La violence traque le rêve américain comme un cow-boy dur à cuire

La violence fait partie de la culture américaine et l’inégalité croissante provoque une rupture nette avec l’Ancien Ordre.


La violence fait partie de la culture américaine et l'inégalité croissante provoque une rupture nette avec l'Ancien Ordre.
Crédit : Kevin Zollman/Flickr

La culture américaine est imprégnée de la vision durable du rêve américain: la grande idée de l’individu qui se fabrique soi-même, qui vient sur une nouvelle terre et crée son propre destin. Ce rêve s’incarne dans les paysages grandioses des films de western de John Ford et dans l’aspiration de Jay Gatsby, perçu comme la flamme verte la plus proche, à la minute et au loin, à travers le détroit de Long Island.

La quête du cow-boy

Le culte de l’individu a apparemment fait la grandeur de l’, léguant la chance de satisfaire sa soif de succès. Mais trop souvent, la quête peut devenir égoïste, une vision narcissique qui néglige ou même piétine ceux qui se trouvent sur le chemin ou à la marge. Et, peut-être le plus dangereux, le non-respect de ce rêve peut dégénérer en .

Les États-Unis ont une sombre histoire de pillage, d’usurpation et d’exploitation des faibles pour établir le pouvoir. Vous récoltez ce que vous semez, est une philosophie commune. La seconde est que le plus fort survit. Aux États-Unis, la nature humaine s’élève à l’égoisme, mais lorsque les choses tournent mal, lorsque certains ne s’en sortent pas, des explosions, y compris de la violence, peuvent en résulter.

Les Américains qui assistent à cette violence réagissent souvent de manière extrêmement bifurquée, en se détachant ou en reculant, dégoutés. Les médias américains s’occupent de cette dichotomie. Nous avons assaini le sang-froid et l’agressivité à la télévision, dans les jeux vidéo, dans la chasse et dans les sports, en particulier le football, et dans les films, où la violence est beaucoup moins clémente que la nudité ou le sexe.

Détourner le regard

En même temps, nous avons des jeunes qui reviennent de la guerre avec les membres manquants, des enfants assassinés dans leurs écoles et des victimes de balles dans le centre-ville qui affluent vers les centres de traumatologie de l’hôpital.

Ce n’est que lorsque la violence devient personnelle que les Américains s’embarrassent, même brièvement. Avec l’avènement d’Internet, des téléphones portables et de YouTube, nous avons ces moments inattendus où la lave se déverse. Les gens réagissent avec confusion, choc; leur engourdissement ne fonctionne plus.

Mais plus cela se produit, plus nous devenons détachés. En fin de compte, nous semblons considérer la violence, en particulier la violence armée, comme une sorte de norme de bravade, le cow-boy coriace revendiquant sa revendication sur son ranch. C’est peut-être une façon de se sentir puissant en se considérant comme la Faucheuse en charge.

Parallèlement à l’acceptation de la violence, la culture individualiste américaine a été marquée par l’apparition d’une autre épidémie, le trouble de la personnalité narcissique, défini par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) comme un schéma omniprésent de grandiosité.

Narcisse est américain

Le trouble comprend des fantasmes de succès et de pouvoir illimités et le besoin de se satisfaire soi-même, même si cela implique d’exploiter et de blesser les autres. Cela peut commencer de manière banale, avec des insultes verbales et l’intimidation, mais le « narcissique malin » a besoin d’un pouvoir croissant et d’un contrôle accru sur les autres pour servir son ego et le seul moyen d’exercer ce pouvoir et ce contrôle peut être une escalade de la terreur et de la violence.

Les limitations récentes de la mobilité socioéconomique, combinées à une diversité raciale croissante, pourraient menacer les personnalités narcissiques et provoquer de plus en plus de violence aux États-Unis. Le rêve américain du XXe siècle, la vieille école, récompensait la société du type Mad Men où les hommes blancs géraient confortablement le lieu de travail, les femmes restaient à la maison ou faisaient du travail de bureau et les minorités étaient des serviteurs invisibles, enfermés dans leurs propres enclaves.

Cette structure ne fonctionne plus. D’un côté, l’argent et le pouvoir consolidés ont conduit à une oligarchie tirée par la technologie et la finance, qui ont à leur tour gelé les classes moyennes et basses via l’inflation, la dissolution des emplois et la sous-traitance. De l’autre côté, la démocratie des médias sociaux a permis à de nombreux groupes de lutter pour le changement. Compte tenu de ces bouleversements, l’avenir est incertain et nous sommes tous en pleine mutation.

Tragiquement, la violence peut sembler le moyen le plus simple de rétablir l’ordre ancien, en particulier pour les anciens bénéficiaires, des hommes blancs qui peuvent rapidement se faire connaître grâce à un accès immédiat aux armes à feu. Statistiquement, les tireurs de masse sont principalement des hommes blancs, mais, de manière notoire, plusieurs minorités ont également rejoint le groupe.

Une issue, mais laquelle ?

D’une manière ou d’une autre, ils peuvent tous se sentir menacés, déstabilisés et trahis, incapables de trouver un terrain solide. Il se pourrait que la violence en Amérique s’apaise si ses narcissistes acceptent que l’ancien ordre et les vieux rêves soient partis. Pour que les narcissiques blessés retrouvent leur estime de soi, nous avons besoin de nouveaux rêves, d’une formation poussée et du type de travail approprié pour pouvoir les réaliser.

Sinon, l’Amérique se dirige vers cette charmante rigolade qu’on appelle la guerre civile. Une guerre larvaire où les tranchées sont les ghettos, les canons sont les armes d’assaut, disponibles dans n’importe quelle épicerie et des insurrections dans tous les sens.

Dans les années 2000, les exercices militaires de l’armée américaine se concentraient sur les conflits étrangers, contre le terrorisme islamisme. Depuis 2012, la lutte contre le terrorisme reste vivace, mais désormais, l’armée américaine s’entraine aussi sur les scénarios où un Etat américain ferait soudainement sécession.

L’Amérique est malade, elle l’a toujours été. Mais son opulence a caché son démentielle pendant des décennies. Maintenant que l’Occident est sur le déclin, sur le plan démographique et technologique dans les prochaines décennies, on a une société qui ne connait que la violence et qui va comprendre petit à petit que son règne va se terminer.

Traduction d’un article sur Aeon par Jean Kim, psychiatre et écrivain.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *