Réfléchis comme 1 youtubeuse, corruption ou sexisme ?


  • FrançaisFrançais



  • Youtubeuse

    La popularité du Hashtag #Reflechiscomme1Youtubeuse montre les pires cotés des Youtubeuses, mais est-ce vraiment leurs fautes ?


     

    Si vous aimez cette vidéo, alors n’oubliez pas de mettre un pouce rouge, de partager sur tous les réseaux sociaux et vous abonner si c’est déjà fait.

    Cette vidéo est sponsorisée, mais je garde mon indépendance.

    En quelques années, Youtube est devenu la plus grande plateforme vidéos du monde. En fait, cette plateforme est devenu tellement importante qu’elle peut rivaliser sans aucun problème avec les chaines de télévisions. Il y a quelques années, une grande majorité des contenus étaient produit par des jeunes pour des jeunes. On partageait ce qu’on aimait, mais l’arrivée de la monétisation a légèrement perturbé ce secteur. La publicité a permis à de nombreuses personnes de réussir sur Youtube et il y a quelques élus qui gagnent même leur vie en faisant des vidéos. Un secteur aussi mal légiféré et opaque génère souvent des controverses et les premières n’ont pas tardé vis à vis de l’indépendance des vidéastes par rapport au contenu qu’ils proposaient.

    Le sexisme est toujours présent dans nos sociétés, mais il a tendance à prendre une forme exarcebée sur le web. Youtube est devenu populaire pour ses contenus sur les jeux vidéos. Le sexisme fait partie intégrante des jeux vidéos puisque les éditeurs ont toujours visé un public masculin dont les hormones explosent de tous les cotés. Les femmes n’arrivent pas toujours à trouver leurs places dans les jeux vidéos et il est évident qu’elles pouvaient difficilement percer sur Youtube avec un sexisme aussi systématique. C’est pourquoi, les youtubeuses ont choisi leur sujet de prédilection pour percer sur Youtube qui sont la mode, le maquillage et toutes les variantes imaginables de ces 2 principales thématiques.

    En l’espace de quelques années, des Youtubeuses sont devenus célèbres en sécurisant des contrats intéressants avec les marques. Des marques qui exultaient d’avoir pu trouver des ambassadrices pour leurs merdes produits afin de servir comme le meilleur Cheval de Troie. Et comme on l’a vu avec les jeux vidéos, l’aspect lucratif a pris le pas sur la création de contenu et de nombreuses candidates ont pensés qu’elles pouvaient décrocher le titre de Reine de la mode sur Youtube. Même si on peut rigoler devant les astuces de maquillage de ces filles, on rigole nettement moins lorsque ces Youtubeuses se mettent à promouvoir des marques de toutes les façons imaginables.

    Coffrets à des centaines d’euros, des produits qui sont utilisés par de grandes stars. Tout respire une fièvre de la consommation dans son aspect le plus abject. Certaines Youtubeuses se mettent à tenir des magazines sur leurs chaines pour proposer les dernières tendances vestimentaires, cosmétiques et pourquoi pas sexuelles. Mais on remarque ce ne sont plus des magazines, mais de véritables magasins où l’internaute est considéré comme un parfait pigeon. De plus, de nombreuses Youtubeuses sont très jeunes (une moyenne d’âge entre 14 et 25 ans) et on se demande quelles sont les implications légales et fiscales de leurs activités.

    L’excuse du sexisme sur les critiques contre les Youtubeuses

    Dans un secteur de la mode qui est totalement corrompu, il serait impensable de critiquer une Youtubeuse pour son contrat juteux avec une marque sous peine d’être considéré comme un sexiste. Il est vrai qu’une femme ou un homme a le droit de publier n’importe quel contenu sur le web. Mais si ce contenu est motivé uniquement par l’appât du gain et le mépris total de l’internaute, alors on serait en droit de poser quelques questions.

    Et vu leur âge, on ne peut pas rejeter le blâme à ces Youtubeuses parce qu’elles n’ont pas suffisamment d’expérience pour comprendre cette chose évidente qu’il n’y a pas de bouton Effacer sur le net. Si elles se couvrent de ridicule avec ces contenus alors on peut imaginer que ce sera catastrophique pour ces femmes dans quelques années. Non, les vrais coupables dans cette histoire est les marques qui n’ont pas suffisamment avertis ces ambassadrices sur les dangers qu’elles peuvent courir. Une entreprise peut utiliser toutes les techniques de marketing, mais je considère personnellement que c’est de la corruption à la limite du détournement de mineur que d’utiliser ces Youtubeuses pour promouvoir des produits qui sont à la fois l’exemple des abus de notre société de consommation, mais qui contribue également à perpétuer l’image de la femme en tant qu’objet et une personne avec la mention Je suis une acheteuse compulsive sur le front.

    Le Hashtag #Reflechiscomme1Youtube montre comment certains internautes considèrent les Youtubeuses. Evidemment, on retrouve de nombreux Tweets sexistes dans le lot, mais certains montrent de nombreuses vérités nauséabondes qui se cachent dans ce secteur.

    Quelques uns des Tweets sélectionnés avec le Hashtag #Reflechiscomme1Youtubeuse :

     

     

     

     

     

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    No Responses

    1. Rho, ce n’est pas bien de se moquer. Ce sont les contrats commerciaux incluant une clause de confidentialité qu’il faut combattre je pense.

      Mais allez, pour rire une petite fausse déclaration que pourrait faire une de ces YouTubeuses :

      « Ce produit est génial, je vous l’assure, il a changé ma LIFE. Les créateurs disent qu’il faut 5 à 6 mois pour voir les résultats mais MOI, je les vois déjà après quelques heures seulement. TROP FORT ! 😀 » #ReflechisComme1Youtubeuse

    2. Morgane dit :

      Bonjour,

      Je suis journaliste TV. Je prépare une émission spéciale sur les youtubeuses. Je recherche quelqu’un qui ne comprend pas cet engouement pour celles-ci.

      Si c’est votre cas, vous pouvez me contacter au 0153843024 ou par mail: msermadiras@reservoir-prod.fr

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.