Neutralité du net : Tout le monde quitte le navire Internet.org de Facebook



neutralite-net-internet-org

Facebook a un qui est celui de connecter les plus pauvres de la planète via son projet internet.org. Ce projet consiste en une application mobile qui permet d’avoir un internet gratuit sur certains sites, mais le problème est que de nombreux acteurs quittent le navire d’internet.org à cause des menaces sur la neutralité du net. C’est l’Inde qui a sonné la charge et elle fera très mal au projet.

Internet.org propose une application mobile dans certaines parties de l’, de l’Amérique Latine et de l’Asie. Il a fait des partenariats avec des fournisseurs de téléphonie pour proposer un accès gratuit à des services tels que Facebook, Facebook Messenger, , BBC, Bing, etc. L’application ne permet pas d’accéder à tout le web et c’est là tout le problème, car c’est une guerre ouverte à la neutralité du net.

En Inde, de nombreux sites qui étaient partenaires ont annoncés qu’ils quittaient le projet internet.org. Plus précisément, il s’agit de Cleartrip, NDTV, Newshunt et Times Group. Times Groups est l’un des plus gros médias en Inde puisqu’il possède le site TimesJobs et le Maharashtra Times. Il recommande également à la BBC, NDTV, India Today et quelques autres de faire de même, car internet.org est la plus grande attaque de Facebook sur la neutralité du net.

L’application internet.org a été lancé en Inde avec le fournisseur Carrier Reliance Communications en proposant 38 services gratuits. Ce ne sont pas de gros sites, mais plutôt des sites locaux qui fournissent des informations basiques aux internautes indiens.

Facebook défend internet.org

Facebook n’a pas tardé à réagir en estimant qu’internet.org ne menace aucunement la neutralité du net. Zuckerberg a déclaré qu’il supporte entièrement la neutralité du net, mais cette neutralité ne signifie pas qu’on doit empêcher les gens pauvres d’accéder à un internet via des services gratuits. Si une personne n’a pas les moyens d’avoir internet, alors est-ce que c’est mal de lui proposer quelques services gratuits selon toujours Zuckerberg. Internet.org ne bloque aucun service et il ne propose pas un accès plus rapide. Si les gens veulent accéder aux sites qui ne sont pas inclus dans l’application, alors ils peuvent le faire sans aucun problème, mais ils devront utiliser un navigateur internet et un forfait d’internet mobile.

Facebook a ajouté qu’internet.org est ouvert à tous les fournisseurs et qu’il ne paye personne pour rejoindre la plateforme. Zuckerberg a ajouté que la neutralité du net ne doit pas être interprétée dans sa définition la plus stricte si c’est pour aider les plus pauvres de la planète à bénéficier d’internet.

Facebook a déjà conclu des partenaires avec Ericsson, , Opera, Samsung, Nokia et Qualcomm avec internet.org. En plus d’offrir un accès gratuit sur certains services, internet.org travaille avec des opérateurs mobiles pour qu’on puisse acheter des forfaits mobiles et des crédits.

Internet.org défend sa vision du net par tous les moyens. Selon les partenaires, ce projet a permis de doubler le nombre d’internautes sur la planète en quelques mois. Au Paraguay, internet.org a permis d’augmenter le nombre d’internautes de 25 %, soit près de 3 millions de personnes. En plus du partenariat avec ses fournisseurs, internet.org de Facebook travaille aussi avec des drones, des satellites pour proposer l’internet au monde entier.

Les compagnies indiennes défendent leur retrait d’internet.org

Les compagnies indiennes, notamment Times Group, a expliqué que si ses concurrents ne sont pas sur internet.org, alors ils quitteront le projet. Selon Times Group, le fait de privilégier un contenu par rapport à un concurrent revient à arnaquer l’internaute, car il aura une seule information possible. La démarche de Times Group est exemplaire, car il privilégie la pluralité de l’information par rapport à la gratuité. Si les sites du Times Group sont sur internet.org, alors tous ses concurrents doivent être également présents sinon cela ouvre la voie à des dérives.

De plus, Times Group appelle tous les autres, notamment BBC, Reuters et Cric-info à rejoindre le mouvement de la neutralité du net. Il recommande de quitter toutes les plateformes qui promettent un accès à zéro donnée en échange d’un service bridé. Cleartrip qui est un service de voyage en ligne explique aussi pourquoi il quitte internet.org. A la base, Cleartrip pensait qu’il contribuait à une cause sociale en proposant un accès gratuit pour les pauvres, mais les récents débats sur la neutralité du net lui a fait comprendre l’importance de ce mouvement, car des services gratuits, mais qui sont limités sont l’une des pires formes d’injustices, car elle contribue à véhiculer une pensée unique. Les récentes directives de la FCC pointent dans ce sens dans la mesure où on ne doit pas limiter, accélérer ou ralentir un service en échange d’une gratuité ou de tarif préférentiels.

Cher Facebook, les pauvres ne veulent pas d’un internet gratuit, mais d’internet

On peut défendre la position de Facebook, mais sa vision est limitée par la connexion gratuite et non le contenu. Il est vrai que le monde entier mérite un internet digne de ce nom et on doit lancer des initiatives pour proposer des tarifs abordables, mais cela ne doit jamais être au détriment de la neutralité. La neutralité n’est pas juste une question de riche ou de pauvre, car elle implique que tout le monde puisse accéder à une information sans aucune contrepartie ou avantage.

Les pauvres ne méritent pas qu’on leur donne un accès limité juste parce qu’ils sont pauvres. Les pays riches ont payés une dure rançon lorsqu’ils ont laissé les grandes entreprises qui décidaient de ce qui est bon pour les internautes. On se souvient qu’on a été arnaqué avec les modems 56K, ensuite avec l’ADSL, ensuite avec la fibre, ensuite avec la 3G, la 4G et tous ces termes qu’on nous vend et qui sont des armes contre la neutralité du net. Nous promouvons la neutralité du net parce que nous voulons que les 4 autres milliards de personnes ne souffrent pas des mêmes injustices que les pays riches. Il nous a fallu 20 ans pour comprendre les pratiques mafieuses des FAI et les trainer devant la justice. Et cela ne concernait que la qualité de la connexion et les abonnements. Qu’est-ce qui se passera si on donne un internet limité aux pauvres. Ce qui se passera est qu’ils ne sauront même pas que la neutralité du net existe.

Les pauvres ne veulent pas d’un internet gratuit, mais ils veulent simplement internet. Ce n’est pas parce que des personnes meurent de faim qu’on doit leur donner des produits périmés. Car cela va simplement les tuer plus rapidement avec l’intoxication alimentaire. De plus, les pays pauvres rattrapent leur retard et ils n’ont pas attendu internet.org pour développer leurs propres infrastructures. Mais Facebook et internet.org sont paniqués et obsédés par l’idée que des services concurrents puissent capitaliser cette masse énorme d’internautes et c’est pourquoi, ils vendent cet internet gratuit, mais limité par la promotion exlusive de leurs propres services.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *