Le potentiel des voies biliaires artificielles pour les maladies du foie

Les chercheurs rapportent la réussite du développement de voies biliaires artificielles à l’aide de structure en 3D pour remplacer des voies biliaires endommagées chez la souris.


C'est une image de la vésicule biliaire d'une souris suivant une restauration avec un patch de tissu possédant des cellules de voies biliaires humaines (en vert). Les cellules humaines de ces voies biliaires ont totalement restauré et remplacé l'épithélium endommagé de la souris - Crédit : Fotis Sampaziotis
C'est une image de la vésicule biliaire d'une souris suivant une restauration avec un patch de tissu possédant des cellules de voies biliaires humaines (en vert). Les cellules humaines de ces voies biliaires ont totalement restauré et remplacé l'épithélium endommagé de la souris - Crédit : Fotis Sampaziotis

Les scientifiques de Cambridge ont développé une nouvelle méthode pour développer et transplanter des artificielles qui pourraient être utilisées pour traiter les maladies du chez les enfants. Cela permettrait de réduire la .

Dans la recherche publiée dans la revue Nature Medicine, les chercheurs ont développé une structure cellulaire 3D qui, une fois transplantée en souris, s’est développée comme des voies biliaires normales et fonctionnelles. Les voies biliaires sont des structures en forme de tube qui transportent la . La est sécrétée par le foie et elle est essentielle pour nous aider à digérer les aliments. Si les voies biliaires ne fonctionnent pas correctement, par exemple dans l’ des voies biliaires (une maladie qui touche les nouveaux nés), alors cela peut entraîner une accumulation néfaste de la bile dans le foie.

L’étude suggère qu’il serait possible de générer et de transplanter des voies biliaires humaines artificielles en utilisant une combinaison de transplantation cellulaire et d’ingénierie tissulaire. Cette approche offre de l’espoir pour le traitement futur des maladies de la voie biliaire. Car à l’heure actuelle, la seule option est une transplantation de foie.

C'est une image de la vésicule biliaire d'une souris suivant une restauration avec un patch de tissu possédant des cellules de voies biliaires humaines (en vert). Les cellules humaines de ces voies biliaires ont totalement restauré et remplacé l'épithélium endommagé de la souris - Fotis Sampaziotis

C’est une image de la vésicule biliaire d’une souris suivant une restauration avec un patch de tissu possédant des cellules de voies biliaires humaines (en vert). Les cellules humaines de ces voies biliaires ont totalement restauré et remplacé l’épithélium endommagé de la souris – Fotis Sampaziotis

L’équipe de recherche de l’Université de Cambridge, dirigée par le professeur Ludovic Vallier et ses collègues a extrait des cellules saines (cholangiocytes) des voies biliaires et elle les a développés en des structures 3D connues sous le nom d’organoïdes biliaires. Quand on les a transplantés chez la souris, les organoïdes biliaires se sont assemblés dans des structures tubulaires complexes ressemblant à des voies biliaires.

Les chercheurs ont ensuite étudié si les organoïdes biliaires pouvaient être cultivés sur une sorte « d’échafaudage » collagène biodégradable. Cela permettrait de les façonner dans un tube et l’utiliser pour réparer les voies biliaires endommagées dans le corps. Après 4 semaines, les cellules ont complètement recouvert les échafaudages ce qui a permis d’avoir des tubes artificiels présentant des caractéristiques essentielles d’une voie biliaire normale. Ces structures artificielles ont ensuite été utilisées pour remplacer les voies biliaires endommagées chez la souris. Et les transplantations ont été un succès avec les animaux qui ont survécu sans des complications supplémentaires.

Nos travaux ont le potentiel de transformer le traitement des troubles des voies biliaires selon le professeur Vallier. Pour le moment, notre seule option est la transplantation du foie et nous sommes limités par la disponibilité d’organes sains pour la transplantation. Dans le futur, nous pensons qu’il sera possible de générer de grandes quantités de tissus issus de la bioingénierie qui pourraient remplacer les voies biliaires malades et fournir une nouvelle option thérapeutique puissante sans nécessiter les transplantations d’organes.

Cela démontre le potentiel de l’ingénierie tissulaire et de la médecine régénératrice selon le Dr Sampaziotis. Ces voies biliaires artificielles seraient non seulement utiles pour la transplantation, mais elles pourraient aussi servir à modéliser d’autres maladies de la voie biliaire et à développer pour tester de nouveaux traitements médicamenteux.

Source : Nature Medecine (http://dx.doi.org/10.1038/nm.4360)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *