La guerre sainte de l'Union Européenne contre Google


  • FrançaisFrançais



  • google-union-europeenne

    L’Union Européenne se goure complètement en s’attaquant uniquement à Google.

    Il semble que l’Union Européenne ait dévoilé sa stratégie pour s’attaquer à Google. Cela va commencer par des petites enquêtes sur sa position dominante pour passer à des morceaux plus gros, notamment l’enquête sur Android concernant le monopole de Google sur les systèmes mobiles. Il n’est pas important de savoir si l’Union Européenne réussira à faire plier Google, car cela va ralentir considérablement le géant californien puisqu’il sera enlisé dans des procédures judiciaires pendant des années.

    Même si l’enquête actuelle concerne uniquement la position dominante, l’Union Européenne ne s’interdit pas d’enquêter aussi sur les plaintes de vol de contenu concernant des sites de voyage et locaux ainsi que les pratiques contraignantes sur les programmes publicitaires de Google. Si l’Union Européenne condamne Google parce qu’il promeut ses propres services au détriment de ses concurrents, alors cela pourrait créer un dangereux précédent pour Google puisqu’il serait forcé de revoir toute sa stratégie. De plus, ces enquêtes pourraient ouvrir sur d’autres procédures telles que l’implantation fiscale de l’entreprise en Europe ou les garanties sur la vie privée.

    Google reconnait qu’il est le moteur de recherche le plus utilisé en Europe, mais les gens utilisent aussi d’autres plateformes pour s’informer que ce soit via les réseaux sociaux et les applications mobiles. Mais ce n’est qu’une enquête et l’Union Européenne n’a pas détaillé si elle forcerait Google à changer son business model. Parmi les sanctions possibles, on pourrait voir des amendes considérables ainsi que des conditions restrictives sur les services de Google par rapport à ses concurrents. Mais il est improbable que l’Union Européenne arriver à changer le model business de Google.

    La mort des Startups européennes

    Si on compare la guerre de l’UE contre Microsoft dans les années 1990, on se rend compte que cela concernait uniquement la séparation de son navigateur Internet Explorer avec Windows. On ignore si Google sera obligé de faire de même avec Android qui lui permet de contrôler 80 % des Smartphones dans le monde. Mais l’histoire peut se répéter, car la sanction contre Microsoft avait permis à de jeunes entreprises de percer sur le web et on peut citer un certain Google, Amazon ou Apple.

    Margrethe Vestager, l’une des responsables en charge de l’affaire, a déclaré qu’elle veut s’attaquer aux principes même du monopole sur la recherche plutôt qu’un changement sur les pages web ou des algorithmes. Pendant les 5 ans qui ont suivi la plainte officielle contre Google, ce dernier a proposé des arrangements à 3 reprises, mais l’Union Européenne les a toujours refusé parce qu’ils n’était pas efficaces.

    Dans cette affaire, certaines Startups qui ont été pénalisés par Google dans le passé se disent qu’elles ont une chance de revenir sur la scène et de faire entendre leurs voix. Mais l’Union Européenne ne comprend qu’une pénalisation de Google implique aussi une pénalisation de toutes les Startups européennes. Actuellement, Google est le principal investisseur dans les Startups européennes sans oublier que d’autres Startups utilisent la publicité à bas prix de Google pour financer leurs propres services.

    Les gagnants de cette bataille seront Amazon, Facebook et Apple

    L’Union Européenne est complètement conne et aveugle si elle pense qu’une pénalisation de Google va bénéficier aux entreprises européenes. Les plus grands gagnants seront les autres géants avec Facebook, Amazon, Apple et Samsung. Amazon, Facebook et Apple sont présents dans de nombreux activités qui sont actuellement monopolisés par Google. Mais étant donné que ces activités ne sont pas monopolistiques, ces entreprises peuvent passer à travers les mailles du filet. Par exemple, Facebook avait racheté Friendfeed et Snaptu juste pour tuer la concurrence, mais comme cela ne peut pas être considéré comme une pratique abusive selon les lois, alors tout le monde laisse faire.

    Amazon propose sa propre Buy Box pour favoriser ses produits et ceux de ses principaux partenaires. Apple contrôle chaque application sur l’Apple Store sans oublier les contrats de misère proposé par Apple aux artistes. Facebook utilise les données personnelles de ses utilisateurs pour créer de la publicité ciblée. Actuellement, Facebook est le second acteur publicitaire sur le web avec 2 millions de clients contre 4 millions pour Google. Et Facebook se lance aussi sur la recherche ce qui concurrence directement Google, mais ce n’est pas grave puisque ce sont les lois du marché.

    Google voulait lancer une offre publicitaire qui aurait permis aux webmestres de cibler leurs visiteurs avec leurs adresses mails, mais le projet semble en pause vu cette enquête ou plutôt cette guerre sainte de l’Union Européenne contre Google. L’Union Européenne se trompe de combat et de cible. Il ferait mieux d’améliorer ses propres structures de financement et de développement pour que les startups européennes puissent innover et faire jeu égal avec la concurrence américaine. Si Google perd sa position dominante, alors un autre géant américain prendra sa place et l’Union Européenne se retrouvera le bec dans l’eau.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.