samedi , 16 décembre 2017

Le teint de la peau et la couleur des cheveux associés au Néandertal

Une recherche suggère qu’il y a de nombreux traits importants des humains modernes qui pourraient être associés à l’ADN du Néandertal. Ainsi, les chercheurs estiment que la couleur des cheveux et le teint de la peau pourraient être un héritage du Néandertal chez les non-Africains, mais l’étude reste limitée par son analyse.


Le teint de la peau et la couleur des cheveux associés au Néandertal
Crédit : SMETEK/SPL/COSMOS
Après que les humains et les Néandertals se soient rencontrés il y a plusieurs milliers d’années, les 2 espèces se sont multipliées. Même si les Néandertals ont disparu, on peut trouver environ 2 % de leur ADN chez les non-Africains vivant aujourd’hui. Des études récentes ont montré que certains de ces gènes de Néandertal ont contribué à l’immunité humaine et aux maladies modernes. Désormais, les chercheurs dans un papier dans l’American Journal of Human Genetics ont constaté que notre héritage de Néandertal a également contribué à d’autres caractéristiques incluant le teint de la peau, la couleur des cheveux, les habitudes de sommeil, l’humeur et même le statut de fumeur. 1

Inspiré par une étude précédente qui a trouvé des associations entre l’ADN de Néandertal et le risque de maladie, Janet Kelso à l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutive en Allemagne estime que son équipe était intéressée à explorer les liens entre l’ADN de Néandertal et des traits indépendants de la maladie. En d’autres termes, ils voulaient découvrir l’influence que l’ADN de Néandertal pourrait avoir sur les variations ordinaires chez les humains modernes.

Étant donné que les allèles de Néandertal sont relativement rares, les chercheurs avaient besoin de données représentant un très grand nombre de personnes. Ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient dans des données représentant plus de 112 000 participants dans l’étude pilote de Biobank au Royaume-Uni. La Biobanque comprend des données génétiques ainsi que des informations sur de nombreux traits liés à l’apparence physique, au régime alimentaire, à l’exposition au soleil, au comportement et à la maladie.

Des études précédentes ont suggéré que les gènes humains impliqués dans la peau et la biologie des cheveux étaient fortement influencés par l’ADN de Néandertal selon Kelso. Mais on ignorait précisément la nature de ce lien. Nous pouvons désormais montrer que c’est le teint de la peau, notre facilité de bronzage ainsi que la couleur des cheveux qui sont affectés selon Kelso.

Les chercheurs ont observé plusieurs allèles néandertaliens différents contribuant à la peau et aux cheveux. Et leurs découvertes sont un peu surprenantes, car certains allèles de Néandertal sont associés à des teintes de peau plus légères et d’autres avec des teintes de peau plus sombres. La même chose était valable pour la couleur des cheveux. Ces résultats suggèrent que Néandertal aurait pu différer de leurs cheveux et de leurs teintes de peau comme les humains actuels selon Michael Dannemann, premier auteur de l’étude.

Kelso note que les traits influencés par l’ADN de Néandertal incluant la pigmentation de la peau et des cheveux, l’humeur et les modèles de sommeil sont tous liés à l’exposition au soleil. Quand les humains modernes sont arrivés en Eurasie il y a environ 100 000 ans, Néandertal y habitait déjà depuis des milliers d’années. Ils étaient probablement bien adaptés aux niveaux inférieurs et plus variables de rayonnement ultraviolet du soleil que les nouveaux arrivants humains d’Afrique.

La peau, la couleur des cheveux, les rythmes circadiens et l’humeur sont tous influencés par l’exposition à la lumière selon les chercheurs. Nous estimons que leur identification dans notre analyse suggère que l’exposition au soleil peut avoir façonné les phénotypes de Néandertal et que le flux de gènes dans les humains modernes continue de contribuer à la variation de ces traits aujourd’hui.

Sources

1.
The contribution of Neandertals to phenotypic variation in modern humans. American Journal of Human Genetics. http://dx.doi.org/10.1016/j.ajhg.2017.09.010. Accessed October 5, 2017.
N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG