Les pays les plus vulnérables aux erreurs de Facebook

Si l’affaire de Cambridge Analytica a créé un séisme aux États-Unis et en Europe, ce n’est rien comparer aux impacts potentiels sur les pays qui ont permis à Facebook d’avoir son 2e milliard d’utilisateurs. Facebook devra marcher sur des oeufs dans les pays sous-développés numériquement sous peine de créer un désastre.


Si l'affaire de Cambridge Analytica a créé un séisme aux États-Unis et en Europe, ce n'est rien comparer aux impacts potentiels sur les pays qui ont permis à Facebook d'avoir son 2e milliard d'utilisateurs. Facebook devra marcher sur des oeufs dans les pays sous-développés numériquement sous peine de créer un désastre.

Une boule puante vient d’atterrir sur Facebook. Des données privées sur 50 millions d’utilisateurs se sont retrouvées dans un cabinet de recherche mystérieux, Global Science Research, puis dans Cambridge Analytica, une société de conseil politique lancée par l’ancien conseiller de la Maison Blanche Steve Bannon.1

Gérer le réseau social ultime

Zuckerberg a sorti un mea culpa pour cette dernière violation de la confiance numérique.2 Mais la base d’utilisateurs mondialement dispersée de son entreprise présente un défi. Chaque mois, plus de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde se connectent à Facebook.3

Comment Zuckerberg transforme-t-il ses excuses en actions tout en respectant les circonstances extrêmement différentes de son réseau ? Il peut être difficile pour des plates-formes mondiales comme Facebook de rétablir la confiance de façon constante alors que les attitudes envers la vie privée varient énormément à travers le monde.

Considérez quelques-unes des différences essentielles que Zuckerberg doit gérer. (Après tout, il a manqué quelques cours essentiels depuis qu’il a quitté prématurément Harvard.) Appelons cela le début d’une feuille de route sur l’anthropologie numérique.

La confiance numérique

J’ai dirigé une étude sur la confiance numérique dans 42 pays. Nous avons mesuré la confiance de quatre façons : les attitudes des utilisateurs vis-à-vis de la technologie et des entreprises liées ; les comportements des utilisateurs et la tolérance aux frictions dans la réalisation de transactions numériques ; la fiabilité de l’infrastructure numérique et l’expérience globale des utilisateurs.4

Nous avons découvert de grandes différences dans la confiance des consommateurs envers les entreprises numériques, les médias qu’ils lisent en ligne et la façon dont leurs informations personnelles sont traitées par les sociétés Internet.

Dans les pays qui ne sont généralement pas aussi avancés numériquement, mais qui progressent rapidement comme la Malaisie, la Colombie, l’Inde et l’Indonésie, les utilisateurs semblent plus confiants. En général, ils sont plus disposés à tolérer des frictions dans leur expérience numérique soit en raison d’une qualité médiocre du réseau soit en raison de retards dans la réalisation de transactions financières numériques.

Dans de nombreux pays plus avancés, la confiance dans la technologie est faible et en baisse. Dans un sondage Pew de 2014, seulement 11 % des Américains étaient très ou plutôt confiants que les médias sociaux et les sites de vidéos numériques étaient capables de garder leurs données sécurisées et privées.5 Au cours des deux dernières années, les attitudes à l’égard de 28 pays développés comme les États-Unis se sont détériorées.6 La confiance dans les médias est à son plus bas niveau à 43 %.

Les consommateurs à travers le monde varient également considérablement dans le niveau de confidentialité qu’ils préféreraient ou trouveraient acceptable. En réponse à une question du sondage Pew, 85 % des Allemands étaient favorables aux normes européennes plus strictes en matière de confidentialité des données tandis que seulement 29 % des participants américains pensaient la même chose.7 8

La vulnérabilité

Regardons à nouveau les pays technologiquement moins évolués, mais en développement rapide, les pays qui semblent avoir le plus confiance en internet.

Il s’avère que ces pays ont aussi tendance à avoir des environnements numériques moins fiables. L’infrastructure est sous-développée et limitée avec des protections de sécurité plus médiocres, en particulier en ce qui concerne les données des utilisateurs dans les transactions financières.

À l’exception de la Chine, qui est une exception dans ce groupe, ces pays représentent les plus grandes opportunités de croissance pour les acteurs numériques telles que Facebook. Ces marchés se développent rapidement, en particulier sur les appareils mobiles et représentent certaines des plus grandes populations au monde.

Ces caractéristiques sont toutes essentielles pour les entreprises qui s’appuient sur un modèle d’entreprise basé sur la publicité mobile. La publicité mobile a représenté plus de 90 % de la croissance des revenus de Facebook depuis 2012 et fournit 88 % de ses revenus actuels.9 En 2017, l’entreprise a réalisé plus de 40 milliards de dollars de revenus.10

Parmi les 10 premiers pays ayant le plus d’utilisateurs sur Facebook, seulement deux sont numériquement très évolués.11 Ces deux pays, les États-Unis et le Royaume-Uni représentent collectivement 13 % de tous les utilisateurs de Facebook. Les huit autres représentent 41 % de tous les utilisateurs de Facebook.

De plus, parmi les 10 premières villes avec le plus grand nombre d’utilisateurs actifs de Facebook en juillet 2017, toutes sont dans les pays numériquement moins évolués.11

La dépendance numérique

Toutes ces sociétés n’utilisent pas Internet de la même manière ou pour les mêmes besoins. Considérez les préoccupations récentes au sujet des fausses nouvelles sur les médias sociaux. Dans la majorité des 38 pays étudiés dans le cadre de l’enquête sur les attitudes mondiales au printemps 2017 par Pew, au moins un quart de la population a été informé par les médias sociaux.12

Cela dit, les modèles de dépendance varient considérablement. En Indonésie, aucune personne âgée de 50 ans et plus n’a déclaré avoir reçu des actualités provenant des médias sociaux.12 En Corée du Sud, 45 % des personnes dans la tranche d’âge utilisent les médias sociaux pour s’informer.12 Certains pays, comme le Vietnam, présentent un énorme fossé numérique entre les générations. Plus de 80 % des 18-29 ans reçoivent leurs actualités des médias sociaux contre seulement 3 % des plus de 50 ans.12

En outre, les utilisateurs d’un pays donné peuvent varier considérablement dans les comportements de base sur les médias sociaux, en fonction de facteurs tels que le statut économique et le sexe. Par exemple, selon une étude, plus de femmes préfèrent utiliser des images de profil et passent plus de temps que les hommes à regarder les pages d’autres personnes de leur sexe.13

Étant donné que la manière dont les gens reçoivent leurs actualités varie énormément selon les strates démographiques et les régions géographiques, il ne sera pas facile de régler le problème des fausses nouvelles. Il ne sera pas non plus facile de répondre aux préoccupations concernant l’utilisation des données personnelles comme dans l’affaire Cambridge Analytica. Ce qui peut sembler être un contrôle et un contrôle inadéquats dans certaines parties du monde peut être considéré comme un dépassement dans d’autres.

Des excuses en actions

Zuckerberg est en train de comprendre à ses dépens que le réseau social ultime qu’il a inventé crée des liens qu’il n’aurait jamais imaginés.

Quelles que soient les solutions que les employés de Facebook imaginent ou que les régulateurs et les législateurs leur ont imposées, elles ne doivent pas fonctionner seulement pour les Américains récemment indignés ou les utilisateurs européens déjà sceptiques. Les solutions doivent fonctionner pour le monde où Facebook a attiré son deuxième milliard d’utilisateurs et cherche à en prendre le troisième.

Selon les études de cas sur son site Internet, Cambridge Analytica a joué un rôle dans des élections cruciales en Inde et au Kenya ainsi qu’en Colombie, en Indonésie, en Malaisie, en Afrique du Sud et en Thaïlande.14 Tous ces pays sont à l’origine de la courbe d’évolution numérique. Si vous étiez inquiet au sujet de « l’effet Facebook » sur les élections américaines, alors imaginez le potentiel de méfaits dans ces pays très vulnérables.

Étant donné que Facebook dépend entièrement des recettes publicitaires, il ne peut pas mettre en place des mesures globales de confidentialité des données sur tous ses marchés en un seul coup. Cela pourrait limiter sa capacité à accumuler et monétiser autant de données que possible sur ses utilisateurs. Malgré les messages d’excuses d’aujourd’hui en promettant de réparer les choses, l’entreprise devra être plus sélective dans les domaines où elle applique des normes plus strictes de confidentialité des données pour maintenir son modèle d’affaires. À mon avis, il est probable que des mesures calibrées soient juste assez bonnes pour le contexte.

Il est dommage que Zuckerberg doive apprendre de ses erreurs en anthropologie numérique avec un coût sur 2 milliards d’utilisateurs ainsi que des institutions démocratiques à travers le monde. Je peux seulement espérer qu’il va rattraper rapidement son retard.

Traduction d’un article de The Conversation par Bhaskar Chakravorti, doyen associé sur les affaires internationales et la finance à la Tufts University.

Sources

1.
Rosenberg, Nicholas Confessore and Carole Cadwalladr M. How Trump Consultants Exploited the Facebook Data of Millions. nytimes.com. https://www.nytimes.com/2018/03/17/us/politics/cambridge-analytica-trump-campaign.html. Published March 17, 2018. Accessed March 27, 2018.
2.
Financial Times. Financial Times. https://www.ft.com/content/e6a30e10-2d77-11e8-9b4b-bc4b9f08f381. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
3.
Mark Zuckerberg. facebook.com. https://www.facebook.com/zuck/posts/10103831654565331. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
4.
Digital Planet 2017: How Competitiveness and Trust in Digital Economies Vary Across the World. sites.tufts.edu. https://sites.tufts.edu/digitalplanet/dei17/. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
5.
The state of privacy in post-Snowden America. Pew Research Center. http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/09/21/the-state-of-privacy-in-america/. Published September 21, 2016. Accessed March 27, 2018.
6.
Financial Times. Financial Times. https://www.ft.com/content/fa332f58-d9bf-11e6-944b-e7eb37a6aa8e. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
7.
Question Search. Pew Research Center’s Global Attitudes Project. http://www.pewglobal.org/question-search/?qid=1762&cntIDs=&stdIDs=. Published April 10, 2012. Accessed March 27, 2018. [Source]
8.
Home Page of EU GDPR. EU GDPR Portal. https://www.eugdpr.org/. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
9.
Richter,  F. Infographic: Facebook’s Growth Is Fueled by Mobile Ads. Statista Infographics. https://www.statista.com/chart/2496/facebook-revenue-by-segment/. Published February 16, 2018. Accessed March 27, 2018.
10.
Facebook’s revenues in 2017 exceeded $40 billion. Newsfeed.org. https://newsfeed.org/facebooks-revenues-in-2017-exceeded-40-billion/. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.
11.
Kemp S. [Best of 2017] India overtakes the USA to become Facebook’s #1 country. The Next Web. https://thenextweb.com/contributors/2017/07/13/india-overtakes-usa-become-facebooks-top-country/. Published July 13, 2017. Accessed March 27, 2018.
12.
Across countries, large demographic divides in how often people use the internet and social media for news. Pew Research Center’s Global Attitudes Project. http://www.pewglobal.org/interactives/media-habits-table/. Published January 11, 2018. Accessed March 27, 2018.
13.
McAndrew FT, Jeong HS. Who does what on Facebook? Age, sex, and relationship status as predictors of Facebook use. C. 2012;28(6):2359-2365. doi:10.1016/j.chb.2012.07.007
14.
Case studies. ca-political.com. https://ca-political.com/casestudies. Published March 27, 2018. Accessed March 27, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *