quelque chose qu’ils ont prévu à leur âge et cela peut représenter un défi dans de nombreux domaines.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *