Une technologie révèle des détails remarquables sur une ancienne peinture romaine

L’utilisation d’une nouvelle technologie par rayons X a permis de révéler les détails remarquables d’une ancienne peinture d’une femme romaine à Herculanum.


Une carte de l'élément du fer (sur la droite) réalisée avec une technologie par rayons X révèle les détails remarquables d'une ancienne peinture romaine (sur la gauche) - Roberto Alberti, Ph.D.
Une carte de l'élément du fer (sur la droite) réalisée avec une technologie par rayons X révèle les détails remarquables d'une ancienne peinture romaine (sur la gauche) - Roberto Alberti, Ph.D.

De la lave fondue, des cendres volcaniques, de la suie, du sel, de l’humidité. La ancienne d’une femme romaine a subi tout ce qui est possible d’imaginer. Mais les scientifiques rapportent désormais qu’un nouveau type de technologie à rayons X à haute résolution les a permis de découvrir le portrait original dans toute sa splendeur. La technique pourrait aider les spécialistes à restaurer plus précisément cette image ainsi que d’autres oeuvres d’art anciennes.

Les chercheurs ont présenté leurs travaux lors de la 254e réunion nationale de l’American Chemical Society (ACS). La science nous permet de nous rapprocher des gens qui vivaient à selon Eleonora Del Federico. En révélant les détails des peintures murales qui ne sont plus visibles à l’oeil nu, nous sommes en train de nous rapprocher de ces personnes.

Herculanum était une ancienne station balnéaire romaine près de la ville de Naples sur la côte italienne. La ville, ainsi que Pompéi à proximité, a été détruite lors d’une éruption du Vésuve en 79 ans après l’ère commune. Pendant des siècles, Herculanum a été enterré sous 20 mètres de matière volcanique ce qui a permis de préserver une grande partie des oeuvres d’art dans la ville. Ironiquement, ce n’est que lorsqu’on a redécouvert Herculaneum et que des fouilles ont débuté au milieu du 19e siècle que de nombreuses peintures, fresques et statues ont commencé à se détériorer. L’humidité, les variations de température, le sel et d’autres agents atmosphériques ont provoqué la plus grande partie des dommages. Par exemple, le portrait de la jeune femme n’a été excavé qu’il y a environ 70 ans. Del Federico de l’Institut Pratt spécule que lors de sa première découverte, l’image était probablement stupéfiante. Mais quelques décennies d’exposition aux éléments ont provoqué des dommages considérables.

Pour aider les scientifiques impliqués dans le projet de conservation d’Herculaneum, Del Federico et ses collègues de l’Institut Pratt et XGLab SRL ont cherché à en savoir plus sur les peintures murales cachées sous l’accumulation des couches de sel cristallisées. Dans une des premières études sur le terrain, les chercheurs ont utilisé un instrument de macro fluorescence à rayons X (macro XRF) récemment développé, par ELIO XGLab SRL, pour analyser la peinture d’une jeune femme dans l’ancienne ville. Ce nouvel instrument permet aux scientifiques d’analyser de manière non invasive une peinture sans devoir la déplacer ou éviter que l’appareil entre en contact avec l’illustration. ELIO peut produire des cartes des éléments tels que le fer, le plomb et le cuivre dans le tableau. Del Federico a déclaré que ces approches pourraient aider les restaurateurs à choisir des solvants de nettoyage compatibles avec les éléments d’une peinture afin de restaurer la majeure partie de l’oeuvre de sa magnificence d’origine.

Après avoir utilisé la méthode, Del Federico a été surpris de la précision des détails. L’analyse a révélé que l’artiste avait esquissé la jeune femme avec un à base de fer puis il a utilisé un pigment de plomb autour de ses yeux. Des niveaux élevés de potassium dans ses joues ont suggéré que le pigment de terre verte a été utilisé comme une sous-peinture pour aider à créer une couleur chair. Cette jeune femme a disparu, mais notre étude a permis de révéler son humanité, son expression réfléchie et sa beauté selon Del Federico.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *