L’analyse ADN confirme les pratiques de pêche durables de la nation Tsleil-Waututh vieilles de 2 000 ans


  • FrançaisFrançais



  • Selon une nouvelle étude de l’Université Simon Fraser, les anciennes pratiques de pêche autochtones peuvent être utilisées pour éclairer la gestion et la conservation durables aujourd’hui.

    En collaboration avec la nation Tsleil-Waututh et en utilisant de nouvelles techniques d’analyse paléogénétique développées dans l’ancien laboratoire d’ADN de SFU Archaeology, dirigé par le professeur Dongya Yang, les résultats d’une nouvelle étude collaborative présentés dans Rapports scientifiques fournit des preuves solides qu’avant la colonisation européenne, les Salish de la côte géraient le saumon kéta en récoltant sélectivement les mâles.

    La récolte sélective de saumons mâles augmente la taille globale de la récolte, car les saumons mâles sont plus gros que les saumons femelles. Cela permet également d’assurer un frai réussi car un mâle peut s’accoupler avec plusieurs femelles. Cela permet aux pêcheries de maximiser la taille de leur récolte sans impact négatif sur les rendements futurs.

    « Cette pratique de gestion est également décrite dans les connaissances des Coast Salish et, grâce à l’archéologie, nous avons pu prolonger la durée de cette pratique de 2 000 ans », explique Thomas Royle, un stagiaire postdoctoral travaillant au laboratoire.

    L’équipe de recherche a appliqué les nouvelles méthodes paléogénétiques aux vertèbres de saumon archéologiques pour identifier le sexe de chaque échantillon, trouvant des preuves pour corroborer les connaissances traditionnelles des Salish du littoral qui sont partagées depuis des siècles.

    Les ancêtres Tsleil-Waututh ont travaillé pour maintenir des populations de saumon abondantes pendant des millénaires, transmettant leurs connaissances d’une génération à l’autre. Avec les déclins et les effondrements actuels de nombreuses pêches commerciales, ces pratiques traditionnelles Tsleil-Waututh peuvent potentiellement éclairer la gestion et la conservation actuelles.

    Cette collaboration de recherche comprenait la nation Tsleil-Waututh (Michael George, Michelle George), SFU (Thomas CA Royle, Hua Zhang, Miguel Alcaide, Ryan Morin, Dongya Yang), l’Université de la Colombie-Britannique (Jesse Morin, Camilla Speller, Morgan Ritchie) et l’Université McMaster (Aubrey Cannon) dans le cadre d’un projet de la nation Tsleil-Waututh visant à établir l’état des écosystèmes préeuropéens dans l’inlet Burrard.

    Le leadership de la nation Tsleil-Waututh a fait partie intégrante du succès de la collaboration et a permis d’utiliser des méthodes scientifiques de pointe pour comprendre les connaissances écologiques traditionnelles des ancêtres Tsleil-Waututh.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université Simon Fraser. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.