mardi , 24 octobre 2017

Un lien entre le vieillissement et l’horloge biologique

Les chercheurs rapportent la découverte d’un lien entre l’horloge biologique et le vieillissement. Ils rapportent également les bienfaits du régime hypocalorique.


Un lien entre le vieillissement et l’horloge biologique
Crédit : IRB Barcelona
Les scientifiques, qui étudient comment le vieillissement affecte le contrôle de l’horloge biologique du métabolisme, ont découvert qu’un régime à faible teneur en calories aide à maintenir ces processus de régulation de l’énergie et à faire en sorte que le corps reste plus jeune. Dans une étude publiée dans la revue Cell, Paolo Sassone-Corsi, directeur du Center for Epigenetics & Metabolism de l’Université de Californie et ses collègues, révèlent comment les rythmes circadiens, connue comme l’horloge biologique, changent par rapport au vieillissement physiologique. Le circuit contrôlé par l’horloge, qui se connecte directement au processus de vieillissement, repose sur un métabolisme efficace de l’énergie dans les cellules.

L’équipe Sassone-Corsi a testé le même groupe de souris à 6 mois et 18 mois en extrayant des échantillons de tissus du foie qui est l’organe qui fonctionne comme l’interface entre la nutrition et la distribution de l’énergie dans le corps. L’énergie est métabolisée dans les cellules sous des contrôles circadiens précis.

Les chercheurs ont constaté que le cycle de 24 heures sur le système métabolique contrôlé par le circadien des souris plus âgées restait le même, mais il y avait des changements notables dans le mécanisme circadien qui active les gènes en fonction de la consommation d’énergie des cellules. En termes plus clairs, les cellules plus anciennes ont géré l’énergie de manière inefficace.

Ce mécanisme fonctionne très bien dans un jeune animal, mais il se désactive dans une vieille souris selon Sassone-Corsi. Cependant, dans un deuxième groupe de souris vieillies, qui ont reçu un régime avec 30 % moins de calories pendant 6 mois, le changement dans le traitement de l’énergie dans les cellules était beaucoup plus faible. En fait, la restriction calorique fonctionne en rajeunissant l’horloge biologique d’une manière très puissante selon Sassone-Corsi. Dans ce contexte, une bonne horloge biologique signifiait un bon vieillissement.

Une confirmation collaborative

Par une étude complémentaire toujours dans la revue Cell, une équipe de recherche de l’Institut de recherche en biomédecine de Barcelone a collaboré avec l’équipe de Sassone-Corsi pour tester le fonctionnement de l’horloge biologique dans les cellules souches de la peau de souris jeunes et plus âgées. Ils ont également constaté qu’un régime à faible teneur en calories conservait la plupart des fonctions rythmiques de la jeunesse.

Le régime à faible teneur en calories contribue considérablement à prévenir les effets du vieillissement physiologique selon Salvador Aznar Benitah, qui a dirigé l’étude en Espagne. Il est important que le rythme des cellules souches reste jeune, car à la fin, ces cellules servent à renouveler et à préserver des cycles jour/nuit très prononcés dans les tissus. Le fait de manger moins semble empêcher le vieillissement des tissus et, par conséquent, cela empêche les cellules souches de reprogrammer leurs activités circadiennes.

Selon les chercheurs de l’UCI et de Barcelone, ces études peuvent aider à expliquer pourquoi un régime restreint en calories ralentit le vieillissement chez la souris. Les implications pour le vieillissement humain pourraient être de grande envergure. Les scientifiques ont déclaré qu’il était important d’examiner pourquoi le métabolisme a un effet aussi important sur le processus de vieillissement des cellules souches. Et une fois qu’on aura identifié le lien qui favorise ou retarde le vieillissement, on pourra chercher des traitements qui peuvent réguler ce lien.

Il a été démontré dans de précédentes études sur la mouche des fruits que les régimes à faible teneur en calories peuvent prolonger la longévité, mais la recherche UCI et Barcelone est la première à montrer que la restriction calorique influence l’implication du rythme circadien du corps dans le processus de vieillissement des cellules.

Ces études présentent une sorte de Graal moléculaire en révélant la voie cellulaire à travers laquelle le vieillissement est contrôlé selon Sassone-Corsi. Les résultats fournissent une introduction claire sur la façon de contrôler ces éléments du vieillissement dans une perspective pharmacologique.

Source :  Cell (http://dx.doi.org/10.1016/j.cell.2017.07.042)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 4,50 out of 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG