La cargaison de l’épave de Skaftö raconte l’histoire des routes commerciales du XVe siècle


  • FrançaisFrançais



  • Des recherches à l’Université de Göteborg ont montré que l’épave de Skaftö avait probablement embarqué une cargaison à Gdańsk en Pologne et se dirigeait vers la Belgique lorsqu’elle a sombré dans l’archipel de Lysekil vers 1440. Les méthodes modernes d’analyse de la cargaison apportent désormais des réponses totalement nouvelles sur la façon dont le commerce était mené au Moyen Âge.

    « Les analyses que nous avons effectuées nous donnent une image très détaillée du dernier voyage du navire et nous renseignent également sur les origines géographiques de sa cargaison. Il s’agit en grande partie de connaissances complètement nouvelles pour nous », explique Staffan von Arbin, archéologue maritime.

    Par exemple, on ne savait pas auparavant que l’oxyde de calcium (CaO), communément appelé chaux vive ou chaux vive, était exporté de Gotland au XVe siècle.

    En 2003, l’épave de Skaftö a été retrouvée au fond de la mer au large de Lysekil, au nord de Göteborg. Mais ce n’est que maintenant que les chercheurs ont pu effectuer des analyses de sa cargaison en utilisant de nouvelles méthodes modernes.

    Une équipe de recherche internationale, dirigée par l’archéologue maritime Staffan von Arbin de l’Université de Göteborg, a réussi à cartographier les origines de sa cargaison et l’itinéraire probable du navire. L’étude apporte de nouvelles connaissances sur les marchandises échangées au Moyen Âge et sur les routes commerciales de cette période.

    La cargaison comprenait du cuivre, du bois de chêne, de la chaux vive, du goudron, des briques et des tuiles. Des échantillons de la cargaison ont été prélevés sur l’épave lors de précédentes fouilles archéologiques sous-marines menées par le musée Bohusläns. Mais ce n’est que maintenant que les analyses de sa cargaison ont été possibles à l’aide de méthodes d’analyse modernes.

    De Gotland en Suède

    Grâce à ces analyses, les chercheurs ont pu établir que le cuivre était extrait dans deux zones de l’actuelle Slovaquie, par exemple. Les analyses montrent également que les briques, le bois et probablement aussi le goudron sont originaires de Pologne, tandis que la chaux vive est apparemment de Gotland.

    Selon des sources médiévales, le cuivre était transporté des districts miniers slovaques dans les Carpates via des systèmes fluviaux jusqu’à la ville côtière de Gdańsk (Dantzig) en Pologne. Au Moyen Âge, Gdańsk était également le principal port d’exportation du bois de chêne polonais.

    « Il est donc très probable que c’est à Gdańsk que le navire a embarqué sa cargaison avant de poursuivre ce qui serait son dernier voyage. »

    Direction la Belgique

    La composition de la cargaison indique que le navire était en route vers un port d’Europe occidentale lorsque, pour des raisons inconnues, il a sombré dans l’archipel du Bohuslän. Ici aussi, l’équipe de recherche a tiré des conclusions de sources historiques.

    « Nous pensons que la destination finale du navire était Bruges en Belgique. Au XVe siècle, cette ville était une importante plaque tournante commerciale. Nous savons également que le cuivre produit en Europe centrale était acheminé de là vers divers ports méditerranéens, dont Venise. »

    L’étude présente les enquêtes récentes sur la composition de la cargaison. Ces résultats ont ensuite été confrontés à d’autres sources de la même période, aussi bien archéologiques qu’historiques. L’étude a été publiée dans l’article Tracing Trade Routes: Examining the Cargo of the 15th-Century Skaftö Wreck, dans l’International Journal of Nautical Archaeology.

    Faits en bref

    • L’épave de Skaftö, découverte en 2003, date de la fin des années 1430 et aurait coulé vers 1440. L’épave a fait l’objet d’examens archéologiques entre 2005 et 2009 par le musée Bohusläns sous la direction de l’archéologue maritime Staffan von Arbin. .
    • « L’étude qui vient d’être publiée fait partie de la prochaine thèse de doctorat en archéologie de Staffan von Arbin à l’Université de Göteborg, qui traite de la géographie médiévale du transport maritime dans la région aujourd’hui suédoise de Bohulän, qui à cette époque faisait partie de la Norvège.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université de Göteborg. Original écrit par Cecilia Sjöberg. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *