Des détails cachés sous le tableau « La Miséreuse accroupie » de Picasso

Des chercheurs révèlent des détails cachés dans le tableau intitulé « La Miséreuse accroupie » de Pablo Picasso. Parmi ces détails, des éléments sont associés à Femme Assise, une aquarelle de Picasso et la présence d’un paysage qui a été peint par un peintre inconnu de Barcelone.


La Miséreuse accroupie de Pablo Picasso - Pablo Picasso. La Miséreuse accroupie, 1902. Oil on canvas, 101.3 x 66 cm (39 7/8 x 26 in.). Art Gallery of Ontario. Anonymous gift, 1963. © Picasso Estate.
La Miséreuse accroupie de Pablo Picasso - Pablo Picasso. La Miséreuse accroupie, 1902. Oil on canvas, 101.3 x 66 cm (39 7/8 x 26 in.). Art Gallery of Ontario. Anonymous gift, 1963. © Picasso Estate.

Un partenariat international de l’Université Northwestern/Art Institute du Chicago Center for Scientific Studies in Arts (NU-ACCESS), le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) et la National Gallery of Art à Washington a utilisé plusieurs modes de lumière pour révéler des détails cachés sous la surface visible du tableau La Miséreuse accroupie de Pablo Picasso qui est une oeuvre majeure de la période bleue de l’artiste. La peinture à l’huile de 1902, appartenant à l’AGO de Toronto représente une femme accroupie et vêtue, peinte en blanc, bleus, gris et verts.

La Miséreuse accroupie de Picasso est peinte sur un autre tableau

Les chercheurs ont utilisé des techniques d’imagerie portable non invasives, notamment l’imagerie hyperspectrale à réflectance infrarouge adaptée par la National Gallery of Art et un instrument d’imagerie à fluorescence X développé à Northwestern pour détailler les images cachées liées à d’autres oeuvres de Picasso dont une aquarelle récemment vendue aux enchères ainsi que la présence d’un paysage probable par un autre peintre de Barcelone sous La Miséreuse accroupie.

Marc Walton, professeur de recherche en science et génie des matériaux à la McCormick School of Engineering de Northwestern et co-directeur de NU-ACCESS, discutera des nouveaux résultats lors d’un point de presse à l’Association américaine pour l’avancement des sciences au Texas. Il présentera une reproduction à grande échelle des adaptations itératives de Picasso menant à la peinture finale.

La Miséreuse accroupie de Pablo Picasso - Pablo Picasso. La Miséreuse accroupie, 1902. Oil on canvas, 101.3 x 66 cm (39 7/8 x 26 in.). Art Gallery of Ontario. Anonymous gift, 1963. © Picasso Estate.

La Miséreuse accroupie de Pablo Picasso – Pablo Picasso. La Miséreuse accroupie, 1902. Oil on canvas, 101.3 x 66 cm (39 7/8 x 26 in.). Art Gallery of Ontario. Anonymous gift, 1963. © Picasso Estate.

Picasso n’a eu aucun scrupule à changer les choses pendant le processus de peinture selon Walton. Notre équipe internationale, composée de scientifiques, d’un conservateur et d’un restaurateur, a commencé à démêler la complexité de La Miséreuse accroupie en découvrant les subtils changements apportés par Picasso dans sa vision finale. Les chercheurs ont utilisé des méthodes non invasives qu’ils ont adaptées à l’étude des peintures. Les outils de pointe ont permis aux scientifiques d’analyser la peinture relativement rapidement à l’intérieur du musée.

Les principales conclusions de l’étude internationale multidisciplinaire comprennent :

Picasso a peint le travail d’un autre peintre après l’avoir fait pivoter de 90 degrés vers la droite en utilisant certaines des formes du paysage dans sa propre composition finale de La Miséreuse accroupie.

Ainsi, Picasso a incorporé les lignes des bords de la falaise dans le dos de la femme.

Picasso a également fait un changement majeur dans la composition. L’artiste a d’abord peint la femme avec un bras et une main droite tenant un disque, mais il les a ensuite recouvertes de son manteau lors du travail final.

Des éléments cachés dans le tableau montrent le processus de Picasso

En observant attentivement La Miséreuse accroupie, le département de conservation d’AGO, dirigé par Sandra Webster-Cook, conservatrice de peintures, avait noté des textures distinctes et des couleurs sous-jacentes contrastées qui ne correspondaient pas à la composition visible. La radiographie à rayons X a été le premier outil non invasif utilisé pour découvrir des informations cachées dans La Miséreuse accroupie. Ces détails cachés ont révélé un paysage horizontal par un peintre différent de Barcelone dont l’identité reste inconnue sous la surface visible de la peinture de Picasso.

Les cartes de distribution de quelques éléments caractéristiques des pigments présents dans les différentes couches de peinture de La Miséreuse accroupie - Crédit : © Northwestern University/Art Institute of Chicago Center for Scientific Studies in the Arts (NU-ACCESS)

Les cartes de distribution de quelques éléments caractéristiques des pigments présents dans les différentes couches de peinture de La Miséreuse accroupie – Crédit : © Northwestern University/Art Institute of Chicago Center for Scientific Studies in the Arts (NU-ACCESS)

John Delaney, chercheur senior en imagerie à la National Gallery of Art, a ensuite étudié la peinture avec l’imagerie hyperspectrale à réflectance infrarouge, qui enregistre les images sous-jacentes en fonction de leur transparence relative des couches de peinture. Il a trouvé un bras et un disque sous la surface de la peinture. La méthode d’imagerie de Delaney offre une meilleure visibilité des éléments peints de composition antérieure.

Pour une compréhension plus détaillée du bras repositionné, les scientifiques de NU-ACCESS ont ensuite étudié la peinture en utilisant des images générées par leur scanner à fluorescence X (XRF). L’équipe de NU-ACCESS a voyagé deux fois à l’AGO au Canada avec ses outils portatifs pour l’étude. Ce système produit des images en niveaux de gris montrant la répartition des éléments associés aux différents pigments de la peinture. Les scientifiques ont pu analyser 70 % de la peinture en 24 heures. Conjointement avec des micro-échantillons extraits de sites stratégiques, les résultats XRF, ainsi que d’autres images générées par Delaney à partir de la réflectance hyperspectrale, révèlent les étapes de création prises par Picasso.

Le choix du bleu de l’artiste pendant sa période Bleue

Les pigments à base de fer et de chrome de la couche de surface sont corrélés avec la structure actuelle de la peinture et sa palette de bleus (peinte avec du bleu de Prusse à base de fer et avec l’outremer, qui est le choix du bleu de Picasso pendant sa période Bleue et des teintes jaune-vert avec des jaunes à base de chrome). Les cartes élémentaires des pigments à base de cadmium et de plomb ont toutefois révélé la présence du bras et de la main droits de la femme sous la surface visible.

Les techniques d’imagerie développées par Northwestern et la National Gallery ont permis à Kenneth Brummel, conservateur adjoint de l’art moderne de l’AGO, de mieux comprendre le style, les influences et les processus de Picasso. Quand nous avons vu le rendu de la carte élémentaire de plomb, il est devenu clair pour moi que le bras caché sous la surface visible de « La Miséreuse accroupie » est le bras droit d’une femme accroupie dans une aquarelle de Picasso récemment vendue à vente aux enchères selon Brummel. L’aquarelle en question est Femme assise (1902).

Femme Assise de Pablo Picasso (1902) - Crédit : Wikimedia Commons

Femme Assise de Pablo Picasso (1902) – Crédit : Wikimedia Commons

Les images générées par Delaney, à travers la sélection de différentes bandes passantes dans le proche infrarouge, ont confirmé la relation entre La Miséreuse accroupie et Femme Assise. Après avoir vu la carte principale du balayage XRF, nous avons pu faire une carte de plomb blanc, qui, lorsqu’elle est recouverte de fausses couleurs infrarouges, donne une image plus complète d’un bras, d’une manche, d’un disque et de doigts selon Delaney.

Nous sommes maintenant en mesure de développer une chronologie au sein de la structure de peinture pour raconter une histoire sur le style de développement de l’artiste et les influences possibles selon Sandra Webster-Cook, restauratrice senior de peintures à l’AGO. De plus amples détails sur les résultats de recherche de la collaboration et les implications sur le style et les influences de Picasso seront dévoilés le 1er juin 2018 lors de la réunion annuelle de l’American Institute of Conservation à Houston.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *