Une fenêtre bioscapes perdue sur la colonie polynésienne vers le 12ème siècle –


  • FrançaisFrançais



  • Les explorateurs polynésiens ont découvert un trésor de plantes et d’animaux uniques à leur arrivée dans les îles Marquises de la Polynésie française, selon de nouvelles recherches.

    Dans une étude transdisciplinaire unique sur le passé marquisien, l’archéologue de l’Université d’Auckland, la professeure Melinda Allen, le paléoentomologiste Dr Nick Porch et la paléobotaniste Tara Lewis de l’École des sciences de la vie et de l’environnement de l’Université Deakin ont étudié les restes de plantes et d’arthropodes (insectes, araignées, acariens) ainsi que témoins de l’activité polynésienne ancienne, à Ho’oumi Beach sur l’île de Nuku Hiva.

    L’équipe espérait construire une image de ce que les Polynésiens autochtones, arrivés au 12ème siècle après JC des îles de l’ouest, ont rencontré pour la première fois. Dans un dépôt riche en matière organique et saturé d’eau sur la côte est de l’île, le Dr Porch a récupéré plus de 100 taxons distincts (types d’organismes) comprenant au moins neuf grands groupes et plus de 39 familles.

    Le professeur Allen dit que la datation au radiocarbone de fragments de noix de coco et de fruits de pandanus révèle le dépôt formé vers le milieu du 12e siècle après JC, avec des découvertes de charbon de bois fin et d’un bois d’herminette indiquant une présence humaine, ainsi que des preuves à l’appui des archives d’arthropodes. « La variété est impressionnante, avec une gamme remarquable de coléoptères, ainsi que des fourmis, des mouches, des araignées, plusieurs types d’acariens, une guêpe figuier et d’autres arthropodes », dit-elle.

    L’analyse de l’équipe suggère la forte possibilité qu’il y ait des espèces éteintes parmi les découvertes, ainsi que des espèces indigènes vulnérables qui ont rapidement disparu sur d’autres îles de la Polynésie orientale peu après l’arrivée de l’homme. L’équipe a également découvert des insectes « anthropophiles » ou « humains », qui ont probablement fait de l’auto-stop sur les porte-greffes de taro, d’ignames et d’autres plantes apportées dans les îles par les colons polynésiens.

    Leur présence est une preuve supplémentaire que les gens étaient sur l’île et commençaient à explorer les nombreuses vallées de Nuku Hiva, explique le professeur Allen. « Un coléoptère distinctif, deux à trois espèces de fourmis et un type de perce-oreille peuvent être identifiés en toute confiance comme des » associés polynésiens « . Deux d’entre eux, le coléoptère plat à cornes courtes et le perce-oreille, étaient également connus des Mōori (peuple autochtone de Nouvelle-Zélande) ayant été récemment découverts dans les premiers sites de jardins sur Ahuahu (Great Mercury Island) par mes collègues archéologues. »

    Les restes de plantes jusque-là inconnues pour l’île sont une preuve supplémentaire de son impressionnante biodiversité au cours des siècles précédents, dit-elle. « Fragments de fruits d’un palmier natif, Pritchardie, peut représenter une espèce unique de Nuku Hiva. marquisien Pritchardie ont été vus par les premiers visiteurs européens, mais aujourd’hui tous sont éteints à l’état sauvage. Les marquisiens utilisaient les feuilles comme chaume pour la plupart des maisons et dans le tissage fin. »

    Elle dit que le sous-étage (sous la canopée forestière) était riche en petites fougères et plantes à fleurs herbacées, et au moins quatre semblent être de nouvelles espèces, mais cette forêt unique a maintenant essentiellement disparu des basses terres marquisiennes. En rassemblant ces enregistrements, une forêt indigène luxuriante et presque intacte commence à prendre forme, dominée par des pandanus, des palmiers, des fougères arborescentes et quelques feuillus indigènes comme Ptérophylleune relation de la Nouvelle-Zélande k?mahi.

    Encore densément boisées et inhabitées, de nombreuses vallées des îles Marquises peuvent sembler relativement intactes, mais dès le début du 19e siècle, les chèvres, les bovins, les rats et les chats introduits ont fait des ravages sur la flore et la faune indigènes des basses terres, explique le professeur Allen. « Néanmoins, des études récentes montrent que plus de 53% des arthropodes marquisiens et 48% des plantes ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde (endémiques), même certains des poissons côtiers étant uniques aux Marquises. »

    Elle dit que la topographie accidentée et l’éloignement de ces îles ont favorisé des niveaux élevés d’endémisme dans de nombreux groupes, similaires aux îles Galapagos plus connues. « Ces endémiques, avec leurs spécialisations écologiques différentes, ont évolué à partir d’un ancêtre commun au cours des millénaires. »

    Bien qu’ils ne connaissent pas encore toute l’histoire, l’équipe a le sentiment d’avoir acquis une perspective beaucoup plus approfondie de la flore et de la faune pré-occidentales de l’île et d’établir une base de référence pour les efforts de conservation modernes. « Le tissage de ces différentes sources de preuves a affiné le moment de l’arrivée des Polynésiens autochtones à Nuku Hiva. Cela nous a également donné une vue riche en textures des environnements uniques qu’ils ont découverts dans cette chaîne d’îles éloignées », explique le professeur Allen.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.