Pourquoi les vaches ont-elles mauvaise presse dans le débat sur la viande produite en laboratoire ?

La viande cultivée en laboratoire est promue comment étant plus propre que la viande provenant de vaches. La viande cultivée serait moins impactante pour l’environnement. Mais comme d’habitude, le débat est plus complexe que cette dichotomie et néglige le fait que les vaches ont un rôle crucial dans la régulation des écosystèmes en plus de servir de hamburgers.


La viande cultivée en laboratoire est promue comment étant plus propre que la viande provenant de vaches. La viande cultivée sera moins impactante pour l'environnement. Mais comme d'habitude, le débat est plus complexe que cette dichotomie et néglige le fait que les vaches ont un rôle crucial dans la régulation des écosystèmes en plus de servir de hamburgers.

Une bataille royale se prépare sur ce qu’il convient d’appeler des cellules animales cultivées en culture cellulaire pour se nourrir. Devrait-il s’agir de in vitro, de cellulaire, de cultivée ou de fermentée ? Qu’en est-il de la sans animal, de la sans , de la artificielle, de la synthétique, de la de zombie, de la cultivée en laboratoire, des protéines de muscle non carné ou de muscle artificiel ?

Ensuite, il y a le faux cadre polarisant sur le pour et contre, qui résume ce sujet complexe en une simple dichotomie bon contre mauvais. Le contraire de faux est bien sûr, l’ambigue et le fantasmé “naturel”. Et inspiré de l’énergie propre, la viande propre serait, par inférence, supérieure à son alternative, qui doit logiquement être une viande sale.

La viande cultivée en laboratoire

Le discours avancé par, pour l’instant, appelons cela la viande cultivée, est que l’ animale nécessite de grandes quantités de terre et d’eau et produit de fortes concentrations de (GES). Les impacts environnementaux d’un produit, tel qu’un hamburger au boeuf, sont ensuite comparés à ceux anticipés pour la production d’un hamburger en culture par le biais d’une cellulaire basée sur l’ingénierie tissulaire.1

Ma recherche porte sur comment la biotechnologie peut améliorer la production animale, et s’il est vrai que la production de viande conventionnelle a une grande , le problème de ce cadre dichotomique est qu’elle néglige le reste de l’histoire.

Les bovins produisent plus que des hamburgers pour les consommateurs aisés et ils le font généralement en utilisant du fourrage pluvial cultivé sur des terres non arables. De plus, les hamburgers cellulaires ne constituent pas en soi un déjeuner sans impact sur l’environnement, en particulier du point de vue de la consommation d’énergie.

Apports d’énergie versus méthane

La viande cultivée nécessite la collecte initiale de cellules souches d’animaux vivants, puis une forte augmentation de leur nombre dans un , un dispositif permettant de réaliser des processus chimiques.2 Ces cellules vivantes doivent être alimentées en nutriments dans un milieu de croissance approprié contenant des composants de qualité alimentaire qui doivent être efficaces pour soutenir et favoriser la croissance des cellules musculaires. Un milieu de croissance typique contient une source d’énergie telle que le glucose, des acides aminés synthétiques, des antibiotiques, du sérum de veau foetal, du sérum de cheval et de l’extrait d’embryon de poulet.

Si la viande cultivée doit égaler ou dépasser la valeur nutritionnelle des produits à base de viande conventionnelle, les nutriments présents dans la viande non synthétisée par les cellules musculaires doivent être fournis sous forme de suppléments dans le milieu de culture. La viande conventionnelle est une protéine de haute qualité, c’est-à-dire qu’elle contient un complément en acides aminés essentiels. Il fournit également une source de plusieurs autres nutriments souhaitables tels que les vitamines et les minéraux ainsi que des composés bioactifs.3

Par conséquent, pour être équivalent sur le plan nutritionnel, le milieu de viande en culture devrait fournir tous les acides aminés essentiels ainsi que la , une vitamine essentielle que l’on ne trouve que dans les produits alimentaires d’origine animale. La peut être produite par des microbes dans des cuves de fermentation et pourrait être utilisée pour compléter un produit de viande en culture. Il serait également nécessaire de compléter le fer, un nutriment particulièrement important pour les femmes menstruées, qui est également riche en viande de boeuf.

Une production difficile et coûteuse

Le processus de fabrication de viande de culture présente des aspects techniques difficiles.4 Cela inclut la fabrication et la purification de milieux de culture et de suppléments en grande quantité, l’expansion de cellules animales dans un bioréacteur, la transformation du tissu résultant en un produit comestible, l’enlèvement et l’élimination du support épuisé et la préservation de la propreté du bioréacteur. Chacun est associé à son propre ensemble de coûts, d’intrants et de demandes énergétiques.

La viande cultivée en laboratoire est promue comment étant plus propre que la viande provenant de vaches. La viande cultivée sera moins impactante pour l'environnement. Mais comme d'habitude, le débat est plus complexe que cette dichotomie et néglige le fait que les vaches ont un rôle crucial dans la régulation des écosystèmes en plus de servir de hamburgers.

L’empreinte environnementale de bout en bout, appelée (ACV), de la viande cultivée à grande échelle n’est pas disponible, car aucun groupe n’a encore réussi cet exploit.5 Les analyses anticycliques du cycle de vie reposent donc sur une série d’hypothèses et varient considérablement, allant de comparaisons favorables à défavorables à la production de viande conventionnelle.6 7

Une étude a conclu que la culture de biomasse in vitro pourrait nécessiter de plus petites quantités d’intrants agricoles et de terres que le .8 Toutefois, ces avantages pourraient se faire aux dépens d’une utilisation plus intensive de l’énergie, dans la mesure où des fonctions biologiques telles que la digestion et la circulation des nutriments seraient remplacées par des équivalents industriels.

La vache, un bioréacteur naturel

Cette idée de remplacement industriel des fonctions biologiques souligne le fait que la nature a déjà mis au point un bioréacteur de fermentation biologique entièrement fonctionnel pour la conversion de matières cellulosiques non comestibles à énergie solaire telles que l’herbe, en protéines de haute qualité. Ça s’appelle une vache. Les ruminants ont évolué, avec leur grande cuve de microbes du rumen, pour digérer la cellulose, un glucide insoluble, qui est le constituant principal des cellules végétales. C’est leur super pouvoir.

Cela vient avec le compromis que les bactéries méthanogènes sont nécessaires pour effectuer cette conversion et elles produisent du méthane, un gaz à effet de serre, qui est ensuite rongé (éructé) par la vache.

Afin de garder les émissions de gaz à effet de serre du bétail en perspective, selon l’EPA, l’ensemble de l’agriculture est responsable de 9 % des émissions de GES aux États-Unis et l’ en est responsable pour un peu moins de 4 %.9 L’élimination totale de tous les animaux des systèmes de production agricole américains ne réduirait les émissions de GES que de 2,6 %.10 En revanche, la production d’énergie pour l’électricité et les transports est responsable de 28 % des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis.9

Bétail et utilisation des terres

À l’échelle mondiale, les 1,5 milliards de bovins de la Terre se trouvent dans presque toutes les zones climatiques.11 Ils ont été élevés pour s’adapter à la chaleur, au froid, à l’humidité, à une extrême, à la rareté de l’eau, aux terrains montagneux, aux environnements secs et à la rusticité générale. Plus que de simples hamburgers, ils récoltent de manière autonome du fourrage sur des terres marginales pour produire 66 millions de tonnes de viande bovine, 6,5 milliards de tonnes de lait, des macro et micronutriments, des fibres, des peaux, des engrais et du carburant et sont utilisés pour le transport, la force de traction, une source de revenus et une forme de banque pour des millions de petits exploitants agricoles dans les pays en développement. Même dans les pays développés, les produits et services écosystémiques produits par le bétail vont bien au-delà du lait et de la viande désossée récoltable.

Une comparaison des émissions de gaz à effet de serre par source. Lors de la digestion, les ruminants tels que les vaches dégagent du méthane, un puissant gaz à effet de serre. EPA, CC BY

Une comparaison des émissions de gaz à effet de serre par source. Lors de la digestion, les ruminants tels que les vaches dégagent du méthane, un puissant gaz à effet de serre. EPA, CC BY

L’utilisation des terres par unité de viande de boeuf varie considérablement d’une région à l’autre. On estime que, dans le monde, 2 % seulement de la population bovine est produite dans des systèmes de parcs d’engraissement intensifs, les 98 % restants étant produits dans des systèmes de pâturage basés dans les prairies ou dans des systèmes mixtes de culture et d’élevage.12 L’herbe et les terres de parcours représentent 80 % des 2,5 milliards d’hectares de terres utilisées pour la production animale et la plupart de ces terres sont considérées comme trop marginales pour être converties en terres cultivées.

L’élevage, nécessaire à la sauvegarde des écosystèmes

Le fait de supposer hypothétiquement les ruminants de ces terres non arables signifierait que 57 % des terres actuellement utilisées pour la production animale ne contribueraient plus à la production alimentaire mondiale.13 Cela ne prend pas en compte les effets involontaires de l’élimination des animaux au pâturage, qui jouent un rôle important dans le maintien d’écosystèmes de sols et de prairies en santé. La pluie, dite verte, distincte de la bleue des eaux de surface et des eaux souterraines, tomberait toujours sur les pâturages sans bétail, mais ne générerait pas de nourriture. Et ironiquement, c’est cette pluviosité verte qui constitue la grande majorité de l’empreinte eau du boeuf.14 L’ACV du boeuf documente de grandes quantités de terre et d’eau, mais ne reflète pas le fait que la pluie qui tombe sur des terres non arables n’a pas d’autre utilisation en matière de production alimentaire.

La viande cultivée, ou peu importe son appellation, peut constituer une source supplémentaire de protéines pour répondre aux demandes futures, et intéresser davantage les consommateurs qui choisissent de ne pas consommer de viande conventionnelle pour des raisons éthiques ou autres.

Crédit : Iowa Beef Industry Council

Crédit : Iowa Beef Industry Council

Cependant, définir la viande de culture comme propre, invoquant ainsi inévitablement la solution sale, minimise le rôle important que jouent les ruminants dans les écosystèmes mondiaux et la sécurité alimentaire. En outre, je pense que le fait de minimiser le rôle que les choix alimentaires jouent sur les émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis empêche de se concentrer sur la réduction de la source beaucoup plus importante de gaz à effet de serre provenant d’activités humaines, la combustion de combustibles fossiles pour l’électricité, le chauffage et les transports.

Traduction d’un article de The Conversation par Alison Van Eenennaam, spécialiste en biotechnologie animale et génomique à l’université de Californie.

Sources

1.
ENVIRONMENTAL IMPACTS OF CULTURED MEAT. new-harvest.org. https://www.new-harvest.org/environmental_impacts_of_cultured_meat. Published October 24, 2018. Accessed October 24, 2018.
2.
The artificial meat factory – the science of your synthetic supper. Science Focus – BBC Focus Magazine. https://www.sciencefocus.com/future-technology/the-artificial-meat-factory-the-science-of-your-synthetic-supper/. Published August 25, 2017. Accessed October 24, 2018.
3.
Young J, Therkildsen M, Ekstrand B, et al. Novel aspects of health promoting compounds in meat. Meat Sci. 2013;95(4):904-911. [PubMed]
4.
The to-do list for ‘clean’ meat. cen.acs.org. https://cen.acs.org/business/food-ingredients/list-cleanmeat/96/i42. Published October 24, 2018. Accessed October 24, 2018.
5.
Defining Life cycle Assessment. gdrc.org. https://www.gdrc.org/uem/lca/lca-define.html. Published October 24, 2018. Accessed October 24, 2018.
6.
Stephens N, Di S, Dunsford I, Ellis M, Glencross A, Sexton A. Bringing cultured meat to market: Technical, socio-political, and regulatory challenges in cellular agriculture. Trends Food Sci Technol. 2018;78:155-166. [PMC]
7.
Smetana S, Mathys A, Knoch A, Heinz V. Meat alternatives: life cycle assessment of most known meat substitutes. I. 2015;20(9):1254-1267. doi:10.1007/s11367-015-0931-6
8.
Mattick C, Landis A, Allenby B, Genovese N. Anticipatory Life Cycle Analysis of In Vitro Biomass Cultivation for Cultured Meat Production in the United States. Environ Sci Technol. 2015;49(19):11941-11949. [PubMed]
9.
Sources of Greenhouse Gas Emissions | US EPA. US EPA. https://www.epa.gov/ghgemissions/sources-greenhouse-gas-emissions. Published December 29, 2015. Accessed October 24, 2018.
10.
White RR, Hall MB. Nutritional and greenhouse gas impacts of removing animals from US agriculture. P. 2017;114(48):E10301-E10308. doi:10.1073/pnas.1707322114
11.
Welle (http://dw.com) D. Roughly 1.5 billion cows on the planet | DW | 27.07.2017. DW.COM. https://www.dw.com/en/roughly-15-billion-cows-on-the-planet/a-39865474. Published October 24, 2018. Accessed October 24, 2018.
12.
Gerber P, Mottet A, Opio C, Falcucci A, Teillard F. Environmental impacts of beef production: Review of challenges and perspectives for durability. Meat Sci. 2015;109:2-12. [PubMed]
13.
Mottet A, de Haan C, Falcucci A, Tempio G, Opio C, Gerber P. Livestock: On our plates or eating at our table? A new analysis of the feed/food debate. G. 2017;14:1-8. doi:10.1016/j.gfs.2017.01.001
14.
Gerbens-Leenes PW, Mekonnen MM, Hoekstra AY. The water footprint of poultry, pork and beef: A comparative study in different countries and production systems. W. 2013;1-2:25-36. doi:10.1016/j.wri.2013.03.001
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *