De nouvelles données confirment la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes

Une mise à jour d’un rapport de l’EASAC souligne que les phénomènes météorologiques extrêmes continuent d’augmenter à un rythme alarmant depuis 1980.


Une mise à jour d'un rapport de l'EASAC souligne que les phénomènes météorologiques extrêmes continuent d'augmenter à un rythme alarmant depuis 1980.

De nouvelles données montrent que les phénomènes météorologiques extrêmes sont devenus plus fréquents au cours des 36 dernières années avec une légère augmentation des inondations et d’autres événements hydrologiques comparés à ceux d’il y a cinq ans selon une nouvelle publication de l’EASAC qui est un organisme composé de 27 académies nationales des sciences dans l’Union européenne, en Norvège et en Suisse.

Des phénomènes météorologiques extrêmes en constante augmentation

Compte tenu de l’augmentation de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, l’EASAC appelle à une plus grande attention à l’adaptation au changement climatique dans l’Union européenne. Les dirigeants et les décideurs doivent améliorer l’adaptabilité des infrastructures et des systèmes sociaux européens au changement climatique.

Ce sont les tendances dans les différents types de catastrophes naturelles dans le monde, 1980-2012 (les niveaux de 1980 sont à 100 %) - Crédit : Munich Re NatCatSERVICE

Ce sont les tendances dans les différents types de catastrophes naturelles dans le monde, 1980-2012 (les niveaux de 1980 sont à 100 %) – Crédit : Munich Re NatCatSERVICE

Globalement selon les nouvelles données, le nombre d’inondations et d’autres événements hydrologiques a quadruplé depuis 1980 et a doublé depuis 2004 en soulignant l’urgence de l’adaptation au changement climatique. Les événements climatiques tels que les températures extrêmes, les sécheresses et les incendies de forêt ont plus que doublé depuis 1980. Les événements météorologiques, tels que les tempêtes, ont doublé depuis 1980.

Ces phénomènes météorologiques extrêmes entraînent des coûts économiques substantiels. Dans les données actualisées, les pertes liées aux orages en Amérique du Nord ont doublé en passant de moins de 10 milliards de dollars en 1980 à près de 20 milliards de dollars en 2015. Sur une note plus positive, les pertes dues aux inondations fluviales en Europe montrent une tendance quasi-statique (malgré leur fréquence accrue) ce qui indique que les mesures de protection mises en oeuvre peuvent avoir endigué les pertes dues aux inondations.

Ce sont les tendances dans les différents types de catastrophes naturelles dans le monde, 1980-2016 (les niveaux de 1980 sont à 100 %) - Crédit : Munich Re NatCatSERVICE

Ce sont les tendances dans les différents types de catastrophes naturelles dans le monde, 1980-2016 (les niveaux de 1980 sont à 100 %) – Crédit : Munich Re NatCatSERVICE

Le professeur Michael Norton, directeur du programme Environnement de l’EASAC, a déclaré : Notre rapport 2013 sur les phénomènes météorologiques extrêmes, basé sur les conclusions de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres et de l’Institut météorologique norvégien, a été mis à jour. La fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes a augmenté et continue d’augmenter de manière significative ce qui augmente l’urgence de la lutte contre le changement climatique.

Une fermeture du Gulf Stream (AMOC) est-elle possible ?

La mise à jour passe également en revue les éléments de preuve sur les principaux facteurs des événements extrêmes. L’un des principaux sujets de discussion demeure la question de savoir si le Gulf Stream ou l’Atlantic meridional overturning circulation (AMOC), va tout simplement décliner ou pourrait disparaitre entièrement avec des implications substantielles pour le climat de l’Europe du Nord-Ouest.

Ce sont pertes annuelles nominales et normalisées des orages en Amérique du Nord (gauche) et les pertes dues aux inondations en Europe (droite) - Crédit : European Academies' Science Advisory Council 2018

Ce sont pertes annuelles nominales et normalisées des orages en Amérique du Nord (gauche) et les pertes dues aux inondations en Europe (droite) – Crédit : European Academies’ Science Advisory Council 2018

La surveillance récente suggère un affaiblissement significatif, mais le débat continue pour savoir si le cours d’eau du golfe pourrait disparaitre en raison des flux accrus d’eau douce provenant des précipitations dans la latitude nord et de la fonte de la calotte glaciaire du Groenland.

L’EASAC note l’importance de continuer à utiliser les données de surveillance océanographique émergentes pour fournir une prévision plus fiable des impacts du réchauffement climatique sur l’AMOC. La mise à jour note également les preuves récentes qui suggèrent une association entre le taux rapide de réchauffement de l’Arctique et les événements de froid extrême plus au sud (incluant en Europe et dans l’Est des États-Unis) en raison d’un courant-jet affaibli et sinueux.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *