Pourquoi certains oiseaux sont-ils plus intelligents que d’autres ? La taille du cerveau n’est qu’une partie de la réponse – et le temps passé dans le nid peut être la clé –


  • FrançaisFrançais



  • Si vous avez déjà vu un quiscale voler les granulés de votre chien ou un étourneau picorer un sac poubelle, vous avez l’impression que certains oiseaux ont appris à profiter de nouvelles opportunités d’alimentation – un signe clair de leur intelligence. Les scientifiques se demandent depuis longtemps pourquoi certaines espèces d’oiseaux sont plus innovantes que d’autres, et si ces capacités proviennent de cerveaux plus gros (ce qui semble intuitivement probable) ou d’un plus grand nombre de neurones dans des zones spécifiques du cerveau.

    Il s’avère que c’est un peu des deux, selon une étude récente d’une équipe internationale comprenant des membres de l’Université McGill publiée dans Écologie de la nature et évolution.

    Plus de neurones au bon endroit liés à une plus grande intelligence chez les oiseaux

    Les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique pour estimer le nombre de neurones dans une partie spécifique du cerveau appelée pallium chez 111 espèces d’oiseaux. Le pallium chez les oiseaux est l’équivalent du cortex cérébral humain, qui est impliqué dans la mémoire, l’apprentissage, le raisonnement et la résolution de problèmes, entre autres. Lorsque ces estimations sur le nombre de neurones dans le pallium ont été combinées avec des informations sur plus de 4 000 innovations de recherche de nourriture, l’équipe a découvert que les espèces avec le plus grand nombre de neurones dans le pallium étaient également susceptibles d’être les plus innovantes.

    Un temps de développement plus long dans le nid est un facteur clé

    « Le temps que les oisillons passent dans le nid à mesure que leur cerveau se développe pourrait également jouer un rôle crucial dans l’évolution de l’intelligence », explique le professeur émérite de l’Université McGill, Louis Lefebvre, qui a passé plus de 20 ans à rassembler des exemples d’innovations en matière de recherche de nourriture. « Les grandes espèces de corbeaux et de perroquets, connus pour leur intelligence, passent plus de temps dans le nid, ce qui laisse plus de temps au cerveau pour se développer et accumuler des neurones palléaux. »

    Les résultats de l’étude aident à réconcilier des points de vue précédemment opposés sur l’évolution et l’importance de la taille du cerveau et montrent comment une perspective d’histoire de vie aide à comprendre l’évolution de la cognition.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par université McGill. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.