FlyPi, un microscope imprimé en 3D à 100 euros

Des chercheurs proposent le concept de Flypi, un système de microscope et d’imagerie qui coute moins de 100 euros et qui utilise l’impression 3D et des solutions Open Source.


Des chercheurs proposent le concept de Flypi, un système de microscope et d'imagerie qui coute moins de 100 euros et qui utilise l'impression 3D et des solutions Open Source.
Le FlyPi et son modèle 3D - Crédit : Tom Baden

Les équipements de laboratoire sont l’un des facteurs de coût les plus importants en . Mais on peut effectuer de nombreuses expériences avec de bons résultats en utilisant des configurations auto-assemblées impliquant des composants imprimés en 3D et de l’électronique autoprogramée. Dans une étude publiée dans la revue PLOS Biology, André Maia Chagas et Tom Baden des Universités de Tübingen et du Sussex présentent « « , un système d’imagerie et de microscope à faible coût pour la recherche, la formation et l’enseignement.

L’équipement nécessaire aux expériences modernes en neurosciences peut facilement coûter des dizaines ou même des centaines de milliers d’euros si on se base sur des solutions disponibles dans le commerce. Le problème est que cela limite la capacité des instituts de recherche dans le monde entier et que seuls les pays riches pourront pratiquer les expériences qui nécessitent ces équipements.

« FlyPi » peut effectuer de nombreux protocoles de laboratoire incluant la optique ou par fluorescence, l’, la thermogénétique et les études comportementales sur les petits animaux tels que les vers, les mouches de fruits et les larves de poissons zèbres. Flypi se base sur un Framework comprenant un ordinateur , une caméra et des LEDs à faible cout pour l’éclairage. Il possède également des lentilles simples ainsi que des circuits de contrôle optique et thermique qui sont basés sur qui est un microcontrôleur open source. Les couts combinés de ces composants coûtent moins de 100 euros pour le système de base et on peut les modifier en fonction des objectifs du laboratoire. Le système FlyPi offre des options modulaires et peu coûteuses pour la recherche et l’assemblage et les instructions d’utilisation sont disponibles gratuitement sur les plates-formes open source.

Les développeurs du système FlyPi partagent un intérêt pour la diffusion pour du « matériel de laboratoire ouvert ». Avec la co-auteure Lucia Prieto Godino de l’Université de Lausanne, les développeurs ont enseigné des cours sur l’, sur la programmation et le matériel de laboratoire dans des universités au Kenya, en Ouganda, au Ghana, au Nigéria, en Afrique du Sud, au Soudan et en Tanzanie. De nombreuses institutions à travers le monde ont très peu d’argent pour des équipements commerciaux selon Baden. Nous pensons qu’il est très important que la formation et la recherche en neurosciences s’ouvrent à un plus grand nombre d’étudiants et de scientifiques juniors. Nous espérons qu’avec des outils de laboratoire ouverts tels que FlyPi, nous pouvons leur offrir un point de départ.

Source : PLOS Biology (http://dx.doi.org/10.1371/journal.pbio.2002702)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *