Les fausses études scientifiques et le problème du Predatory Publishing

L’affaire d’OMICS International et son rachat de 2 revues médicales canadiennes montrent le problème grandissant des fausses études scientifiques qui sont publiées en échange d’argent. Un journaliste de Postmedia News a réussi à publier une étude sur un journal appartenant à ce groupe. L’étude n’avait aucun sens et elle a été plagiée d’un texte d’Aristote.


L'affaire d'OMICS International et son rachat de 2 revues médicales canadiennes montrent le problème grandissant des fausses études scientifiques qui sont publiées en échange d'argent.

Les fausses nouvelles sont la principale préoccupation des médias de masse et des géants du web. Leurs merveilleux sondages, leurs analyses poussées et leurs discours ont été pulvérisés que ce soit par le Brexit et les dernières élections américaines. Les fausses nouvelles sont un vrai problème, mais les fausses études scientifiques sont un problème bien plus dangereux, car elles risquent de saper l’autorité scientifique sur le long terme.

OMICS International est un éditeur de revues scientifiques basé à Hyderabad en Inde.1 Il a la réputation d’être un Predatory Publisher. En gros, il incite les scientifiques à publier dans ses revues en échange d’une somme d’argent. Il prétend qu’il propose une évaluation par les pairs, mais elle n’existe pas. Le phénomène des revues douteuses s’explique par le fait que de jeunes scientifiques sont tellement pressés de publier qu’ils peuvent se faire avoir par ces promesses. Mais sur le long terme, cela va simplement détruire leur réputation. Il y a des centaines de fausses revues scientifiques. Jeffrey Beall est l’un des meilleurs spécialistes concernant ces revues douteuses et il a même créé une liste de toutes les revues qu’un scientifique doit éviter comme la peste.2

En général, la communauté scientifique et les revues scientifiques réputées arrivaient à se démarquer des fausses revues. Mais en début d’année 2016, OMICS International a racheté 2 revues médicales au Canada qui sont et .3 Ces revues médicales sont respectables, mais OMICS International les utilise pour promouvoir ses propres papiers scientifiques douteux. En gros, il prend toutes les fausses études et il essaie de les intégrer dans les revues respectables pour avoir plus de légitimité.

En 2014, Tom Spears, journaliste du groupe Postmedia News, avait déjà créé une fausse étude qui avait été publiée sans aucun problème.4 L’étude avait des extraits de papiers existants sur la géologie et du secteur médical. Il a même rajouté des graphiques provenant d’un papier sur la planète Mars. Le journaliste a ensuite envoyé son papier à 18 revues scientifiques douteuses. Les messages d’acceptation sont arrivés en l’espace de 24 heures. Le montant demandé allait de 500 à 800 dollars alors qu’en général, ce type de revue demande jusqu’à 2000 dollars.

Il y a quelques mois, Tom Spears remet le couvercle en publiant un autre papier qui a été plagié d’un texte d’Aristote.5 Il a suffi de changer des mots à intervalle régulier pour que cela passe dans le détecteur de plagiat. Le papier a été publié dans la revue Journal of Clinical Research and Bioethics.6 Notons que cette revue ne fait pas partie de celles qui ont été rachetées par . Mais le journal est promu dans le même groupe en la faisant passer pour un article de qualité. Voici le genre d’extrait qu’on peut lire dans ce papier : Chaque chose qui est effectuée avec raison que les éthiciens connaissent comme la “ketterance” n’est pas volontaire. C’est seulement le processus qui produit une sécheresse sévère. Si vous trouvez un sens à cette phrase, alors c’est que vous avez un problème. Le terme ketterance n’existe pas et on se demande ce que vient foutre la sécheresse dans une revue d’éthique médicale.

Encore une fois, ces fausses revues sont faciles à détecter, mais le fait que des groupes comme OMNICS International arrivent à racheter des revues respectables montre la faiblesse des instituts de recherche qu’ils soient au Canada ou ailleurs. Et on doit distinguer 2 types de revues douteuses. La première provient des pays pauvres où les gouvernements n’ont pas les moyens d’investir sur un véritable corps de contrôle de la recherche et où les chercheurs sont avides de publier par tous les moyens. Le second type est apparu uniquement pour l’appât du gain. Après tout, vous pouvez récolter jusqu’à 1000 dollars pour publier un simple PDF sans aucune vérification dans votre revue. Ce n’est pas un hasard si on peut trouver des groupes comme OMNICS International en Inde puisqu’avec le Pakistan, ces 2 pays sont gangrenés par la corruption. On vous conseille de lire notre article sur Axact, le plus grand empire de faux diplômes au monde.

La FTC a déjà sanctionné OMNICS International pour des pratiques douteuses et abus de confiance, mais son incursion au Canada prouve que ces groupes d’escrocs deviennent de plus en plus puissants que ce soit sur le plan financier ou celui de l’influence.7 Et si cela continue, alors les dégâts seront monstrueux. Si de fausses actualités peuvent provoquer des dégâts, alors que dire de la portée titanesque d’une ? On pourrait rire de ce plagiat d’Aristote, mais d’autres sont plus sinistres. Ainsi, on a un rapport médical sur un médecin qui avait tué une petite fille du Pakistan avec une dose massive de médicaments non adaptés. Et dans ce rapport, les chercheurs nous disent tranquillement comment ils ont caché cette erreur médicale en disant aux parents que la petite fille est morte d’une piqure d’insecte.8

Toi aussi, écris ta propre en quelques secondes

Un faux papier scientifique généré par l'outil SciGen. Celui-ci nous apprend qu'Adolf Hitler, Donald Trump et Nicolas Sarkozy sont des experts en chiffrement...

Un faux papier scientifique généré par l’outil . Celui-ci nous apprend qu’Adolf Hitler, Donald Trump et Nicolas Sarkozy sont des experts en chiffrement…

Mais on n’a même pas besoin de plagier d’autres papiers scientifiques pour produire une fausse étude scientifique. Ainsi, l’outil Scigen, crée par des chercheurs du MIT, vous permet de générer des papiers scientifiques à la volée sur l’informatique.9 L’objectif des chercheurs était de dénoncer les conférences scientifiques douteuses qui acceptaient n’importe qui. Scigen va créer le papier, les graphiques et tout ce qu’il faut pour créer un papier scientifique. Si vous êtes prêt à payer le prix dans les revues douteuses, alors votre papier est publié avec votre nom et voilà, vous serez un scientifique.

Quand SciGen a été lancé, les dégâts ont été plutôt catastrophiques. En 2014, la revue Nature révélait que les éditeurs Springer et IEEE (considéré comme des références dans leur domaine) avaient dû rétracter près de 120 papiers qui ont été générés par SciGen.10 Ainsi, vous pouvez lire ce papier en PDF qui s’intitule The Effect of Extensible Modalities on Cryptography qui ont été écrit par des scientifiques très célèbres, à savoir, Adolf Hitler, Donald Trump et Nicolas Sarkozy

Sources

1.
OMICS International. OMICS International. https://www.omicsonline.org/.
2.
LIST OF PUBLISHERS. Scholarly Open Access. https://scholarlyoa.com/publishers/. Published 15 janvier 2012. Consulté le novembre 27, 2016.
3.
Scam Publisher OMICS International Buying Legitimate Journals. Scholarly Open Access. https://scholarlyoa.com/2016/09/29/scam-publisher-omics-international-buying-legitimate-journals/. Published 29 septembre 2016. Consulté le novembre 27, 2016.
4.
Spears T. It’s the « worst » science paper ever — filled with plagiarism and garble — and journals are clamouring to publish it. National Post. http://news.nationalpost.com/news/its-the-worst-science-paper-ever-filled-with-plagiarism-and-garble-and-journals-are-clamouring-to-publish-it. Published 23 avril 2014. Consulté le novembre 27, 2016.
5.
Spears, Postmedia News T. New owner of two Canadian medical journals is publishing fake research for cash, and pretending it’s genuine. National Post. http://news.nationalpost.com/news/canada/new-owner-of-two-canadian-medical-journals-is-publishing-fake-research-for-cash-and-pretending-its-genuine. Published 23 novembre 2016. Consulté le novembre 27, 2016.
6.
The Voluntary Nature of Ethical-Moral Behavior in the 21st Century (or in Any Other): A Personal Perspective. Journal of Clinical Research and Bioethics. http://www.omicsonline.org/open-access/the-voluntary-nature-of-ethicalmoral-behavior-in-the-21st-century-or-in-any-other-a-personal-perspective-2155-9627-1000286.php?aid=81030. [Source]
7.
FTC sues OMICS group: Are predatory publishers’ days numbered? STAT. https://www.statnews.com/2016/09/02/predatory-publishers/. Published 2 septembre 2016. Consulté le novembre 27, 2016.
8.
Medical Error became Sword for Innocent Eyes: On Shadow of Negligence. Journal of Clinical Research and Bioethics. http://www.omicsonline.org/open-access/medical-error-became-sword-for-innocent-eyes-on-shadow-of-negligence-2155-9627-1000285.php?aid=78792. [Source]
9.
10.
Publishers withdraw more than 120 gibberish papers. Nature News & Comment. http://www.nature.com/news/publishers-withdraw-more-than-120-gibberish-papers-1.14763. Consulté le novembre 27, 2016.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *