Les banques pourront scanner Facebook et vos appels pour voir si vous êtes un bon payeur


  • FrançaisFrançais



  • banque-mobile

    Les métadonnées d’appels et votre activité sur les réseaux sociaux permettent de déterminer si vous êtes un bon payeur pour une banque.


     

    Vous avez sans doute peur que la NSA analyse votre historique d’appel et vos comptes de réseaux sociaux, mais imaginez si une banque peut faire la même chose. C’est la nouvelle idée des Startups qui se concentrent sur l’analyse des crédits bancaires. A la base, l’objectif était d’analyser les données d’une personne pour connaitre sa responsabilité fiscale, mais les mêmes données peuvent être analysés pour voir si vous êtes un bon ou un mauvais payeur.

    Daniel Björkegren, un économiste à la Brown University situé à Providence en Rhode Island, a pu prédire si quelqu’un allait rembourser son prêt en analysant les métadonnées de ses appels. Dans ses résultats présentés pendant la conférence NetMob à Cambridge, il a analysé les historiques d’appel de 3000 emprunteurs dans une banque à Haiti. Les métadonnées concernaient les personnes qu’ils ont appelé, la durée d’appel et l’argent qu’ils avaient dépensés. En appliquant un algorithme, Björkegren a pu réduire les défauts de paiement de 42 % si on utilisait cette approche pour donner des prêts uniquement à des personnes fiables.

    Mais comment ça marche ? On peut facilement extrapoler les informations telles que les métadonnées. Les personnes qui réagissent rapidement aux relances de remboursement sont considérés comme de bons payeurs. Mais on peut aussi utiliser des données assez ésotériques pour préciser le ciblage. Par exemple, l’heure ou le voisinage de l’appel sont également de bons indicateurs.

    2 startups, à savoir, Invendure et Lenddo, parient sur l’analyse de données pour le crédit bancaire. Faisant partie d’un projet pilote en Afrique du sud, Inventure a donné des Smartphones à un petit groupe de personnes et la Startup a collecté les données téléphoniques et démographiques concernant le remboursement de leurs prêts respectifs. Lenddo qui analyse les interactions, les connexions et l’activité sur les réseaux sociaux propose déjà ses services aux Philippines et en Colombie.

    Les implications ne sont pas inquiétantes, mais terrifiantes ! Mais pourquoi ces Startups utilisent des données comportementales pour prédire si vous êtes un bon ou mauvais payeur. Il faut comprendre que les banques utilisent l’historique financier pour déterminer si vous êtes un bon ou mauvais payeur, mais les banques sont totalement paumés si cet historique n’existe pas. Kyle Mead, directeur chez Entrepreneurial Finance Lab (EFL), une entreprise d’analyse de crédit bancaire, a déclaré : Je suis arrivé aux Etats-Unis depuis le Canada. J’ai essayé de demander un emprunt et j’ai pu obtenir uniquement 300 dollars parce que les banques américaines ne connaissaient rien de mon passé financier. Mais avec les données comportementales, on n’a plus ce problème.

    Ce n’est pas un hasard si on voit des tendances sur l’analyse de données pour les crédits bancaires. Les banques européennes et américaines veulent percer dans les pays pauvres. Et la pénétration bancaire dans les pays pauvres est quasi inexistante. De plus, les banques ignorent si les habitants de ces pays pauvres seront de bons ou de mauvais payeurs. Mais si on peut analyser directement les métadonnées d’appels et l’activité des réseaux sociaux, alors on peut cibler les 4 milliards de personne qui n’ont pas encore de comptes bancaires.

    Rappelez moi les débiles profonds qui nous disent que les métadonnées ne sont pas dangereuses ?

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.