Les entreprises qui sont derrière la plainte contre Google


  • FrançaisFrançais



  • plainte-google

    Les comparateurs, les médias et les sites de voyage sont les principaux plaignants dans l’enquête contre Google par l’Union Européenne.


    L’Union Européenne a lancé son enquête contre Google en se basant sur des entreprises européennes et américaines qui ont porté plainte devant la Commission au cours de ces dernières années. L’enquête officielle de l’Union Européenne porte sur Google Shopping, un service de Google qui est un comparateur de prix. De nombreux autres comparateurs estiment que Google a favorisé Google Shopping en détruisant les autres comparateurs. Mais on trouve également des plaignants qui n’ont rien à voir avec Google Shopping.

    Il y a environ 30 enteprises qui ont révélé publiquement leur plainte même si certaines sont restés anonymes et qu’elles sont connus uniquement des enquêteurs et de Google. Mais Reuters rapporte que ces parties qui n’ont pas dévoilé leur plainte incluent le moteur de recherche français eJustice et 1plusVqui font partie du même groupe. On a également les médias allemands VDZ et BDZV.

    On retrouve également des fournisseurs de cartographie tels que Hot-Map et Streetmap, l’aggrégrateur italien de news nnpt.it, le site hollandais de football Elfvoebal, Microsoft et le comparateur français Twenga ainsi que l’américain Yelp. Les services de voyage ne sont pas en reste avec Expedia, Odigeo et TripAdvisor et encore un autre comparateur de prix américain avec Nextag. On a aussi l’allemand Axel Springer via son site de comparaison de mode Visual-Meta. Google ou l’Union Européenne ont refusé de commenter ces noms, mais il est important de se poser les bonnes questions sur ces plaignants.

    Pourquoi les comparateurs en veulent tellement à Google ?

    Si on résume grossièrement les catégories des plaignants, on retrouve des comparateurs, des sites de voyage et des médias. L’histoire des comparateurs et Google est mouvementée, notamment avec l’algorithme Google Panda qui a été déployé en 2011. Un comparateur de prix utilise ses algorithmes pour scanner tous les sites sur le marché dans un domaine donné en proposant les prix les moins chers aux consommateurs. Dans cette logique, un comparateur facilite la vie des consommateurs, mais Google estimait que les comparateurs n’apportaient aucune valeur ajoutée et Panda les a décapité et a bouffé leurs restes.

    Les sites de voyage ont également été pénalisé par Google. Le point commun entre ces 2 plaignants est que Google a lancé des services similaires avec Google Shopping, Google Flight et Google Hostel. Il est difficile de dire si Google a sciemment déployé ses algorithmes pour détruire la concurrence. La FCC avait lancé une enquête similaire en 2010 et elle avait statué qu’on ne pouvait pas dire de façon certaine si Google a pénalisé exprès ses concurrents ou qu’il a amélioré les résultats de ses moteurs de recherche.

    Et les médias terminent la liste et c’est une aussi une autre bataille avec Google Actualités. Les médias français et allemands estiment que Google récupère une partie de leur contenu pour se faire du fric avec la publicité. Les éditeurs allemands avaient déjà montré les muscles en 2014, mais l’attaque s’est dégonflée rapidement puisque les médias allemands se sont retrouvé isolé.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.