Ne laissons pas l’émergence de l’Europe voler l’histoire du monde

En été 2018, l’Advanced Placement, une agence aux Etats-Unis a déclaré arbitrairement que le monde moderne commençait en 1450. Après un rétropédalage suite au tollé, elle est passé à l’an 1200. Mais cela implique tout de même que le développement de la civilisation européenne vole une histoire du monde qui est bien plus ancienne. Et cela se produit alors que nous assistons à un changement sans précédent sur la géopolitique, notamment en Asie.


Une carte turque du monde d'al-Kashgari (c664/1266 après JC), dont le centre du monde est à Balasaghun - Crédit : Wikipédia
Une carte turque du monde d'al-Kashgari (c664/1266 après JC), dont le centre du monde est à Balasaghun - Crédit : Wikipédia

Le centre d’une carte vous en dit beaucoup, de même que le choix du point de départ d’un récit ou d’une histoire. Les géographes arabes avaient l’habitude de placer la mer Caspienne au centre des cartes du monde. Sur une carte turque médiévale, qui m’a frappé il y a bien longtemps, nous trouvons la ville de Balasaghun au cœur du monde. Comment enseigner l’histoire du monde aujourd’hui est une question qui ne va que prendre de plus en plus d’importance.

L’histoire du monde commence en l’an 1200…

En été 2018, aux États-Unis, un débat incendiaire a eu lieu lorsque l’agence de tests Advanced Placement (AP) a annoncé un changement dans ses cours, un changement dans lequel l’histoire du monde commencerait en 1450. En pratique, l’histoire mondiale commence en 1450 : une histoire sur la façon dont les Européens ont fini par dominer non pas un seul mais tous les continents, en excluant les origines de l’alphabet, de l’agriculture, des villes et de la . Avant les années 1400, c’est d’autres qui ont bâti l’empire, dominé les sciences, la médecine et la philosophie, et ont cherché à exploiter et à étendre les réseaux commerciaux qui facilitaient la circulation et l’échange de biens, d’idées, de croyances et de personnes.

Sous la pression, l’AP College Board s’est rétracté. Nous avons reçu des commentaires réfléchis et fondés sur des principes de la part des enseignants, des étudiants et des professeurs des universités, a déclaré un communiqué. Le résultat est que l’histoire moderne a reculé de 250 ans, soit elle commencera en l’an 1200. Et le conseil a déclaré: Les enseignants et les étudiants peuvent commencer le cours par une étude des civilisations en Afrique, dans les Amériques et en Asie, qui sont fondamentales pour l’ère moderne.

Que deviennent les mondes antiques ?

Il n’est pas clair ce qui reste de Platon et d’Aristote, ou de la Grèce et de la Rome antique, mais aucun n’est fondamental pour l’ère moderne. C’est étrange en soi étant donné que bon nombre des bâtiments les plus célèbres de Washington sont conçus dans un style classique pour évoquer délibérément le monde d’il y a 2000 ans ou que Mark Zuckerberg, un exemple de réussite dans les nouvelles technologies et le XXIe siècle, admet que l’empereur Auguste est son modèle.

La Chine de la dynastie Han (206 BCE-220 CE) et les réseaux qui reliaient le Pacifique à l’océan Indien et à la Méditerranée il y a 2 000 ans ont également disparu et permettent de comprendre que l’Asie, l’Afrique et l’Europe étaient connectées plusieurs siècles auparavant dans un monde effectivement globalisé. Pas de place non plus pour la civilisation et la culture maya en ou pour le royaume d’Igodomigodo en Afrique de l’Ouest, dont les réalisations économiques, culturelles, militaires et politiques ont été écartées au motif qu’elles n’avaient aucune pertinence pour l’ère moderne.

Les civilisations millénaires en Asie

Qui se soucie de l’empereur indien ou de la du sud de l’Inde qui s’est étendue à l’est en Asie du Sud-Est aux Xe et XIe siècles ? Les liens entre la Scandinavie et l’Asie centrale qui ont contribué à faire sortir l’Europe du Nord de ce que l’on appelait auparavant l’âge sombre ne sont pas non plus pris en compte. Et tant pis pour le changement climatique et la manière dont l’analyse de l’évolution de la température mondiale il ya 1 500 ans a conduit à l’effondrement des villes, à la dispersion des populations et à la propagation des pandémies.

L’histoire est extrêmement excitante et stimulante pour les étudiants comme pour les enseignants quand il est possible d’examiner la connectivité, d’identifier et de travailler à travers des rythmes et tendances profonds et d’explorer le passé en remettant en question des hypothèses qui permettent de retracer l’histoire du monde. Une progression linéaire, comme le semble penser l’AP College Board avec sa déclaration reliant 1200 à l’ère moderne.

Une décision stupide dans le contexte des nouvelles routes de la soie

Si vous voulez vraiment voir à quel point ce point de vue est stupide et combien il est malheureux de limiter la portée du cours d’histoire du monde, jetez un coup d’œil aux unes des médias de presque tous les pays du monde. En Chine, les actualités sont dominées par Nouvelle , le plan mené par la Chine pour redynamiser les anciens réseaux du passé et les transformer en routes de la soie modernes et les points de vue sur les objectifs, les motivations et les résultats probables sont nombreux et très divergents sur ce projet.

C’est de loin le développement le plus important du monde moderne . Comprendre pourquoi Beijing tente de retourner dans les années glorieuses des Routes de la soie (qui remontent à 2 000 ans) semblerait à la fois intéressant et important et qu’il serait en grande partie dépassé par la nouvelle portée de l’Histoire mondiale.

Nous pouvons aussi nous tourner vers l’autre bout de l’Asie, Istanbul, où, chaque année, des centaines de milliers de personnes descendent dans les rues de Turquie pour commémorer la , qui s’est déroulée en 1071. Il serait peut-être utile de savoir pourquoi. L’évaluation des relations entre la Russie et l’Ukraine pourrait également présenter un intérêt certain à une époque où les premiers ont annexé une partie du territoire de ces derniers. L’été 2018, un conflit entre les deux pays a éclaté: Anne de Kiev était-elle russe ou ukrainienne ? On ne le saurait jamais, car elle est morte en 1075.

Ignorer les leçons de l’histoire revient à les répéter

Il ne faut pas être un expert pour voir la résonance du 7ème siècle à travers le Moyen-Orient où les fondamentalistes ont tenté de construire un Etat islamique basé sur leur modèle du premier monde musulman, détruisant non seulement des vies et la région, mais ils ont délibérément détruit l’histoire elle-même dans des endroits tels que Palmyre.

Cependant, il faut un expert pour comprendre pourquoi ils essaient de revenir en arrière de 1400 ans et à quoi ressemble leur monde utopique. C’est important parce qu’il y a beaucoup d’autres qui veulent faire la même chose: , le nouveau Premier ministre du Pakistan, par exemple, a déclaré qu’il voulait transformer son pays, qui compte près de 200 millions d’habitants, en un État-providence idéal sur le modèle que le prophète Mohammad a établi à Médine dans en 620 et 630, un modèle qui a mis en place l’une des plus grandes civilisations du monde.

Les étudiants américains, qui suivent des cours d’histoire du monde et qui commencent en 1200, n’apprendront aucun de ces sujets, même si leurs pairs dans les collèges et les écoles du monde entier le feront. L’éducation devrait élargir les horizons et ouvrir les esprits. Quel dommage que, dans ce cas, ils soient rétrécis et fermés. Et quel dommage aussi que cela se produise à une époque de bouleversements mondiaux aussi profonds, lorsque la compréhension de la profondeur de notre monde interconnecté est plus importante que jamais. C’est, pour moi en tout cas, la conclusion la plus précieuse qui soit fondamentale pour l’ère moderne.

Traduction d’un article sur Aeon par Peter Frankopan, directeur de l’Oxford Centre for Byzantine Research.

Aeon counter – do not remove

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *